Whatsapp, Viber, les nouveaux grands du SMS sans frontières | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Avec 200 000 nouveaux utilisateurs par jour, Viber est l'autre messagerie-prodige qui change les façons de communiquer des moins de 25 ans et des nomades.
Avec 200 000 nouveaux utilisateurs par jour, Viber est l'autre messagerie-prodige qui change les façons de communiquer des moins de 25 ans et des nomades.
©Reuters

Minute tech

Whatsapp, Viber, les nouveaux grands du SMS sans frontières

Comment téléphoner et envoyer gratuitement un texto à l'international ? Et des fichiers, des photos, vidéos ? Par les discrètes applications smartphones de messageries instantanées comme Whatsapp et Viber, qui engrangent des millions d'utilisateurs et grignotent les monopoles des opérateurs.

Depuis décembre, des rumeurs courent : Facebook souhaiterait racheter Whatsapp, l'application - phénomène qui permet d'échanger des SMS gratuitement depuis un smartphone, par wifi ou 3G, d'envoyer des photos ou des fichiers, toujours gratuitement. Whatsapp fait partie de la famille grandissante des nouvelles messageries instantanées sur téléphone mobile, qui ne nécessitent pas d'abonnement ou de mot de passe et qui permettent des heures de communication gratuites, où que l'on soit dans le monde, pourvu que l'on trouve un accès wifi. 

Bien sûr, il y a Skype, l'inventeur au milliard d'utilisateurs de la messagerie pour chater ou téléphoner gratuitement  entre deux utilisateurs connectés. Skype a bien lancé une application pour smartphone, mais il est nécessaire d'être abonné, elle est plutôt lourde et hésitante, et surtout, personne ne peut vous joindre si vous êtes déconnecté.  Depuis deux ans, tous ceux qui voyagent à l'étranger ou veulent communiquer avec leurs amis qui y vivent, éviter le coût du roaming,  ou simplement chater à outrance depuis leur mobile, ont téléchargé ces applications. Après Skype, sont arrivés Vonage, Jajah, Rebtel, Nimbuzz, Fring, eBuddy, Truphone. Mais aucun n'a atteint le fabuleux succès de Whatsapp.

Le phénomène Whatsapp

 Whatsapp,  fondé par Brian Acton et Jan Koum, deux ex de Yahoo!, a franchi les dix milliard de messages échangés quotidiennement  en août 2012 sans jamais faire de publicité, en vendant 0, 89 euro son application sur iTunes. Sa croissance explosive en fait l'application la plus téléchargée dans 114 pays, tant en Arabie Saoudite qu'au Sénégal ou en Espagne. Whatsapp a déjà entamé les parts de marché des opérateurs sur les SMS. Dans l'Espagne en crise, le nombre de SMS a chuté de 25%, probablement en fuite vers la gratuité des messages Whatsapp, en raison de la crise.

Un tel phénomène - le trafic sur Whatshapp a décuplé  entre octobre 2011 et août 2012 -, en fait un beau parti.  Mais une vente à Facebook est improbable, car Facebook vit de publicité, et les fondateurs de Whatsapp sont extrêmement anti-publicité, ("une insulte à l'intelligence" disent-ils), pour y avoir trop travaillé à Yahoo. Sur le blog de la compagnie, ils ont carrément publié un manifeste anti-pub. "Souvenez-vous,quand il y a de la publicité, vous, l'utilisateur, êtes le produit".

L'autre grand, Viber

Whatsapp n'est pas la seule application propulsée par la  volonté de contourner les opérateurs et leurs forfaits limités. Viberest le Whatsapp qui venait du froid : de Minsk,  en Biélorussie, où il a été développé par la société de deux Israéliens, Talmon Marco et  Igor Magazinik, beaucoup plus hauts en couleurs que les discrets développeurs de Whatsapp. Le succès immédiat en 2010 de leur application de messagerie sur Voip en Israël avait d'abord dépassé les deux fondateurs, à court de serveurs. Ils  se sont expatriés en Biélorussie pour peaufiner l'idée avec des développeurs peu onéreux. Aujourd'hui, avec plus de  100 millions d'utilisateurs, 150 millions d'appel mensuels, plus de 20 millions de photos échangées,  200 000 nouveaux utilisateurs par jour, Viber est l'autre messagerie-prodige qui change les façons de communiquer des moins de 25 ans et des humains nomades.  Dans un entretien avec Bloomberg, Talmon Marco a clairement fait savoir qu'il partait à la poursuite du géant Skype. Avec 6 milliards d'humains en possession d'un téléphone mobile, rien n'est impossible.

Premiers accrochages

Le succès de ces applications et le flot de messages sans frontières qu'elles permettent a déjà fait froncer les sourcils à quelques pays. Viber a été bloqué au Liban, en raison de son origine, (une  compagnie israélienne basée à Chypre). Des applications de rechange ont immédiatement été trouvées, pour contourner ce blocage , comme  Tango. Viber est également bloqué en Birmanie. Quant à l'Inde, le blocage des SMS l'été dernier pour éviter la diffusion de  rumeurs et les mouvements de panique a certainement joué un rôle dans les dix milliards de messages échangés sur Whatsapp en août dernier. Seul l'Extrême-Orient échappe encore  aux deux jeunes géants de la messagerie mobile,car un concurrent local,KakaoTalk y règne au Japon et en Corée. Que font les opérateurs traditionnels, soudain doublés ? Ils sont conscients de la menace, mais à ce jour, seul Orange a riposté en lançant sa propre messagerie instantanée sur mobile, Libon

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !