Bernard-Henri Lévy : « Si en 2008, on avait entamé le processus d'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, elle serait protégée » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Crédits Photo: Capture d'écran CNews / DR
Bernard-Henri Lévy a répondu aux questions de Laurence Ferrari sur CNews sur la crise en Ukraine.

Crise en Ukraine

Bernard-Henri Lévy : « Si en 2008, on avait entamé le processus d'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, elle serait protégée »

Bernard-Henri Lévy était invité de la matinale de CNews ce mercredi 23 février. Il a notamment évoqué la situation en Ukraine et la crise avec la Russie.

Bernard-Henri Lévy a répondu aux questions de Laurence Ferrari dans la matinée de mercredi. Il s’est exprimé sur la crise ukrainienne, sur les sanctions européennes et sur les intentions de Vladimir Poutine.

D'après Bernard-Henri Lévy, le chef d'Etat russe « veut aller aussi loin qu’on le lui permettra ». « C’est la logique des dictateurs depuis la nuit des temps, quand ils sentent qu’ils peuvent entrer, ils entrent. Quand ils sentent qu’on les bloque, ils s’arrêtent ».

Pour Bernard-Henri Lévy, « il n’est pas question de laisser l’Europe (…) vivre sous la terreur d’un maître chanteur paranoïaque qui n’a qu’une idée, c'est de prendre sa revanche sur l’humiliation que, dans son esprit, lui a fait subir l’Occident ».

Bernard-Henri Lévy estime que l’Ukraine aurait dû être mieux protégée lors de la précédente crise :

« Si en 2008 on avait entamé le processus d'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, elle serait protégée [...] Les peuples ne sont pas des pions [...] On a le devoir de proposer des solutions alternatives ».

Ce mercredi, la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a estimé « hautement probable » une invasion totale de l’Ukraine, après la reconnaissance par Moscou de l'indépendance de territoires séparatistes prorusses.

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !