Stéphane Plaza et son amour secret ; Lily-Rose Paradis-Depp dans les bras de la girlfriend de Miley Cyrus (qui se contente encore de l'amour à la papa-maman?) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Stéphane Plaza et son amour secret ; Lily-Rose Paradis-Depp dans les bras de la girlfriend de Miley Cyrus (qui se contente encore de l'amour à la papa-maman?)
©

Revue de presse people

Stéphane Plaza et son amour secret ; Lily-Rose Paradis-Depp dans les bras de la girlfriend de Miley Cyrus (qui se contente encore de l'amour à la papa-maman?)

Et aussi : Amal Clooney, « Golden Lady » pour les uns, « bimbo capricieuse » pour les autres ; Kim Kardashian – Beyonce : « nous n’avons pas les mêmes valeurs » ; Carla et Nicolas : en France ou au Brésil, « c’est du sérieux », « plus que jamais ».

Sandra Freeman

Sandra Freeman

Journaliste et productrice, Sandra Freeman a animé des émissions sur France Inter, LCI, TF1, Europe 1, LCP et Public Sénat. Coautrice de L'École vide son sac (Éditions du Moment, 2009), elle est la fondatrice du média internet MatriochK.

 

Voir la bio »

Dans la presse people, ça sent plus la fin des vacances que la rentrée. Mais avant de vous dévoiler quelques « scoop » et « photos exclusives » glanés ici ou là, permettez moi de vous évoquer deux photos marquantes cette semaine.

Lily Rose Depp dans les bras de la chérie de Miley Cyrus

La première, c’est celle de Lilly Rose Depp publiée dans « Voici ». Bouche sur-maquillée rouge sang, dentition parée de mâchoire plastique de Dracula… enlacée avec une autre blonde, sexy, jolie. Elle « se fait les dents » titre le magazine. Mais que se passe-t-il donc ? « Voici » décrypte - et c’est nécessaire - : « A 16 ans, la fille de Vanessa Paradis et Johnny Depp reconnaît que l’orientation sexuelle, pour elle est encore un peu flou ». Et là, plus spécifiquement : « Elle participe à une  campagne LGBT lancée par la photographe Tillett Wright, une proche amie de belle maman Amber Heard, et pose lascivement sur Instagram avec Stella Maxwell, la girfriend de Miley Cyrus. Question Buzz, en tout cas, ça mort » conclue le magazine. Et dire qu’il y a quelques semaines, la jeune ado semblait tout juste sortie des jupons de sa maman au défilé Chanel. Les photos sont parfois plus criantes que les mots.

Amal Clooney en doré : « Golden Lady » pour les uns, « bimbo capricieuse » pour les autres

Et parfois, on leur fait même dire n’importe quoi, aux photos ! Ce n’est pas Amal Clooney qui le contredira. Cette semaine, une photo d’elle et George est publiée dans tous (oui tous) les magazines people. Lui est en chemise. Elle en robe lamée dorée. Ils sont à Ibiza. Voilà pour le factuel. Mais, chaque tabloïd raconte l’histoire que l’image lui inspire.

Version douce, « Paris Match » titre sur la  « brillante golden Lady » et légende : « la belle avocate de 37 ans à qui on pouvait reprocher sa trop grande discrétion a ce soir-là, mis le paquet pour éblouir son monde en apparaissant vêtue d’une mini robe dorée brillant de mille feux. »

Version amère (et acide) de la même photo chez « Closer » : « Amal clooney, une bimbo capricieuse » qui « s’est pavanée en robe bling-bling ». « Closer » (qui est connu pour son engagement dans la défense des droits de l’Homme) s’offusque : « Mais où est passée l’avocate humaniste dont l’acteur et réalisateur est tombé fou amoureux ? Déjà fini, la Dolce Vita ? »… Non vraiment, « elle multiplie les comportements détestables ». Et puis, « elle a changé ». Avant, « les amis de son mari, elle les trouvait parfaits » (que ce soit Julia Roberts, Cindy Crawford, Brad Pitt…), et maintenant, elle « a finalement décidé qu’ils l’ennuyaient ». La voici rhabillée pour l’été. Ah non, un petit dernier pour la route : en plus elle dépense trop d’argent (de ce qui se dit !!!) « Plus d’un million d’euros… par mois ! » (« Selon certains tabloïds »)… et d’ailleurs que ce soit vrai ou faux n’est pas l’info, à lire « Closer », qui analyse que : seul « le fait qu’on dise » qu’elle dépense 1 million est suffisant : « ça montre bien l’ampleur du désamour que provoque la belle libanaise ».

… Moi je dis : Elle aurait dû choisir une autre robe.

Stéphane Plaza et « Ramia, son amour secret » 

Par ailleurs, le scoop de la semaine de « Closer » révèle en couverture qu’un homme en scooter est amoureux d’une fille… non, ce n’est pas Mr. President, mais Stéphane Plaza et « Ramia, son amour secret ». « L’animateur vedette de M6 ne chôme pas. Même en vacances, il y a toujours un agenda surchargé »… Mais, pour Ramia, « Stéphane arrive à décrocher ». Cette explication alambiquée sert à expliquer pourquoi on voit des photos en ville et pas sur une plage aux eaux turquoise. De vraies questions s’imposent.

Mais pourquoi est ce qu’il continue de travailler ? Explication, il a un grand projet : « le lancement de son réseau d’agences immobilières (…) L’animateur compte en ouvrir entre 450 et 500 en 2020 ».

Et qui est cette Ramia ? « Depuis deux ans », elle est l’élue de son cœur. « Suissesse, elle est dans le quartier huppé de Neuchâtel. La trentaine, dynamique et indépendante, cette brune aux yeux de chat occupe un poste à responsabilité dans une banque ». Ah bon… C’est passionnant, et ? « Ils se sont croisés en 2013 au salon immobilier de Neufchâtel ».

Et voilà : une petite relation de « trois jours de parenthèse enchantée, Ramia est rentrée chez elle en Suisse »…  et Stéphane a eu un gros coup de pub pour ses agences dans le journal.

Vincent Cerutti et de Hapsatou Sy : « C’est du sérieux » 

Autre couple télé qu’on a réussi à scruter cet été ? Celui de Vincent Cerutti  (TF1, Chérie FM) et de Hapsatou Sy (D8). « Voici » l’écrit : « C’est du sérieux » ! (Copyright ?).

« Après six mois de liaison, ils ont voulu de vraies vacances, histoire de vérifier qu’il sont vraiment fait l’un pour l’autre ». Il semblerait que la réponse soit « oui » puisque ces premières vacances à New York ont été actives et harmonieuses. « Ils ont réalisé un rêve : survoler le Grand Canyon en hélico ». (Si vous vous voulez en savoir d’avantage sur leur programme, vous trouverez tout le détail dans le magazine).

Carla et Nicolas : en France ou au Brésil, « c’est du sérieux », « plus que jamais ».

Et avec Carla, au fait, c’est toujours du sérieux ? « Closer » vous répond : « Plus que jamais ». Ils sont « toujours aussi accrochés l’un à l’autre ». On les retrouve dans « le calme et la sérénité » au Brésil. Elle est venue chanter sur scène. Et lui, vous vous demandez pourquoi il est là, en train de l’embrasser sur un balcon plutôt que d’assurer la rentrée politique en France ? Et bien parce que « les guéguerres de son parti ? Ces jours-ci, Nicolas Sarkozy les observait de loin. Le patron des républicains avait d’autres priorités : épauler Carla pendant cette mini tournée en Amérique latine (…) Une décision étonnante, alors même qu’a Paris, la bataille des primaires commence à faire rage ! ».

L’idée dans le fond ? Montrer qu’on a là « un duo prêt à composer avec les ambitions personnelles de chacun, pour mieux avancer ensemble ». 

Carla et Nicolas, on les retrouve aussi dans « Gala » mais la photo date d’avant le départ aux Amériques : ils se sont fait photographier dans le bureau que s’est aménagé le patron des républicains dans la demeure familiale des Bruni Tedeschi au Cap nègre. « C’est la première fois que l’ex couple présidentiel consent à ce que les photos soient prises en ce lieu protégé ». L’idée générale à retenir, c’est qu’entre vie privée–vie publique, les Sarkozy, cet été, ont choisi de communiquer sur « la transparence ». C’est une nouvelle expression de « la rupture » aux vues des discrètes apparitions de François Hollande. Les magazines people et les Sarko sont ravis. Pour l’instant, c’est du « gagnant-gagnant » comme disait Ségolène. A suivre.

Carla Bruni et Valérie Trierweiler : deux ex-premières dames qui se captent.

Et pour clore sur ce paragraphe politique-people, « Public » met en exergue le fait que, « pour la première fois, Carla Bruni ait été solidaire de Valérie Trierweiler » : « aucune femme n’aurait tenu le choc ». Ainsi, « par cette confession pleine d’empathie l’ex-première dame apporte pour la première fois son soutien à Valérie (…) dont elle a visiblement lu le pamphlet ». Oui, c’est une affaire d’empathie féminine. Pas du tout de politique. « Les ex premières dames se comprennent ». D’ailleurs, « comme le confiait Valérie en juillet dernier dans « femme actuelle », elles s’échangent parfois des SMS ». Pour dire.

Kim Kardashian – Beyoncé : « nous n’avons pas les mêmes valeurs »

Ah le couple ! C’est de l’amour, mais c’est aussi un bel atout pour réussir. « Public » consacre sa Une cette semaine à deux couples-stars version US-international et en affiche les deux épouses : « Kim Kardashian – Beyoncé : C’est la guerre ». Non seulement, « elles ne peuvent plus s’encadrer » (nous on est d’accord avec les deux), mais on saisit que la bagarre se fait entre les duos.

Comment est menée cette guerre ? « Ce n’est pas un sprint mais une course de fond »

Et donc, ça se joue sur quoi ? « Avec ses 44,1 millions d’abonnés sur Instagram, contre 44 millions pour Queen B, Kim devance d’une courte tête son ennemie de toujours ».

Donc ce serait une guerre de territoire !! Mais pas seulement. Lisons plutôt.

« Beyoncé considère depuis toujours Kim comme « vulgaire » : quand Kanye a commencé à fréquenter Kim en 2012, Be lui a tout de suite conseillé de rompre » rappelle « Public ». Ses arguments : « elle est mauvaise pour ton image, elle est vulgaire, elle ne t’apportera rien de bon ».

Pour suivre, en 2012, sur la tournée de Kanye West et Jay-Z : « Beyonce refusait de croiser KK, qu’elle considère comme une petite parvenue », elle a essayé de faire blacklister Kim par ses relations ». Pire : en 2014, il y a eu « boycot du mariage de Kim et Kanye ».

Pour se « venger », que fait Kim ? « Public » offre un argument (surprenant à mon goût, mais bon) : « enceinte d’un petit garçon, Kim a pris une longueur d’avance sur sa rivale. Depuis près d’un an Jay Z et Beyoncé essaieraient de concevoir » (c’est sûr que si ça fait plus d’un an, normalement on aurait du voir quelque chose !). « Pour Beyoncé, pas question de s‘avouer vaincue ».

Enfin, si on cherche les vrais arguments, on les trouve dans les légendes de photos : « Mariés depuis 2008, Beyonce et son homme Jay Z sont à la tête d’une fortune estimée à plus d’un milliard d’euros » ; et en face « Ensemble depuis 2012, Kim et Kanye, auraient à eux deux une fortune estimée à 136 millions ». (« Des petits joueurs »).

Kim à Saint-Barth, avec son ventre et sans ski.

Kim, qui par ailleurs, plus concrètement, est en vacances à Saint-Barth, avec ses sœurs et sa mère. Elle « était sûre de s’éclater » rapporte « Closer », mais ça, « c’était avant de réaliser qu’elle est enceinte de six mois » commente le magazine à la suite de son post sur les réseaux sociaux : « Je ne peux pas faire du ski ; je m’ennuie ferme… ». Ce qui lui a valu cette mise en perspective du magazine : « … geignait-elle sur instagram depuis sa plage paradisiaque où l’avait déposé son yacht ».

Pippa à Saint-Barth, avec son frère, ses parents et sa planche

A Saint-Barth on trouve aussi du british de choice ! « Public » nous le prouve avec Pippa (Middleton) : « au moins, elle éclate ». Le « au moins » est adressé dans son sous-entendu, non pas à Kim, mais à Kate, sa sœur : « Alors que Kate passe l’été à changer les couches de Charlotte, sa petite sœur s’est offert des vacances sous le soleil de Saint-Barth »… et oui ! « La vie est injuste même quand on est princesse ». En réalité, la Pippa  semble bien s’amuser sur sa planche, mais elle n’est pas seule en free style. Non, elle a « pris le large avec son frère et ses parents, Carole et Michael, pour une semaine de farniente ».

Les parents Mddleton, à Saint Barth, leur couple prend l’eau.

D’ailleurs au sujet de papa et maman Middleton, selon « Voici », pendant ces vacances,  « ils ont fait bronzette en se tournant carrément le dos pendant que leurs enfants s’amusait ». Et d’ailleurs, le restant de l’année, « le plus souvent, il y a 270 km entre la maman et le papa  de Kate ». Ils seraient même « au bord du divorce » (C’est l’appel de couv’ de l’hebdo). La raison : « Michael je ne supporterait plus la médiatisation et l’implication permanente de Carole dans la vie de leur fille ».

A la vérité, ça fait quelques mois que l’histoire semble tourner vinaigre. Alors : « Noces de rugby ? Noces de fer ? Non, non : noces de sapin ! » Conclue « Voici ».

Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh : en vrai, ça va !

De ces couples dont on ne cesse de parler de la rupture, il y a celui de Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh. Et pour une fois, on a choisi de les protéger un petit peu de toutes les folles rumeurs. C’est « Gala » qui les affiche en couverture : « Sont-ils toujours ensemble ? ». Tout prouve que « oui » et que, c’est le fait de « vivre hors mariage qui fait d’eux, la cible de folles rumeurs ». Mais chez « Gala », ils trouvent que ce n’est pas bien et ils n’apprécient guère « cette tendance à voir le pire chez les autres ». Est ce par « Jalousie ? » ou par « besoin de se rassurer à bon compte sur la folle médiocrité conjugale ? » s’interroge l’hebdo. En tous les cas, si on parle de la rupture, ce n’est certainement pas parce que le couple bat de l’aile. Message bien reçu.

Jean Dujardin, Nathalie Péchalat et le choix de la poussette

Eux, ils sont plus version Normandie que Monaco ou Saint-Barth, et ça ne leur empêche pas de faire la Une de « Voici » cette semaine. Qu’est ce qu’il y a ? Du nouveau ? Un mariage ? Une séparation ? Une deuxième grossesse concomitante ? Non : « ils préparent l’arrivée de bébé ». Pas forcément un scoop. L’information se confirme par des détails : « En attendant la naissance prévue dans quatre mois, le couple cherche la maison de ses rêves (et la poussette idéale). Et donc ? Elle a fait sa prise de sang «  avec le sourire », « se pose en terrasse avec une amie », feuillette « un énorme catalogue de poussettes ».

(Ça sent la grosse enquête  quand même)

Et Jean ? « Pas plus stressé que sa belle », il n’a rien changé à son emploi du temps habituel : Jogging, tour dans le quartier. Et la Normandie ? C’est où habitent les parents de Nathalie, et ce « sera une destination régulière le week-end ». Ok ! Merci  pour l’info.

Céline Dion : « René veut mourir dans mes bras »,

La figure même du « couple star », c’est celle du couple Céline Dion et René. Sauf qu’aujourd’hui, son époux est très gravement malade et les jours de l’homme qui est entrée dans sa vie il y a 34 ans sont comptés. Dans une interview au magazine américain « USA Today », la chanteuse s’est livrée très ouvertement et tous nos tabloïds la reprenne. « René veut mourir dans mes bras », c’est la phrase qu’on retiendra.

 « Closer » rapporte : « Ma peine m’a occupée toute cette année. Mais je pense que j’en ai assez. Pour l’instant. Quand cela devra me frapper, cela me frappera ; pas aujourd’hui. La plus grande tâche est de dire à mon mari : « Ça va aller. Je prendrai soin de nos enfants, et tu nous regarderas d’ailleurs…»

« Public » restitue cet autre passage de l’entretien : « combien de temps il lui reste ? Nous avons demandé plusieurs fois. Trois semaines ? Trois mois ? Mais les médecins nous disent qu’ils ne savent pas. René veut mourir dans mes bras, Il lui arrive parfois de paniquer quand je ne suis pas là et il avait déjà fait part de la liste des choses à respecter pour ses funérailles ».

Désormais, elle continue de s’occuper de lui mais recommencera de chanter « pour lui » dès le 27 août, à Las Vegas. « Professionnelle jusqu’au bout », « parce que c’est René qui le lui a demandé » : « Je ne voulais pas au départ, mais René veut que je fasse tout ça, le spectacle, les interviews…»

Jenifer va « changer de vie » (vaste programme)

Pour terminer, on ne pourra se passer de la sempiternelle Jenifer (ils devraient lui reverser des royalties). Pour « Public », elle va « changer  de vie ». Ce n’est pas rien ! C’est à dire ? « C’est décidé… »,  C’est « un vrai tournant dans sa carrière », « elle a conscience qu’elle joue gros »… les mots pour accompagner l’annonce nous impressionnent. Le truc, c’est qu’« elle se lance à fond dans le cinéma » et que « la star de « Faut pas lui dire », le premier film de Solange Cicurel, c’est elle ! ».

On mesure qu’elle joue gros, oui.

Et « Public » (qui la connaît bien) se met à sa place aujourd’hui : « d’un naturel angoissé, elle doit avoir une boule au ventre à l’approche du tournage qui débutera le 7 septembre, à Bruxelles ». « Closer » complète et remet l’information dans son contexte : elle est  « en pleine promo pour la saison de « the Voice Kids » » et quelle « laisse planer le doute quant à sa participation à la saison cinq the Voice 5 ».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !