Azerbaïdjan : les résultats de la présidentielle proclamés... avant le vote | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Reuters / Philippe Wojazer

Timing

Azerbaïdjan : les résultats de la présidentielle proclamés... avant le vote

La réélection du sortant d'Ilham Aliev, président depuis 2003, ne faisait guère de doute. "Triomphe de la démocratie" pour le vainqueur, fraudes "massives" pour son principal opposant.

Un score "presque" soviétique. Ilham Aliev a été réélu président de l'Azerbaïdjan pour un 3e quinquennat consécutif (il a obtenu en 2009 le droit de ne plus se limiter à deux mandats de cinq ans), selon les derniers chiffres de la Commission centrale électorale. Après le dépouillement de 98% des bulletins et une participation affichée à 72%, il obtenait ainsi près de 85% des voix, contre 5,5% pour son principal opposant Jamal Hasanli. "Le fait que le vote était libre et transparent est un pas important vers la démocratie" s'est réjoui le président qui, en 2003, avait succédé... à son propre père Heydar, au pouvoir entre 1969 et 2003.

Son adversaire dénonce de son côté des fraudes "massives", tandis que les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont remarqué "d’importants problèmes ont été observés à toutes les étapes de l’élection".

Toutes les étapes de l'élection... et même avant l'élection : des résultats ont en effet circulé sur le score de cette élection présidentielle avant même que celle-ci ait lieu ! La Commission centrale électorale a en effet diffusé, via son application officielle, les résultats... la veille du scrutin. Ilham Aliev ne récoltait alors "que" 72,76% des votes, contre 7,4% à Hasanli. La Commission a essayé de se défendre en plaidant le bug technique et l'envoi de résultats datant de 2008, sauf que la liste des candidats était bel et bien celle de 2013... Bien essayé.

Vu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !