Quand les rebelles tournent sur la jante, quand les abeilles butinent les tigres et quand les fleurs éclosent dans la nacre : c’est l’actualité des montres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Le dieu Kronos et son sablier, interprétés par le pinceau d’un artiste japonais inspiré par le réalisme fantastique européen…
Le dieu Kronos et son sablier, interprétés par le pinceau d’un artiste japonais inspiré par le réalisme fantastique européen…
©DR

Atlantic-tac

Quand les rebelles tournent sur la jante, quand les abeilles butinent les tigres et quand les fleurs éclosent dans la nacre : c’est l’actualité des montres

Mais aussi une nymphe dont l’éternelle jeunesse défie le temps, un crâne qui cadence le battement des secondes et une puissante nostalgie de l’âge d’or de belles mécaniques…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »
NOUVELLE HORLOGERIE CALABRESE: Mythographie temporelle…
 
On vous pardonnera d’autant plus volontiers de ne pas connaître la maison Nouvelle horlogerie Calabrese que même les Suisses en ignorent l’existence : c’est pourtant un des ateliersles plus inventifs de la scène horlogère locale, mais Vincent Calabrese est un vieil anarchiste bougon et colérique, ingérable et attachant, qui n’aime rien tant que d’en faire à sa tête et de vitupérer l’établissement horloger. On lui doit quelques jolies inventions horlogères, mais il excelle dans l’art de réinventer les objets du temps. En témoigne cette montre Kronos, où le cadran porteur de l’image du dieu grec – interprété ici dans un style réaliste qui relève quasiment de la bande dessinée – tourne tout autour du cadran, avec son sablier et la nymphe qui symbolise l’éternelle jeunesse, pendant soixante minutes. On y lit les heures dans le guichet intérieur et les minutes sur l’échelle qui encercle le cadran : ici, il est 07:40 ou 19:40. La valse lente de Kronos et ces heures vagabondes ont une portée métaphysique qui va bien au-delà de cet affichage très original du temps qui passe…
 
 
ANGELUS: Une cadence qui fait battre les secondes avec un temps d’arrêt…
 
La tradition du « jour des morts » est une fête païenne mexicaine, attestée voici près de trois mille ans, reprises par les Aztèques, puis plus ou moins christianisée après la conquête espagnole. Elle est aujourd’hui un thème touristique à connotation nationaliste, d’autant plus apprécié dans le monde entier (il est même classé par l’Unesco comme patrimoine culturel de l’humanité) qu’il s’appuie sur des crânes spectaculairement décorés, qui reprennent la tradition européenne des Memento Mori. Les horlogers ne se privent pas d’user et d’abuser de ces crânes, comme la maison Angelus, qui a dédié son spectaculaire « tourbillon » U 10 Calavera (62 mm de longueur sur 38 mm de largeur) à cette tradition : pour le plaisir des yeux,la lecture des heures et des minutes y est séparée des battements du cœur de la montre, l’aiguille des secondes venant battre la cadence avec une majesté de pendule à l’ancienne – en marquant un bref temps d’arrêt à chaque seconde. L’ensemble est très démonstratif au poignet et très original sur le plan mécanique : inutile de vous alarmer pour le prix, qui est stratosphérique, mais il y aura bien un des honorables gentlemen des cartels mésoaméricains pour vouloir épater ses copains avec une telle montre à son poignet…
 
 
MICHEL HERBELIN: Un clin d’œil à l’âge d’or des montres mécaniques…
 
La maison familiale Michel Herbelin fête cette année ses soixante-dix ans. Ce qui tombe bien, puisque la mode est à ce style vintage qui nous renvoie à l’âge d’or des montresmécaniques, qu’on peut situer dans les années d’après-guerre (à peu près : 1945-1975). La montre Inspiration 1947 s’offre le luxe d’un double hommage au passé : d’abord par l’esthétique (40 mm pour le boîtier, cadran bombé, aiguilles « glaive », index effilés, petite seconde au cœur du cadran), ensuite par la mécanique (il y avait presque cinquante ans que la maison Herbelin ne s’était pas offert un mouvement – suisse, tout de même – à remontage manuel). Comme le fond du boîtier est en verre saphir pour qu’on puisse admirer les rouages de ce mouvement, ce n’était pas la peine de mentionner « mécanique » sur le cadran ! On remarquera, en revanche, le mot « France » à 6 h : ces montres sont dessinées, conçues, réalisées, assemblées et contrôlées à Charquemont, dans le Jura français qui regarde, au-delà du Doubs, les cantons horlogers suisses…
 
 
ARTYA: L’illusion tournoyante d’une jante en rotation…
 
L’inspiration automobile de cette montre Race Red Oz est évidente dès le premier regard, mais c’est l’illusion optique de son couvre-cadran en forme de jante qui s’impose : on ne peut bien lire l’heure que lorsque cette « jante » se met en mouvement rotatif, comme une roue de voiture. Les aiguilles ne sont clairement visibles qu’avec la vitesse de cette « jante », dont le doigt posé sur le moyeu peut sentir le tournoiement incessant. En forme de compte-tours automobile, la masse oscillante en fibre de carbone du mouvement automatique tourne aussi autour du fond du boîtier. James Dean aurait adoré cette montre de vrairebel without a cause…
 
 
CVSTOS: Les pétales naturalistes d’un inattendu paradis féminin…
 
Jusqu’ici plutôt portée sur les architecturesultra-mécaniques, les montres « viriles » et les démonstrations de force au poignet, la jeune maison Cvstos (Genève) s’offre un parterre de fleurs et un bain de poésie. On a conservé le boîtier « tonneau » de la ligne Re-Belle, mais en l’adoucissant et en le sertissant, mais, surtout, en semant sur la nacre du cadran des fleurs fraîchement écloses qui apportent délicatesse et profondeur au cadran. Selon les modèles, des diamants ou des pierres précieuses de couleur ponctuent les heures, tandis qu’un second fuseau horaire digital apparaît en haut de la montre (à ne pas confondre avec la date à 6 h). Il ne manque plus que quelques papillons pour se poser sur ces pétales naturalistes, qui devraient pas déplaire aux clientes japonaises de la marque…
 
 
GUCCI: En revenant du Marché des merveilles…
 
La maison de mode Gucciconfirme son goût pour les codes couturiers avec les nouvelles broderies de sa collection Le Marché des merveilles. Tissés dans les deux couleurs vert-rouge emblématiques de la marque (qu’on retrouve avec plaisir sur les rayures desbracelets), les cadrans reprennent des motifs animaliers brodés de façon très réaliste : la tête de tigre, l’abeille et le serpent. C’est amusant, original et parfaitement en ligne avec l’image d’une marque en pleine renaissance : dès le retour des beaux jours, les fashionistas ne voudront plus que ces montres porteuses d’une identité retrouvée. Aucun doute sur le retour de la créativité dans l’univers Gucci, qui a su maintenir des prix très accessibles pour ses montres…
 
 
 
• LE QUOTIDIEN DES MONTRES
Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !