Mairie de Paris : 50% des électeurs satisfaits de troquer Delanoë pour Hidalgo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Parmis les électeurs de Bertrand Delanoë en 2008, 77% regrettent sa décision de ne pas briguer un troisième mandat à la mairie de Paris.
Parmis les électeurs de Bertrand Delanoë en 2008, 77% regrettent sa décision de ne pas briguer un troisième mandat à la mairie de Paris.
©Reuters

« Politico Scanner »

Mairie de Paris : 50% des électeurs satisfaits de troquer Delanoë pour Hidalgo

Selon un sondage Ifop, Anne Hidalgo, la dauphine adoubée par Bertrand Delanoë qui annonce officiellement sa candidature ce mercredi, a toutes les chances de battre la droite parisienne aux municipales de 2014, quel que soit son champion.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio »

Près d'une personne sur deux regrette la décision de Bertrand Delanoë de ne pas se présenter pour un troisième mandat à la mairie de Paris. Il faut bien se remettre dans le contexte : Delanoë a déjà été élu deux fois (en 2001 et en 2008). Même si la gauche a toujours le vent en poupe à Paris - on l'a bien vu au moment des élections présidentielle et législatives - une part importante de l'opinion publique de gauche pense qu'il est temps pour Delanoë de partir. Parmi ses électeurs de 2008, les trois quarts (77%) regrettent sa décision. Ce qui veut dire aussi qu'un quart d'entre eux pensent qu'il est temps d'organiser la relève.

                                                 Cliquer sur le tableau pour agrandir

Assez logiquement, une grande partie de son opposition est ravie qu'il s'en aille : Delanoë n'a pas éradiqué la droite à Paris, donc cet électorat se frotte plutôt les mains. Au sein même de son électorat des personnes pensent que pour un maire qui se pique de modernité et de renouvellement politique, il est peut-être sage de ne pas faire le mandat de trop.


                                                  Cliquer sur le tableau pour agrandir


La relève semble assurée puisqu'une liste du Parti socialiste et d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) conduite par Anne Hidalgo l'emporterait largement aux municipales de 2014 à Paris face à une liste de l'UMP conduite par l'ancien Premier ministre François Fillon. 54 % des personnes interrogées ont indiqué qu'il y aurait "plus de chances" qu'elles votent au second tour pour une liste PS/EELV conduite par Anne Hidalgo contre 46 % pour une liste UMP conduite par François Fillon.


                                                 Cliquer sur le tableau pour agrandir

On l'a observé lors des dernières élections (présidentielle et législatives) : la situation électorale à Paris est très favorable à la gauche. Ce climat politique s'accentue d'ailleurs avec le temps. Même avec un candidat poids lourd comme François Fillon, la droite ne serait pas en mesure de faire le poids face à Anne Hidalgo.

Cliquer sur le tableau pour agrandir

Deuxième point, Anne Hidalgo apparaît comme la dauphine de Bertrand Delanoë. Or on avait un électorat de gauche quand même assez satisfait de l'action de Delanoë qui, par voie de conséquence, est assez enclin à voter pour Anne Hidalgo.


                                                   Cliquer sur le tableau pour agrandir

Troisième élément, et non le moins, le rapport de force PS/Vert est déterminant. Traditionnellement les Verts font des bons scores à Paris et leur coalition avec les socialistes ne s'est pas faite sans heurt. Cécile Duflot a été parachutée dans une circonscription parisienne dans le but de mener la bataille pour les verts lors des prochaines municipales. Or, dans les sondages, elle plafonne à 9%, très loin derrière le parti socialiste.  Au élections européennes et régionales, les écologistes étaient soit au coude-à-coude, soit devant les socialistes dans les grandes villes de France. A tel point que certains se sont dit qu'avec les modifications sociologiques (la montée en puissance des cadres, des familles "bobos", l'augmentation des préoccupations environnementales etc.) les Verts étaient désormais suffisamment forts pour imposer leur leadership et détrôner la gauche comme force dominante, à Paris notamment. Or, ce sondage montre que la gauche est toujours prédominante par rapport à la droite, et qu'au sein de la gauche, c'est le PS en la personne d'Anne Hidalgo qui tiendrait très largement la corde.


                                               Cliquer sur le tableau pour agrandir

L'union entre Delanoë et les écologistes ne s'est pas toujours faite sans problème, mais elle a permis à Delanoë de considérablement "verdir" son bilan, via les problématiques environnementales, de transports, de logements, mais aussi les dimensions festives comme Paris plage.  Sur tous ces sujets là, notamment grâce à la pression des Verts, Delanoë a marqué des points. Ce qui bénéficie par effet de ricochet à Anne Hidalgo. Ajouter à cela le fait qu'elle soit une femme, plutôt belle, qui dénote par rapport au candidat socialiste traditionnel, cela donne autant d'éléments qui pourraient expliquer la portion relativement congrue à laquelle sont réduits les Verts.

Méthodologie : Sondage réalisé auprès d'un échantillon de 800 personnes, représentatif de la population de la ville de Paris âgée de 18 ans et plus. Au sein de cet échantillon, 692 personnes sont inscrites sur les listes électorales à Paris. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé(e)) après stratification par arrondissement.

Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 28 au 30 août 2012.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !