Quand le serpent séduit et quand la fleur refleurit : c’est l’actualité des montres un jour de Saint-Valentin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Quand le serpent séduit et quand la fleur refleurit : c’est l’actualité des montres un jour de Saint-Valentin
©

Atlantic-tac

Quand le serpent séduit et quand la fleur refleurit : c’est l’actualité des montres un jour de Saint-Valentin

Mais aussi la montre des James Bond girls qui jouent aux cartes, la rebelle qui s’habille de nacre beige, le tempo des Restos de Renaud et le précieux tweed magique de Chanel…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

EBEL : Pour une belle rebelle…

Ce qu’il y a de bien, avec les icônes horlogères, c’est qu’on les retrouve toujours avec un plaisir inchangé : inlassablement revue et corrigée depuis une quarantaine d’année, mais toujours aussi expressive, la Sport Classic Lady d’Ebel témoigne d’une rétronostalgie assumée pour les montres d’une époquequi se souciait de beaux objets bien dessinés, porteurs d’un message qui savait se montrer avant-gardiste tout en restant classique. Apparemment, les horlogers suisses ont perdu la recette et, pour notre plus grand bonheur, ils revisitent le meilleur de leur héritage. En mode beige (joli effet de la nacre du cadran) et avec quelques diamants pour marquer les heures comme la fausse rondeur du boîtier, cette Sport Classic marie l’or et l’acier, la ligne tendue et la courbe moelleuse, la vague et l’angle, l’originalité et l’élégance. Pour à peine plus de 3 000 euros en version de base (4 600 euros avec la lunette sertie), c’est une des meilleures options du marché pour rester belle et rebelle à la fois, chic et choc par tous les temps…

SWATCH : Pour une James Bond girl…

On associe souvent l’agent secret 007 aux montres Omega, qu’il porte dans ses films récents, mais la marque Swatch a multiplié depuis de nombreuses années les séries de montres en hommage aux aventures du héros de Ian Fleming. En attendant la sortie du vingt-cinquième épisode de cette saga, Mourir peut attendre (No Time to Die), prévue pour avril, on peut patienter avec une rafale de Swatch, dont la collection 007 de l’année a été développée avec la costumière du film, qui s’est elle-même inspirée des affiches originales et des séquences d’ouverture des plus célèbres films de James Bond. On reconnaîtra parmi ces six montres celle qui rend hommage à Casino Royale (2006), mais les autres ne sont pas mal du tout, notamment celle qui célèbre la mémoire de James Bond contre Dr No 1962), avec ses « no » multicolores en guise d’index. Sans Swatch, qu’on ne voit généralement pas à l’écran, le mythe James Bond ne serait pas tout-à-fait ce qu’il est…

ICE-WATCH : Pour une femme fleur…

Plus qu’un mois à attendre pour le retour du printemps : autant s’offrir tout de suite le bouquet qui redonnera un peu de bonne humeur aux derniers jours de l’hiver. La collection Ice Flower donne dans tous les styles chers aux floristas, des fleurs abstraites aux motifs Liberty, en passant par les pâquerettes romantiques et les corolles tropicales : c’est la recette anti-stress d’une Saint-Valentin qui sera tout de même habillée d’or dans la douceur du silicone multicolore. Onze variations bouquetières, du plus ingénu au plus graphique, en deux tailles (34 mm et 40 mm), mais à un prix qui permet de faire durer le plaisir tout au long de la saison (99 euros). « C’était le temps des fleurs », dit la chanson : on ne va plus se priver d’effeuiller la marguerite…

BVLGARI : Pour une séductrice…

Entre les femmes et les serpents, l’histoire est compliquée. Si les anciennes cultures européennes et asiatiques affichaient un grand respect pour les serpents, la tentation d’Ève par le serpent aura contribué à discréditer le serpent dans l’imaginaire chrétien. Ce n’est donc pas un mince exploit pour Bvlgari d’avoir rompu avec cette malédiction ophidienne, en réhabilitant le serpent comme efficace facteur de séduction – ce dont ne doutent plus les femmes qui succombent au charme de la collection Serpenti, qui stylise une tête de serpent tout en évoquant les écailles par les maillons du bracelet. Avec ou sans diamants, en or ou en acier, les nouvelles Serpenti Seduttori portent bien leur nom : cette collection on ne peut plus italienne d’âme et de cœur est en train d’imposer ses formes à une horlogerie suisse toujours un peu rétive à l’audace créative. Pour beaucoup de femmes, c’est la marque au poignet d’une personnalité qui ne se déduit pas au décalque en plus petit, en plus précieux ou en plus mince d’un modèle masculin. Cette Serpenti est une revanche presque féministe sur l’opprobre biblique qui accable les sœurs d’Ève depuis trois mille ans…

AUGARDE : Pour une femme généreuse…

Le chanteur Renaud, qui reste un des artistes préférés des Français (en même temps qu’un des plus gros vendeurs de disques en France), n’a jamais abandonné les Restos du cœur, créés par son « pote » Coluche. Une passion généreuse qu’il partage avec l’équipe de la jeune marque indépendante française Augarde, dont Atlantic-Tac vous annonçait récemment le lancement : Renaud parraine ainsi la marque, sans le moindre contrat officiel d’« ambassadeur » [c’est plus digne], et Augarde s’engage à verser une partie du prix de vente de chaque montre aux Restos du cœur (sur le site de la marque, avec le code-promo « Aug-renaud », on ne paiera sa montre que 99 euros, contre 149 euros de prix public). « « C’est une histoire de potes, et de passion… Et parce que c’est bien fait, que ça veut faire du bien, et que je trouve ça bien, je la porte au poignet et la partage avec vous », nous explique Renaud, qui nous promet de veiller personnellement à ce que l’argent parvienne bien aux Restos du cœur. Sympathique et encourageant, mais on a gardé le meilleur pour la fin : par la quantité des couleurs de bracelet qu’elle porte et par la taille « idéale » de son boîtier en acier ou traité en or rose, cette Augarde convient aux poignets féminins aussi bien qu’aux tatoués comme Renaud (ci-dessous)…

CHANEL : Pour une femme fatale, forcément fatale…

Une vraie folie pour une Saint-Valentin de légende : on ne vous dira même pas le prix tellement cette broderie très Chanel d’or et de diamants doit rester exceptionnelle ! Selon les traditions de la place Vendôme, on ne demande le prix que quand on n’a pas les moyens de s’offrir une telle pièce. Ce qu’il faut admirer, c’est le « tissage » de cette haute joaillerie qui rend ce bracelet-montre presque aussi fluide et souple qu’un tweed écossais bien tramé. Ce ne sont pas des gouttes d’eau, mais des pierres précieuses qui éclaboussent de lumière le poignet des précieuses personnes, forcément précieuses, qui auront le privilège de porter ce bijou…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !