Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
montres klokers louis moinet bomberg breitling augarde

Atlantic Tac

Quand la guerre des étoiles se joue au poignet et quand l’alerte est rouge : c’est l’actualité novembrisée des montres

Mais aussi une bonne raison de se rebeller contre l’esprit du temps, cent gestes de solidarité avec les soignants, une plongeuse qui sait replonger pour sauver les océans et une économie des montres en difficulté…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

KLOKERS : Osez le rouge !

Les bonnes idées ne meurent jamais : elle se bonifient ! Partie un peu vite sur le chemin du succès, la jeune marque indépendante française Klokers a payé cher son impétuosité. De retour sur le devant de la scène, elle se relance prudemment avec des séries limitées pleines d’idées, comme cette édition de cent montres Nuovo Anno 2021 (Klok-01 Rosso) : pour comprendre ce rouge, il suffit de connaître la tradition italienne des… sous-vêtements rouges qu’on porte le soir du 31 décembre, histoire de se porter chance pour connaître l’amour pendant l’année à venir. Cette année, donc, même les poignets seront en rouge – on ne sait jamais si on se retrouvait dans le plus simple appareil. Dans son boîtier de 44 mm, la Klok-01 Rosso reprend, bien entendu, le principe d’affichage cher à Klokers : pas d’aiguille, mais un repère fixe derrière lequel défilent les disques des heures, des minutes et des secondes – le tout Swiss Made, avec un faux-air de règle à calcul circulaire et en comptant sur un amusant bracelet amovible et facile à changer. Après tout, pourquoi il n’y aura que les Italien(ne)s à se parer de rouge pour le Nouvel An ?

LOUIS MOINET : Tournez manège !

Rappelons que Louis Moinet est un des plus grands horlogers français du XIXe siècle, mais demandons-nous pourquoi il est à ce point ignoré des manuels d’histoire, alors que l’horlogerie lui doit l’invention du chronographe ou des mouvements à très haute fréquence de battement. Sans doute Louis Moinet a-t-elle le seul tort d’être… français, alors que l’histoire de l’horlogerie est écrite par des Suisses ! Peu importe, puisqu’une jeune marque indépendante suisse a choisi de leur rendre hommage et de lui dédier quelques montres mécaniques « révolutionnaires ». Témoin, ce double tourbillon « volant » Space Revolution, qui fait tourner en sens inverse, sous son dôme en verre saphir, deux tourbillons volants accouplés à deux vaisseaux spatiaux qui montent la garde pendant leur rotation. Comme le premier de ces tourbillons fait sa révolution satellitaire autour du cadran en cinq minutes, et l’autre en dix minutes, on peut donc imaginer une sorte de bataille spatiale dix-huit fois par heure. Mieux que la Guerre des étoiles, mais cette fois au poignet. Au centre du cadran, juste sous les aiguilles, un disque de météorite tombée de l’espace, tantôt de Mars, tantôt de la Lune, tantôt d’un astéroïde : chaque montre de cette série limitée de huit pièces aura son propre matériau extraterrestre. On préfère ne pas vous avouer les prix de ce chef-d’œuvre d’horlogerie cosmique : il est… galactique !

BOMBERG : Rebellez-vous !

Une montre, c’est toujours plus qu’une montre ! C’est un état d’esprit, une révolte contre l’esprit conformiste du temps ou, comme on dit aujourd’hui, une… attitude ! C’est ainsi que la jeune marque indépendante suisse a fini par s’incarner au poignet des bad boys et des girls qui veulent jouer les bad boys : ce ne sont pas vraiment des montres que pourra « Monsieur Tout-le-Monde » ou « Madame Personne » et c’est justement l’effet escompté. Bomberg, c’est de la bombe, c’est de l’horlogerie radicale, c’est de la montre milléniale pour les nouvelles générations libérées des obsessions statutaires. Juste pour le plaisir, parce que, en plus, les prix savent rester accessibles quoique les montres soient suisses…

BREITLING : Replongez avec une plongeuse iconique !

Encore une « plongeuse » vintage qui nous arrive de l’âge d’or des montres mécaniques (années 1940-1970), mais celle-ci replonge pour la bonne cause : la protection des océans et la préservation de notre environnement. Cette éco-responsabilité commence à agiter les neurones des horlogers suisses : il était temps ! La nouvelle Superocean Heritage 57 Outerknown de Breitling [57 pour 1957, date de naissance de cette icône « rétro-revisitée »] a été développée avec Outerknown, la marque de vêtements durables cofondée par Kelly Slater, une des légendes du surf. Même sans défier les vagues des côtes caliorniennes, on appréciera le cadran couleur bronze et le bracelet en fil de nylon recyclé à partir de filets de pêche perdus en mer et recyclés. Dans ce boîtier de 42 mm à la superbe lunette tournante concave, Breitling a logé son propre mouvement automatique « manufacture », dont la précision chronométrique est officiellement certifiée. Faire du bien à la planète bleue tout en se faisant plaisir avec une montre qui évoque les plaisirs de la mer et des vagues ? Pourquoi pas, c’est bientôt Noël, non ?

BON À SAVOIR : En vrac, en bref et en toute liberté…

••• AUGARDE : la jeune marque indépendante française renouvelle son opération de soutien aux soignants et de solidarité en leur faveur. Pendant le premier confinement, les ventes d’une série spéciale avaient permis de leur distribuer des bons d’essence. Une nouvelle série leur est dédiée (ci-dessous, une série limitée à 300 montres), avec un style « camouflage » très tendance… ••• ÉCONOMIE : les mois passent, le confinement repasse et les espoirs de redressement de l’industrie horlogère trépassent ! Les exportations de montres suisses dans le monde ont encore reculé de 7 % en octobre, soit une baisse de 26 % depuis le début de l’année – ceci par rapport à 2019, qui n’était déjà pas une année glorieuse. Sur les vingt marchés importateurs de montres, qui représentent 80 % du chiffre d’affaires des marques susses, dix-neuf sont en baisse de janvier à octobre [seule exception : la Chine, + 11 %], parfois gravement : -40 % pour Hong Kong, -39 % pour la France ou pour la Corée du Sud, -37 % pour l’Espagne, -36 % pour l’Espagne, -31 % pour le Japon, -29 % pour le Royaume-Uni… ••• GPHG : parmi les « montres de l’année » récompensées au récent Grand Prix d’Horlogerie de Genève, une montre remarquée dès le début janvier par Atlantic-Tac, le chronographe Streamliner Flyback de H. Moser & Cie. (vidéo ci-dessous). Les lecteurs de cette chronique sont toujours aux premières loges…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.