Miss Kardashian croque les dollars, Jacques Chirac préfère les moules | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Miss Kardashian croque les dollars, Jacques Chirac préfère les moules
©DR

Revue de presse people

Miss Kardashian croque les dollars, Jacques Chirac préfère les moules

Kim Kardashian s’offre un mariage à 10 millions de dollars, Brad Pitt affrète un train entier pour faire voyager sa famille. Les plans d’austérité, c’est pas pour les people.

Bouh, que cette rentrée est morose. Crise financière, rigueur économique… Bizarrement, sous ce triste climat, les people nous paraissent encore plus comiques. Oui, de vrais bouffons. Regardez comme ils sont rigolos, flambant leurs dollars sur leurs yachts, leurs caprices en bandoulière ! Le krach boursier ? Connaissent pas. La récession ? Cela n’empêche pas la styliste Rachel Zoe d’offrir à sa progéniture de cinq mois 22 paires de chaussures, parmi lesquelles des Tod’s et des Hermès, ainsi qu’un blouson Gucci à 800 euros (lu dans Grazia). Ils sont à mourir de rire, ces people, non ? Allez, pour la route, une autre histoire drôle signée Grazia : « Le 17 août, pour se rendre à Glasgow avec l’équipe du film World War Z et sa famille, Brad Pitt a loué un train à Londres. Exotique (les bambins ont découvert avec émerveillement ce moyen de transport populaire) mais safe (pas de familles pique-niquant d’un œuf dur dans les wagons). »

Le fric, c’est chic

Kim Kardashian est une des vedettes de la semaine. Faut dire qu’elle a mis le paquet pour qu’on parle d’elle, avec son mariage à 14 millions d’euros. Et ce n’est pas David Charvet, un ancien héros d’ « Alerte à Malibu » en couverture de Gala, qui lui fera de l’ombre. Lui aussi, il s’est marié, sur un yacht à St Barth. Mais, que voulez-vous, c’est un petit joueur. Sa femme n’arbore ni diadème, ni brushing, ni bagouse (on devine à peine une paire de Jimmy Choo à ses pieds), et lui est en baskets ! Mais revenons plutôt à notre mariée cousue d’or, Kim Kardashian. « Kim avait promis un mariage plus grandiose que celui de Kate et William, ce fut une cérémonie digne d’un conte de fées et very VIP, à 14 millions d’euros », lit-on dans Public. La reine d’Angleterre n’y était pas, pas plus que David Beckham, mais on pouvait y voir Eva Longoria, Lindsay Lohan et Avril Lavigne. Plus intéressant, on apprend dans Voici, que cette maligne de Kim n’a quasiment rien déboursé (à chacun son plan d’austérité). Le magazine égrène les cadeaux de la corbeille de mariage : ses robes Vera Wang à 60 000 $, sa pièce montée (la même que celle de Kate et William) à 12 000 $. Même le lifting à 50 000 $ de la maman était gratos.

Dix à peine, et déjà des milliards de dollars

Moins drôle, plutôt glaçant même, on tombe dans Grazia sur un très beau reportage photo sur les « mini-garques », enfants d’oligarques russes. La photographe allemande Anna Slakdmann les a immortalisés, mélancoliques, dans leur univers de luxe. On voit une petite fille vêtue de sa robe préférée, une Dior couture, devant un home cinéma tout en velours gansé d’or. Une autre pose dans le garage de papa. Adossée à une voiture de collection, elle a dit vouloir ressembler à Catherine Deneuve. « Leurs parents ont vécu l’ère soviétique, une époque où l’on ne pouvait même pas s’acheter un jean, explique la photographe. Avec la chute du communisme, ils ont fait fortune très rapidement, et depuis, ils sont un peu perdus. Personne ne leur a fixé de limites et ils sont incapables d’en imposer à leurs enfants ».

Cocorico !

On ne voudrait pas verser dans le chauvinisme, mais on constate que les people français la ramènent un peu moins avec leur pognon. Voire pas du tout. Par exemple, Depardieu ne ferait jamais parler de lui pour un pourboire à 35 000 euros (une habitude de Jay-Z, lit-on dans Grazia). Pour cela, il lui suffit d’asperger d’urine la moquette d’un avion. Après une médiatisation internationale (CNN , le Time et le Los Angeles Times ont commenté l’incident) VSD nous rappelle les faits, les ennuis de prostate dont souffrirait le brave Gégé, et la conclusion de l’affaire : « [L’acteur] s’en tire plutôt bien : pas de corvée de nettoyage, pas de plainte de la compagnie, et même un traitement de faveur, puisque après avoir été évacué il s’est vu proposer de monter dans un autre avion et est arrivé ainsi deux heures avant ceux qu’il avait mis en retard ! »

Enfin, on s’amuse de lire dans VSD l’emploi du temps des vacances de Jacques Chirac. Pas de yachts, ni de champagne à l’horizon. Son bonheur à lui tient dans un caquelon de moules et une jolie fille court vêtue à qui faire le baisemain. Ce qui a évidemment le don d’exaspérer Bernadette… Le magazine nous livre une savoureuse tranche de vie chiraquienne : « Jeudi 18 août. Les couples Chirac et Pinault décident de prendre une collation à la terrasse d’un établissement chic de Dinard, après s’être oxygéné les poumons. Il est un peu plus de 17 heures. Bernadette commande un thé, Maryvonne un soda allégé, François une eau gazeuse et Jacques une solide portion de moules frites, accompagnée d’un demi bien frais pour faire glisser son quatre heures. « Que voulez-vous ? » lâche Mme Chirac, navrée, au serveur qui la regarde, perplexe. »

Alors, Miss Kardashian, ne goûterez-vous pas à l’austérité d’un bon plat de moules ?

Astrid Eliard

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !