Quand les huiles de l’horlogerie font pleuvoir des millions et quand les diamants soutiennent les gorges : c’est l’actualité des montres en mode Black Friday | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Quand les huiles de l’horlogerie font pleuvoir des millions et quand les diamants soutiennent les gorges : c’est l’actualité des montres en mode Black Friday
©

Atlantic-tac

Quand les huiles de l’horlogerie font pleuvoir des millions et quand les diamants soutiennent les gorges : c’est l’actualité des montres en mode Black Friday

Mais aussi la rétro-nostalgie d’une inspirante qui rassure, les lames qui résonnent dans un cylindre, les ancres qu’on redécoupe et les moteurs d’avion qui couronnent un cadran…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

DOMINIQUE RENAUD : Le génie des alpages…

Le projet de l’horloger Dominique Renaud a été dévoilé ici même, dans Atlantic-tac, en mars 2016 : c’était l’annonce d’une révolution dans l’horlogerie mécanique, dont les principes moteurs établis depuis quatre siècles se trouvaient dynamités par un génie franco-suisse de la création horlogère. Son concept DR 01 se propose tout simplement de remplacer le cœur d’un mouvement mécanique (ce qui fait « tic-tac ») par un système de lames-pivots qui limitent les frottements, qui accroissent la précision du mouvement et qui offrent une très longue réserve de marche. Le tout logé dans un spectaculaire cylindre de verre pivotant, enchâssé dans ce qui serait une montre-bracelet. Dix-huit mois plus tard, l’aventure continue, le mouvement est au point, à la bonne échelle, les collectionneurs mobilisés par ce chef-d’œuvre de l’art mécanique contemporain et Dominique Renaud poursuit ses expérimentations, un pied dans son établi, l’autre quelque part dans les nuages qui planent au-dessus des alpages suisses. On appréciera la densité humaine du personnage grâce au film ci-dessous, qu’il faudrait voir en 3D pour percevoir la… profondeur de cet horloger hors normes, qui vit depuis son enfance dans ces vallées où la génétique a sélectionné de fantastiques artisans du temps qui passe ! 

Lien Atlantic-tac : http://bit.ly/2jVX4bl

MICHEL HERBELIN : L’inspiration d’une inspirée inspirante…

2017 aura été l’année de l’état de grâce pour la maison familiale française Michel Herbelin, qui fêtait son soixante-dixième anniversaire en même qu’elle voyait la première dame de France (Brigitte Macron, bientôt suivie par d’autres dames de l’équipe d’Emmanuel Macron) s’afficher avec une Michel Herbelin au poignet. Michel Herbelin, c’est aussi une affaire d’hommes : la preuve avec cette montre Inspiration purement rétro-classique, dont le bracelet en maille milanaise accentue la nostalgie vintage. Ronde comme toujours, 40 mm d’acier comme avant, fine et galbée comme il faut, un cadran leu ardoise comme on les aime, avec cette petite seconde associée à une grande date qui remixent bien les marqueurs de la belle horlogerie traditionnelle. Si on y ajoute un mouvement à quartz qui ne causera aucun souci de précision et un prix calé à 550 euros, on ne comprendrait pas que vous ne pensiez pas à cette Inspiration pour un cadeau inspiré de fin d’année…

MOUAWAD : Juste pour le plaisir des yeux…

On préfère vous le montrer porté par la délicieuse lais Ribeiro, qu’on est prié de ne pas regarder dans les yeux puisque c’est de son soutien-gorge qu’il s’agit : imaginé par le joaillier Mouawad, dont les créations de haute joaillerie magnifient les plus belles créatures de cette planète, ce Champagne Nights Fantasy Bra est le soutien-gorge le plus cher jamais imaginé. Son prix est estimé à deux millions de dollars et il totalise 6 000 diamants blancs, saphirs jaunes et topazes bleus (en tout 640 carats), sans compter les parures annexes assorties (75 carats de diamants, de saphirs et de topazes. Depuis le début du XXIe siècle, cette pièce de joaillerie est la vraie star des défilés de la maison Victoria’s Secret, marque dont le seul nom allume le regard des dames, alors que les messieurs sont plus sensibles au contenu de la marque…

HERMÈS : Les maillons de la chaîne se déchaînent…

La collection Cape Cod est une des plus emblématiques de l’horlogerie Hermès, avec son boîtier qui évoque une chaîne d’ancre et son style « carré dans le rectangle ». Les derniers modèles sont encore plus Hermès avec leur bracelet double tour d’un impeccable et hermessissime bleu de Malte, et encore plus chaîne d’ancre avec le subtil travail réalisé sur le cadran, dont les chiffres stylisés reprennent le code graphique de cette chaîne. Pour animer une montre déjà « classique », c’est une des meilleures idées visuelles de cette fin d’année – on risque cependant de ne pas la voir en boutique avant le début de l’année, puisque cette nouvelle Cape Cod ne sera officiellement présentée qu’au SIHH (Salon international de la haute horlogerie) de Genève, en janvier prochain. Sans rien perdre de son insolence et de sa séduction, la Cape Cod y gagne une indéniable modernité, alors qu’elle a été lancée en 1991. On peut penser qu’elle trouve dans ce nouveau cadran une forme de maturité qui lui va bien : le style, c’est ce qui reste quand on a tout oublié…

TOCKR : Le style suisse sans les prix suisses…

Née au Texas et officiellement de nationalité américaine, cette nouvelle marque est en fait très européenne, tant par l’équipe américano-franco-suisse qui l’anime que par sa thématique aérienne. Inspiration majeure : le fameux « Dakota » DC-3 (Douglas C-47), bimoteur de transport militaire dont on a construit plus de 16 000 exemplaires pendant la Seconde Guerre mondiale, mais dont certains sont toujours en service après avoir participé à tous les conflits de l’après-guerre. Cet avion était d’autant plus populaire dans les forces armées qu’il était celui qui apportait le ravitaillement ou le courrier ! Tockr a choisi le Swiss Madeet la qualité horlogère à l’européenne pour défendre son identité sur le marché, mais sans les excès habituels des prix pratiqués par les marques suisses : un ou deux milliers d’euros seront suffisants pour s’offrirces cadransqui reproduisent les lignes du moteur des « Dakota » (les fameux cylindres en étoile). Plusieurs lignes de boîtiers sont proposées, dont un intéressant retour au carré galbé des années 1970, riveté comme les carlingues des C-47 (en haut de la page)…

 

LES BONNES (ou pas bonnes) NOUVELLES DE LA SEMAINE…

••• Exportations horlogères : soulagement en Suisse, à l’annonce par les douanes des « bons » chiffres d’exportations de montres suisses à travers le monde. Comparée à octobre 2016, qui était un mois désastreux, la situation s’améliore considérablement (+9 %), mais la prudence reste de mise. Non seulement octobre 2017 comptait un jour de plus qu’octobre 2016, mais les statistiques ont été dopées par la « Journée des célibataires » (l’équivalent chinois du Blanc Friday), au cours de laquelle la consommation devient frénétique (25 milliards de dollars dépensés sur le seul site de e-commerce Alibaba. Précision supplémentaire : il s’agit de montres qui ont quitté la Suisse pour les filiales des maisons horlogères et leurs détaillants, mais pas encore de ventes au client final ! En fait, sur les trente premiers pays importateurs de montres suisses (92 % du chiffre annuel des marques suisses), les deux tiers sont encore en recul par rapport à 2015…••• Sur le front du sociofinancement :les Français « cartonnent » sur Kickstarter, avec deux récents projets (Klokers et ZRC 194) qui frôlent chacun le demi-million d’euros et qui prouvent que la demande est forte dès qu’elle est créative, ludique et accessible (si vous avez oublié de souscrire, la campagne Klokers est encore ouverte pour quelques jours)… ••• L’horloger millionnaire : il n’y a pas que les montres qui battent des records aux enchères (récemment encore, 17,7 millions de dollars pour une Rolex en acier), les peintures à l’huile relatives à l’horlogerie s’y mettent aussi. 7,2 millions de dollars pour le célèbre tableau de Norman Rockwell, « What makes it tick ? (the watchmaker) » sous le marteau de Christie’s, à New York ! Une peinture de 66 cm de côté, datée de 1948 et commandée à Norman Rockwell par une association d’horlogers suissespour illustrer une de leurs publicités aux Etats-Unis…

Lien Klokers : http://kck.st/2jVfusK

Lien ZRC : http://kck.st/2jUJt44

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Lien : https://businessmontres.com/

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !