Tuerie de Pittsburgh : l’antisémitisme comme on l’aime ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Tuerie de Pittsburgh : l’antisémitisme comme on l’aime ?
©AFP

Redneckslamisme

Tuerie de Pittsburgh : l’antisémitisme comme on l’aime ?

On ne s’est curieusement pas demandé si le tueur de Pittsburgh avait eu une enfance malheureuse. On a bien fait. On devrait continuer sur cette lancée.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Les assassinats de juifs par l’extrême droite, pour toute leur horreur, permettent au moins de se remettre à dénoncer l’antisémitisme sans passer pour un affreux manipulateur crypto-sioniste dans certains milieux progressistes. Ça nous change. Ça serait presque « un mal pour un bien », comme disait ma grand-mère (en yiddish).

La philosophie générale des bourrins faisant un carton sur une synagogue de Pittsburgh n’est pourtant pas si différente de celle des barbus se payant un supermarché casher à Vincennes ou une école primaire à Toulouse : parce que des juifs à gros pif contrôlent le monde et le mènent à sa perte par pure cupidité, il faut bien qu’un héros se dévoue de temps en en temps pour les en empêcher — serait-ce au péril de sa vie…

Mais bon, on s’en doute, dans leur incarnation redneck, les shabbatophobes ne trouveront ni l’excuse d’une enfance malheureuse chez Reporterreni celle du combat anti-impérialiste peut-être un poil dévoyé chez Edwy Plenel. Ils resteront juste des méchants.

Du point de vue des victimes, en revanche, c’est du pareil au même : être mitraillé par un facho les accusant de faciliter l’arrivée de migrants arabes aux Etats-Unis ou par un djihadiste leur reprochant d'organiser le débarquement d’olims occidentaux en Israël, c’est avant tout être mitraillé. 

L’antisémitisme militant a ceci de particulier qu’il se déniche toujours un argument contemporain en surplus des préjugés judéophobes standards histoire, on imagine, de se rallier les fameux « sans opinion » des sondages. Déicide dans l’Antiquité, meurtres de petits enfants au Moyen-âge, inhumanité biologique chez les nazis, collusion avec les illuminatis et les franc-maçons chez les complotistes post-modernes, anticolonialisme chez les gauchistes en peau de lapin... Il y a forcément une bonne raison de les détester.

Avec le gros vilain authentique de Pittsburgh, toutefois, massacrer des juifs anonymes redevient universellement indéfendable. Pourvu que ça dure.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !