Charlotte/Yvan, ça repart ? Carla, Valérie en pétard, Laura dans un traquenard | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Charlotte/Yvan, ça repart ? Carla, Valérie en pétard, Laura dans un traquenard
©

Revue de presse people

Charlotte/Yvan, ça repart ? Carla, Valérie en pétard, Laura dans un traquenard

... Mais aussi Stéphane Diagana à la retraite, Karim Benzema, mauvais petit-fils et Jade, la fiancée d'Arnaud Lagardère peut-être enceinte ?

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Ils s’étaient séparés ? Ils se retrouvent !

C’est un vieil adage du journalisme, encore plus pertinent sur Internet où le clic règne en maître : une info, un démenti, c’est deux informations. La semaine dernière, les gazettes people nous entretenaient de la fin du mariage Yvan Attal-Charlotte Gainsbourg. Cette semaine, Public nous apprend qu’ils se rabibochent. Ca fait plaisir parce que dans les pages suivantes, il n’y a que des couples qui se défont. Ca doit être une histoire de cycles.  D’ici à ce qu’ils se re-séparent la semaine prochaine...

Pas mal de fesses aussi, dans ce numéro : celles de Madonna, qui pourraient être refaites ou simplement tombante, le magazine ne tranche pas, celles d’Ashley Tisdale, dont je ne peux rien vous dire parce que je ne sais pas qui elle est, et celles de Nicole Richie, dont je crois savoir qu’elle est la fille de Lionel Richie.

Un nouvel actionnaire pour EADS ?

Je ne sais pas ce qu’en pense le lecteur moyen de Voici, qui découvre que Jade, la fiancée d’Arnaud Lagardère est peut-être enceinte, mais j’imagine que ça fait gamberger un tas de gens dans les plus hautes sphères, en France comme en Allemagne.

Arnaud Lagardère, c’est le patron du groupe du même nom, actionnaire notable d’EADS, une entreprise de défense dont on peine à savoir ce qu’il veut en faire (il voulait vendre, mais il a changé d’avis). Qui sait, la bosse des affaires saute peut-être une génération. Si c’est un garçon et qu’Arnaud veut rendre un peu d’espoir à son conseil d’administration, qu’il l’appelle Jean-Luc.

« Touchez pas à ma fille ! »

Carla Bruni est dans Elle et elle est un peu en pétard. Elle trouve que la presse est un peu dure avec le président, et n’apprécie pas que l’on dise qu’elle utilise sa fille pour la campagne. On la comprend, moi non plus je n’aimerais pas que l’on utilise ma fille pour la campagne même si ça ne me dérange pas tant que ça lorsqu’on dit du mal du président.

Mais pour faire bonne mesure façon CSA, l’hebdo féminin nous parle aussi un peu de Valérie Trierweiler, la copine de François Hollande. Enfin, ils disent la « compagne » parce que c’est plus policé et plus posé, mais copine, ça ferait plus « normal » tout de même...

La moitié journaliste de ce couple politique-média est un peu comme Audrey Pulvar : elle ne veut pas qu’on la gonfle avec ces histoires de connivence à la française. « Pendant cette campagne, je vais là où j’ai envie d’aller, confie-t-elle, je ne me sens obligée et on ne m’oblige à rien ». On l’oblige bien un peu à montrer sa trombine dans les journaux, dont le sien propre, mais bon, il faut vivre avec ses contradictions...

Laura Smet : pas de rechute, c'était le GHB

Fin janvier, l'actrice avait été arrêtée nue, ivre et droguée dans la rue à Paris. Après s'être éloignée à la campagne pour se reposer, elle révélait cette semaine dans le Parisien les raisons de cette sortie de route.
Comme Closer le met en Une, Laura, c'était le GHB. Pas une rechute dans la drogue de la fille de Johnny Halliday et Nathalie Baye mais un traquenard : Laura aurait été victime de la "drogue du violeur" qui lève les inhibitions et enlève toute mémoire de ses actions pour celui ou celle qui en a pris. Et l'actrice de raconter au Parisien : "C'était des conneries. Pour vous dire la vérité, on avait mis un truc dans mon verre, la drogue du violeur.Je le sais parce que l'on a fait des analyses le lendemain. Je ne me souviens de rien, mais cela m'a mis dans une situation... embarrassante. Mais je n'étais pas saoule à poil dans la rue. Voilà. Maintenant, tout est réglé et aujourd'hui, je suis en pleine forme."
Ouf! On préfère savoir que la jeune femme a été victime de "démons" rencontrés dans une soirée plutôt que d'avoir été rattrapée par les siens propres, si souvent évoqués par la presse people.

« Je serai un président différent ! »

Si Carla est dans Elle, Nicolas est dans Paris-Match. Chacun son boulot. Mais ce coup-ci, on n’est vraiment pas dans le trip popote-famille. Non, ça ne rigole pas. On est à l’Elysée, au bureau, et ça bosse à mort.

Notez que c’est peut-être une mauvaise idée marketing, ça. Montrer un président qui travaille comme un dingue pour faire passer le message « Je serai un président différent », ça peut être contre-productif. Genre, si vous m’en donnez encore pour cinq ans, je fais comme Chirac 2 et je me la coule douce...

Mais qu’on ne s’inquiète pas pour ça, apparemment : les réformes, ça devrait continuer. « Je serai un président qui aura plus de recul par rapport à l’actualité et qui se préoccupera avant tout des grandes réformes qu’il y a à mener ». C’est sûr, s’il se met à ne plus réagir à l’actu, c’est qu’on nous l’aura changé, l’omniprésident.

Retraite sportive

Gala fait sa couve sur Jennifer et ses histoires de Voice, mais je préfère m’intéresser à Stéphane Diagana, que l’on peut voir en pleine forme sur son vélo. Comme l’ancien athlète est plutôt sympa et qu’on sait qu’il s’était explosé au col de Vence après avoir été percuté par une voiture, on est content de voir qu’il va mieux.

De toute manière, les grands sportifs ont toujours l’air de se remettre quatre fois plus vite que les gens normaux, y compris lorsqu’ils sont à la retraite. Moi, un problème d’adducteur m’empêche de courir trois mois et eux, ils peuvent aller aux JO avec un plâtre. Allez comprendre...

Ah, j’allais vous parler de Jacques Dessange, qui est aussi très présent dans ce numéro, mais je viens de me rendre compte que c’était de la pub et pas un article. Suis-je bête, si Jacques Dessange était une blonde à forte poitrine, il ne s’appellerait pas Jacques enfin...

Campagne présidentielle : mais qu’est-ce qu’ils prennent pour tenir ?

Diagana n’est pas dans Grazia, mais il pourrait. Ou moins dans ce papier consacré à la manière dont les candidats à la présidentielle se débrouillent pour assurer meeting après meeting.

« Ils ont des cernes, les traits tirés. Pourtant, ils n’ont pas d’autre choix que de tenir le coup. Plus que trois semaines avant le premier tour. Pas le moment de flancher. Quels sont leurs secrets ? »

Mais on est vite déçu et ça manque de secret croustillants même si l’usage de la cocaïne est vaguement évoqué. Mais tout de même, ces sexagénaires ont l’air d’avoir un sacré tonus.

Star du foot et petit-fils ingrat ?

Karim Benzema, star du foot en petit-fils ingrat ? VSD le laisse entendre dans un  papier qui met assez mal à l’aise. Les histoires de famille, c’est compliqué, mais on a l’impression qu’il doit y avoir quelque chose d’un peu retors derrière le refus du champion de financer une partie de la retraite d’une femme par laquelle il a été partiellement élevé. « Il donne aux restos du cœur, mais sa famille y va pour manger » assure sa tante Hélène, très remontée. Pour ceux que ça intéresse, le tribunal des affaires familiales de Lyon dira la semaine prochaine si Benzema est un si mauvais petit-fils...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !