Qui veut gagner des millions ? Impossible d'y prétendre si vous n'êtes pas déjà milliardaire ! , Le Point et Marianne veulent sauver le soldat Valls ! ; A quoi vont servir les constructifs ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Qui veut gagner des millions ? Impossible d'y prétendre si vous n'êtes pas déjà milliardaire ! , Le Point et Marianne veulent sauver le soldat Valls ! ; A quoi vont servir les constructifs ?
©

Revue de presse des hebdos

Qui veut gagner des millions ? Impossible d'y prétendre si vous n'êtes pas déjà milliardaire ! , Le Point et Marianne veulent sauver le soldat Valls ! ; A quoi vont servir les constructifs ?

Et encore : l'escroc qui a raflé des millions en se faisant passer pour Le Drian, la chute de popularité de François Bayrou, Donald Trump rattrapé par ses " Dossiers noirs".

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

C'est "LE" numéro de l'été de Challenge, celui du palmarès des 500 plus grandes fortunes de France. Un petit pavé qui fait, tout au long de l'été, les délices des businessmen (-les "women" sont très minoritaires), qui peuvent comparer les évolutions annuelles de leur patrimoine et celui de leur concurrent ou leur voisins. Le succès de vente du numéro est garanti, celui des recettes publicitaires également et cela fait des envieux. L'Express a voulu tenter l'expérience, mais Challenge a vu rouge et a menacé son concurrent d'un procès en contrefaçon (- le news voulait avoir recours au même logiciel de calcul). Challenge observe que depuis 1996, souvent grâce à l'immobilier qui n'a cessé de grimper, "le patrimoine des ultra-riches en France a considérablement progressé : le nombre de milliardaires a explosé, de 11 à 92, et au total, la valeur des 500 fortunes est passée de 80 à 570 milliards. Autrement dit, elle a été multipliée par sept. Alors que pendant les mêmes vingt ans, la richesse produite par France SA, mesurée par son produit intérieur brut n'a fait que doubler". Cette prospérité de l'élite des fortunes contraste avec le sort du reste de la population", constate Challenge qui fait appel aux commentaires de Thomas Piketty et Philippe Aghion. A défaut de palmarès, L'Express propose une enquête sur "qui sont les riches", "quelles sont les personnalités les plus riches de France et nous apprend que les 20 personnalités les plus riches "pèsent 226 milliards", et salue "le dynamisme entrepreneurial des dynasties français", et fait une série de portraits de quelques "nouveaux riches" qui "ont bâti leur réussite en dix ans". Des exceptions, car les fortunes se transmettent...

Où habitent-ils? Où vont-ils en vacances ? (en dehors de Saint-Tropez?). Challenge consacre un article à au complexe hôtelier (-composé de villas individuelles, des bergeries rénovées), de Murtoli en Corse, un "paradis de 2.500 hectares de maquis et 10 kilomètres de bord de mer", dont les propriétaires peuvent s'enorgueillir d'"avoir la chance inouïe de pouvoir choisir leurs clients". Dans l'ensemble les riches " vivent cachés", souligne l'Express. Bien sûr, la compétition entre Bernard Arnault, François Pinault, la famille Bettencourt reste passionnante. Les deux magazines livrent des focus sur des fortunes (de millionnaires seulement!), peu connues, telle  ces" petits empires locaux", construits à partir du rachat de deux ou trois hypermarchés... Leclerc.

Et quand on parle des riches, impossible de ne pas soulever (- pour la quatre millionième  fois), la question de l'ISF ce que fait (- de manière orientée), Challenge :"absurdité économique ou justice sociale ? Faut-il renoncer à taxer ces 1% des plus fortunés, visés, alors que même l'OCDE et le FMI préconisent de relever l'imposition du patrimoine pour réduire les inégalités"? "Non", répond le mag, mais autrement. Comme Emmanuel Macron l'a promis ...Et le journal rappelle la phrase de DSK:"l'ISF embête les millionnaires sans gêner les milliardaires".

L'homme qui vaut 5400 milliards

Pas de palmarès mais un portrait de "l'homme qui vaut 5400 milliards de dollars":   Larry Fink, le patron du groupe Blackrock, le fond qui gère l'épargne de millions de retraités à travers le monde. L'Obs l'a rencontré à l'occasion de son passage à Paris où il a été" reçu " très discrètement à l'Elysée et à Matignon".Verdict de celui qui scrute la croissance à long terme : « Si Emmanuel Macron fait les réformes dont il a parlé pendant la campagne, s’il a une forte relation avec la chancelière [Angela Merkel] et peut la convaincre de dépenser une partie de ses excédents, cela produira un très bon résultat...La France changera énergiquement son économie au moment où l’économie allemande accélérera aussi énergiquement. C’est ce que nous espérons". Sera-t-il entendu ? "Pour lui, la réforme du marché du travail est essentielle. Le financier, qui se pose en défenseur des droits des retraités dans le monde entier, a en effet une inquiétude concernant la France : " Vous ne créez pas assez d’emplois pour les jeunes." Or c’est indispensable pour l’équilibre du régime des retraites. C’est aussi nécessaire pour faire repartir la croissance en Europe ". Si,  avec des "si"...

Enfin, tout à l'opposé, Marianne est allé enquêter de ceux qui n'ont plus un rond...en Grèce le pays où 50% des moins de 25 ans sont au chômage (24% de la population active ) où les retraites ont baissé pour la treizième fois et où "l'émigration est devenue la seule issue...de secours".

Les constructifs, opposants ?

Evidemment au moment où le Point était à l'impression, la "dernière" des constructifs qui ont raflé (avec l'appui de la majorité), le poste de questeur dévolu à l'opposition,  à l'Assemblée, n'était pas encore connue. Le mag  consacre une enquête à ce groupe composé de L.R. en dissidence avec le parti de la rue de Vaugirard,  et de députés UDI, et qui se montre très coopératif avec le nouveau pouvoir. "Macron se ménage ainsi un  appoint à sa majorité si le Modem de Bayrou devait, à un moment ou à un autre, lui faire défaut..."écrit le mag qui  croit savoir que le groupe ne restera pas à l'état strictement parlementaire. Solère prépare déjà un appel des élus locaux à la constitution d'une force nationale qui, vis à vis du pouvoir,  sera un partenaire à la fois utile et tatillon. A Toulouse, le maire Jean-Luc Moudenc, à Nice, Christian Estrosi, à Reims, Arnaud Robinet, comme les maires d'Angers, de Niort, d'Angoulême ou même du Havre (Luc Lemonnier, le successeur d'Edouard Philippe,) auraient vocation, d'ici la fin de l'année à armer un  nouveau parti dont le positionnement sur la scène nationale fait l'objet de nombreux calculs et convoitises". Et par-delà ces questions partisanes, le maire de Toulouse  revient, dans le Point, sur les conséquences du non cumul des mandats : les grands élus ne siégeront plus à l'Assemblée. Comment pourront ils "intervenir dans le processus d’élaboration des lois "qui les "concernent dans divers domaines, et en premier lieu, pour la loi de finances"? questionne l'élu. En attendant, Thierry Solère, qualifié d'"acrobate" par l'Express, est sérieusement égratigné par le mag qui cite des responsables (anonymes), qui le qualifient de " traitre", de "cynique joyeux et parfaitement assumé, connu pour ses fidélités successives". 

Bayrou la chute

"La chute vertigineuse", titre Paris Match qui publie le baromètre Ifop-Fiducial  dans lequel  le président du Modem perd seize points. Il passe de 55% de bonnes opinions à 39% en un   mois."Une vraie rupture  pour le leader du Modem qui n'était jamais tombé sous la barre des 50%" commente le mag . Une telle chute rappelle celle de François Fillon en février dernier ou encore les mésaventures Michèle Alliot-Marie en janvier 2011 (-19),contrainte à la démission à la suite d'une affaire immobilière impliquant son père." Un peu moins sévère, le baromètre IPSOS  pour le Point, note une baisse de 13 points  pour François Bayrou qui passe de la 7 à la 23e place dans le classement des personnalités...Un baromètre où Edouard Philippe gagne huit points par rapport au mois dernier.  

Sauver le soldat Valls

Trop , c'est trop ; les éditorialistes prennent la plume pour prendre la défense du soldat Valls. L'ancien Premier ministre qui quitte le PS "n'avait pas été invité aux réunions constitutives du groupe " nouvelle gauche" des 20 et 22juin. Dans le Point, Franz-Olivier Giesbert trempe sa plume dans l'encre rouge :"Depuis plusieurs semaines l'ancien Premier ministre est la cible d'une campagne hystérique, d'une rare violence, de la part des islamo-gauchistes de la bonne presse, des " frondeurs" du PS, de la France Insoumise ou de la République en Marche qui a fait battre son ami Malek Boutih aux législatives " (-ndlr tout comme d'autres députés sortants vallsistes)...Pourquoi tant de haine? ...Sans doute le matador catalan paie-t-il d'avoir toujours fait preuve d'intransigeance sur des questions comme la république ou la laïcité, alors que la plupart des grands politiques, à commencer par le chef de l'Etat, entretiennent sur ces sujets un flou qui, hélas, n'est pas seulement artistique". L'éditorialiste le compare à Cambronne  qui aurait répondu au général britannique qui le sommait de capituler " la garde meurt mais ne se rend pas". Cambronne a eu un autre mot fameux qui tout le monde connait ...et de poursuivre :" si les mots ont un sens, nous vivons aujourd'hui une nouvelle occupation, celle de la bien-pensance de plus en plus pesante". Dans Marianne son collègue Renaud Dély écrit que le" sort fait à Manuel Valls est injuste, indigne, et inquiétant": "Mais, enfin, que lui reprochent les donneurs de leçons d’une gauche en perdition ? D’avoir "trahi " son engagement de soutenir le vainqueur de la primaire de gauche ? François de Rugy a fait de même et vient d’être récompensé par l’hôtel de Lassay… D’avoir tenu des propos hostiles à l’accueil massif de migrants ? Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb les a répétés sans que personne, ou presque, s’en offusque, et surtout pas le président de la République. En ces temps où la gauche se noie, Manuel Valls y est un bouc émissaire parce qu’il en est aussi la mauvaise conscience. Il est l’homme qui a tenté de ressusciter à gauche une tradition de défense de l’ordre et de promotion de la laïcité qui s’était dissipée dans les vapeurs libertaire de Mai 68. Son départ du PS signe son échec. Il pourrait bien aussi sonner le glas d’une certaine idée de la République au sein du PS. Une idée qui survivra ailleurs, car Manuel Valls le sait : Clemenceau aussi, un temps, fut haï". L'Express brandit  François Mitterrand :" pour l'ancien Premier Ministre voici venu le temps de la patience ; tous les espoirs sont permis: treize ans après avoir connu l'humiliation des pestiférés dans l'Hémicycle, Mitterrand entrait triomphalement à l'Elysée."

Une  escroquerie extraordinaire

Le Point raconte l'histoire d'une arnaque à plusieurs millions d'euros qui a touché les grandes fortunes françaises voire mondiales. Les faits se sont déroulés entre  le printemps 2015 et l'été 2016 . Un individu se faisant passer pour le ministre de la Défense de l'époque Jean-Yves Le Drian a extorqué des sommes faramineuses ( plusieurs millions d'euros ), à des "des dizaines de personnalités, grands patrons, héritiers, présidents d'ONG, chefs d'Etat, pour leur réclamer une contribution financière afin de payer de payer une rançon destinée à faire libérer des otages français. Motif invoqué "l'Etat ne peut pas apparaitre". Avec un toupet stupéfiant, il contactait également les ambassades pour entrer en contact avec les chefs d'états étrangers.L'escroc a réussi à amadouer une grande fortune "grâce à des détails sur sa vie privée". Il conversait même avec ses victimes sur Skype, "grimé en sosie de Jean-Yves Le Drian, assis dans un bureau de grand standing". Mais " chaque fois, l'image diffusée est de si piètre qualité qu'il est impossible de discerner quoi que ce soit. Et surtout pas la vérité...Pour rassurer les généreux donateurs, l'escroc n'oublie jamais de leur faire parvenir par mail une lettre du "gouverneur de la Banque de France" par laquelle il s'engage à leur rembourser les sommes avancées. De petites mains ont déjà été" arrêtées en Pologne et c'est vers Israël que les enquêteurs orientent aujourd'hui leurs soupçons" écrit le Point

Les dossiers noirs de Donald Trump

L'Obs  consacre sa couverture aux "Dossiers noirs de la famille Donald Trump". Une famille que le mag compare aux " Corleone, avec un parrain nettement moins glamour et plus déjanté que Marlon Brando. Les Trump sont un clan, un clan où l’on n’oublie rien et où la loyauté personnelle prime par-dessus tout. On le savait avant l’élection, cela s’est confirmé depuis : Donald Trump n’a pas d’amis. A l’image d’un "don" de la Cosa Nostra, il n’a que des parents, des associés, des affidés et des ennemis. Il vit dans un monde où la loi n’est pas celle des Etats-Unis mais celle de l’allégeance personnelle. Un monde paranoïaque, dans lequel même les affinités familiales sont mues par l’argent. C’est ce qui a surpris certains, et met aujourd’hui en péril la maison Trump : l’homme et le clan sont indissociables, ses affaires publiques et privées se confondent, et la fidélité y est toujours intéressée.... le patriarche, n’a jamais fait confiance qu’à ceux qui baisaient sa bague et ce n’est pas un hasard si, cinq mois après son arrivée au pouvoir, 404 postes clés de l’administration, sur un total de 558, sont encore vacants".

Aujourd'hui estime le mag,  les "Dossiers noirs " (publié par Nouveau Monde Editions)  de l’homme d’affaires Donald Trump rattrapent le président Donald Trump, certains sont même devenus partie intégrante de l’enquête dirigée par le procureur spécial Robert Mueller sur la possibilité d’une collusion entre la Russie et la campagne de Trump en vue d’influencer l’élection de 2016". Ces " Dossiers noirs" republient "certaines enquêtes de presse américaines et en y ajoutant quelques récapitulatifs originaux, Connexions tortueuses, argent russe en quête de blanchiment, seconds rôles mafieux, femmes fatales, rixes de bar, balafres et menaces lugubres… Tout y est... On regrettera ici ou là un manque de prudence dans le traitement d’informations explosives mais non prouvées, comme le fameux« rapport Steele » et les supposées galipettes sexuelles de Trump à Moscou. Enfin, s’il est vrai que la presse américaine a tardé à fouiller de fond en comble le passé du candidat Trump, elle a effectué et continue d’effectuer un travail remarquable – jusqu’à ces derniers jours, avec une enquête révélatrice de Bloomberg sur la société Bayrock et l’ex-associé éminemment louche de Trump, Felix Sater. C’est sur ces dossiers que se penchent, aujourd’hui, une quinzaine de limiers hors pair recrutés par (le procureur,) Robert Mueller. Et ce sont eux, peut-être, qui signeront la chute de la maison Trump". Ce qui ne manifestement ne déplairait pas au mag.

Et encore...

Valeurs Actuelles publie la carte de France  des fichés S pour radicalisation 11 820 personnes (sur la couverture le mag  annonce "15000 Islamistes près de Chez"), concentrées en région parisienne, les Hauts de France, le Sud ....Pour le mag " il est temps de changer de logiciel". et "peut-être de s'inspirer de la manière dont les Américains ont élaboré leur riposte après le 11 septembre"...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !