Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Capture d'écran BFMTV

Tentative d'apaisement

Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales

Le Chili connaît un important mouvement de contestation sociale. Le président chilien Sebastian Piñera a proposé des mesures sociales afin de mettre fin à cinq jours de troubles.

"Je reconnais ce manque de vision et je demande pardon à mes compatriotes".

Le dirigeant a également annoncé un virage social avec l’augmentation de 20% du minimum retraite et le gel des tarifs de l’électricité. Sebastian Piñera avait proposé lundi de mettre autour d’une table toutes les forces politiques afin de trouver une solution face à cette crise et pour tenter d’apaiser la situation dans les rues du pays. 

Selon un bilan dévoilé mardi, quinze personnes sont mortes à travers le Chili lors des violences, des incendies et des pillages. Selon le parquet, quatre personnes ont été tuées par des tirs des forces de l’ordre et onze individus sont décédés dans des incendies et des pillages, principalement dans des centres commerciaux.

Selon les autorités, 239 civils ont été blessés, ainsi qu’une cinquantaine de policiers et de militaires. 2.643 personnes ont été arrêtées depuis le début du mouvement. 

Des grèves et des manifestations étaient prévues ce mercredi et jeudi à Santiago. Les syndicats de la santé publique ont également annoncé pour cette semaine une grève et des actions de protestation devant le ministère de la Santé.

Les manifestations ont débuté vendredi dernier pour dénoncer une hausse du prix du ticket de métro. La mesure a finalement été suspendue par le chef de l’Etat. Les émeutes et les scènes de violence se sont poursuivies face à la situation socio-économique et aux inégalités au sein du pays. 

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !