La campagne israélienne qui vexe les Juifs américains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: KlitaGov

Shocking !

La campagne israélienne qui vexe les Juifs américains

Le ministère israélien de l'immigration veut faire revenir la diaspora à la maison, mais les méthodes qu'il emploie ne passent pas très bien...

A New York, un couple rentre chez lui. C'est Yom Hazicaron, le jour du souvenir des soldats et des victimes du terrorisme en Israël. Dafna, la jeune femme israélienne, est en deuil. Son petit-ami, un Juif américain, ne comprend pas son attitude et suppose qu'elle souhaite juste passer une soirée en amoureux. La séquence ce termine sur ces mots : "Ils resteront toujours Israéliens. Leurs maris ou leurs femmes ne comprendront pas toujours ce que cela signifie. Aidez-les à revenir en Israël".

Ce clip fait partie d'une campagne commandée par le ministère israélien de l'immigration et destinée à inciter les Israéliens à ne pas immigrer aux Etats-Unis. Une autre vidéo montre une petite fille, au téléphone avec ses grands-parents restés en Israël. Ce sont les fêtes de fin d'année, mais elle ne sait pas qu'on célèbre Hanoucca. La scène se termine sur le même message que la précédente. Les ficelles sur lesquelles repose cette campagne choquent les Juifs américains, qui acceptent mal d'être caricaturés de la sorte.

Jeffrey Goldberg, correspondant et bloggeur pour le site The Atlantic, s'est fait le fer de lance de ceux qui n'acceptent pas cette campagne. "Les idées véhiculées par ces publicités, selon lesquelles l'Amérique n'est pas un lieu approprié pour les véritables Juifs et selon lesquelles les Juifs qui s'inquiètent du futur d'Israël devraient vivre là-bas, sont archaïques", écrit-il.

Un autre éditorialiste, pour The Economist, livre une analyse plus virulente : "L'Etat israélien à un intérêt critique dans le fait de retenir sa population, donc il alloue beaucoup de fonds pour défendre une vision étriquée de l'identité nationale et religieuse. En face, il n'y a pas d'organisation puissante dont l'objectif doit de promouvoir une vision tolérante, libérale du sionisme. C'est la raison pour laquelle les gens comme moi nous sentons de plus en plus aliénés, ignorés dans nos efforts pour maintenir notre identification avec Israël".

Leurs critiques ont en tout cas été entendues. A peine quelques heures après le post de Jeffrey Golberg dénonçant cette campagne, celle-ci a été annulée, à la demande du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Vu sur The Atlantic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !