Barack Obama : un spectateur interrompt son discours, il lui répond | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Reuters

Zen

Barack Obama : un spectateur interrompt son discours, il lui répond

Le président américain était lundi à San Francisco afin d'évoquer sa réforme de l'immigration.

Les temps sont durs pour Barack Obama. Selon un sondage de l'université Quinnipiac, 54% des Américains désapprouvent la politique de leur président. Première cause de ce désamour : la réforme de santé "Obamacare", qui semble avoir du mal à convaincre les Américains. Ainsi, la population américaine n'hésite plus à lui adresser ouvertement quelques critiques. Cela a été le cas ce lundi à San Francisco comme le révèle Genstide. En déplacement pour défendre sa réforme de l'immigration, Barack Obama a été interrompu en plein discours par un spectateur en colère.

"Monsieur le président, s'il vous plait, utilisez vos décrets pour mettre fin dès maintenant à l'expulsion des 11,5 millions d'immigrés clandestins que compte ce pays [...] Vous avez le pouvoir d'empêcher l'expulsion de chacun d'entre eux" lui a-t-il dit. Ce à quoi Barack Obama a répondu avec classe. "En fait non, je ne peux pas. [...] Si je pouvais véritablement résoudre tous ces problèmes sans faire approuver les lois par le Congrès, alors je le ferais. [...] Nous sommes une nation de lois. Cela fait partie de notre tradition. La solution de facilité serait de hurler et de prétendre que je peux faire quelque chose en violant nos lois. Ce que je propose est plus difficile : utiliser notre processus démocratique pour atteindre le même objectif que vous".

Une réponse qui a reçu les applaudissements de la foule. Comme quoi, le président américain a encore quelques soutiens.

Lu sur Gentside

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !