Caramels, bonbons et chocolats : la France, ce pays qui joue à la démocratie nordique mais qui ne fait que se noyer dans un flot de paroles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
La France n'est rien d'autre qu'un pays latin déguisé en démocratie nordique.
La France n'est rien d'autre qu'un pays latin déguisé en démocratie nordique.
©Reuters

Chroniques du pot aux roses

Caramels, bonbons et chocolats : la France, ce pays qui joue à la démocratie nordique mais qui ne fait que se noyer dans un flot de paroles

Cette semaine, Serge Federbusch revient également sur le référendum voté en Suisse pour durcir le contrôle des rémunérations des dirigeants d’entreprises mais aussi sur la désignation du nouveau directeur de Sciences Po.

Serge  Federbusch

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.

Il est l'auteur du livre L'Enfumeur, (Ixelles Editions, 2013) et de Français, prêts pour votre prochaine révolution ?, (Ixelles Editions, 2014).

Voir la bio »

1 -  L’aveu c’est maintenant !

Après dix mois de bonneteau, Super-Normal distille désormais la vérité sur la tactique qu’il suit depuis son arrivée à l’Elysée. Vincent Giret, un éditorialiste de Libé dans les petits papiers du pouvoir, «révèle» que notre socialiste en chef espérait que, comme en 1997 du temps béni de Jospin, la croissance revienne au bout d’un an pour lui permettre de respecter le traité budgétaire européen sans avoir à trop pressurer son électorat. Que voilà une grande ambition pour la France !

Libération aurait mieux fait d’ouvrir certains pots aux roses livrés dès juillet dernier où il était démontré que, dans ce pays latin qu’est la France, la croyance en la « Bonne Mère » est la pâte irrationnelle avec laquelle les gouvernements pétrissent leur politique.

Mais la croissance miracle ne viendra pas et les prévisions en matière de déficit, de chômage et d’impôts sur lesquelles Hollande a bâti son programme sont caduques. Le pouvoir en est déjà à implorer la mansuétude des Français pour n’avoir pas eu de chance. Quel salarié, quel patron obtiendraient-ils de ses employeurs ou de ses actionnaires un tel pardon après un si prompt échec ? Les socialistes, culturellement habitués à ce que les dirigeants des banques, entreprises ou administrations publiques en faillite ne soient pas vraiment sanctionnés, imaginent peut-être passer entre les gouttes. Qu’une sorte de « Comptoir de réalisation », à la manière de celui qu’ils mirent en place pour éponger les dettes du Crédit lyonnais il y a vingt ans, viendra à leur rescousse ? Mais c’est Angela Merkel qui serait à la tête d’un tel établissement et il est peu probable qu’elle soit encline à la mansuétude.

Hollande peut-il, au moins, différer d’un an encore les choix difficiles, avec la complicité de Berlin, Bruxelles et Francfort qui tolèreraient un report de nos objectifs de redressement financier ? C’est son dernier espoir : encore un an monsieur le bourreau !

C’est peu probable car, de toute manière, un tel soutien ne suffira plus. Le moteur économique de la France a calé en fin d’année dernière. Chaque mois, des dizaines de milliers de chômeurs et des centaines de millions d’euros de déficit supplémentaires vont aggraver nos soucis. Il y a trop de récifs sur la route du pédalo. Le calme résigné des salariés ne durera pas toujours, la clémence des marchés non plus. La rhétorique anti-possédants a refroidi les ardeurs des investisseurs sans vraiment augmenter les recettes fiscales. C’est ce qu’on appelle perdre sur tous les tableaux.

Dans cette opération, le seul motif de satisfaction pour la France est que l’échec de la roublardise érigée en système de gouvernement est venu rapidement.

Et maintenant, que faire ? Hollande devrait au minimum se séparer de son Premier ministre et de la moitié de son gouvernement.

Et dire la vérité à la fois aux Européens, à savoir que nous ne pouvons ni ne voulons continuer à accepter l’euro tel qu’il est géré aujourd’hui et aux Français, à savoir qu’il va falloir tailler à la serpe dans les transferts sociaux et les administrations.

Plus le temps passe, plus ses atermoiements condamnent les Français à la double peine : renoncer au confort factice de l’endettement et se serrer durement la ceinture.

En est-il capable ? On a rarement vu un coucou se transformer en aigle. Mais il ferait mieux de se poser sincèrement la question de sa présence à l’Elysée. Car, à continuer de finasser, les choses finiront mal. La France n’est pas la rue de Solférino, il n’aura pas le temps de préparer son départ en enjolivant son bilan. Martine Aubry ne suffira pas, cette fois, à nettoyer les «chiottes», comme elle le disait si élégamment après avoir succédé à Hollande comme Premier secrétaire du PS.

Pour l’heure, Sa Normalité prévoit simplement des déplacements de deux jours en province, à la rencontre des Français. Imagine-t-il, à rebours des rois thaumaturges, que toucher le peuple le guérira de ses propres écrouelles ? Le retour de la confiance implique un choc psychologique et un changement drastique qui, chaque semaine un peu plus, nécessite un autre chef. Son départ serait l’occasion d’un vrai débat sur les causes de la paralysie de notre société. D’ici la fin de l’année, si rien ne change, il deviendra une nécessité symbolique et, en politique, rien n’est aussi fort qu’un symbole.

La France a calé et, nous le disons en étant persuadé qu’il n’en fera rien, François Hollande ferait mieux de songer à s’en aller.

2 - Hollande : combien de diversions ?

Le Mali n’est pas une promenade de santé, quelques couples homosexuels vont pouvoir convoler en mairie : les diversions du pouvoir arrivent en bout de course.

Mais la suivante pointe son museau : Olivier Faure, un député socialiste très proche d’Ayrault, suggère au Figaro  un référendum à questions multiples sur une « République exemplaire » dont les questions seraient le cumul des mandats, l'indépendance de la justice, le statut pénal du chef de l'État et, éventuellement, le droit de vote des étrangers aux élections locales.

Bien entendu, aux trois premières interrogations «hollandaises» les électeurs ne pourraient que voter «oui». Qui est contre l’indépendance de la justice ? La quatrième serait livrée en victime expiatoire aux sentiments xénophobes qui agitent le peuple. Mais est-ce encore une république exemplaire ou déjà une république manipulée ? Pourquoi ne pas demander aux Français de se prononcer, au hasard, sur la suppression du Sénat et des départements, l’appartenance à l’euro ou la politique pénale de madame Taubira, gardienne des sceaux ?

Mais enfin, là n’est pas l’essentiel : nous en aurions pour une bonne année de débats, de polémiques sur des sujets périphériques. Un rêve extatique pour Mou-Président en quête désespérée de dérivatifs.

L’opposition tombera-t-elle dans le panneau comme elle l’a fait trop longtemps avec le mariage homosexuel ?

Pour couper court à la manipulation, il faudrait qu’elle la dénonce vigoureusement en annonçant qu’elle appellera à voter «non» car il s’agit d’un subterfuge qui distrait le pays du combat contre son déclin économique.

3 - Prière d’insérer

Grâce au tribunal, Dominique a pu se glisser une dernière fois dans Marcela.

4 - Petit cours de sciences politiques à l’usage de la seule rue Saint Guillaume

Sacré Casanova ! Il ne s’agit pas de l’aventurier vénitien mais du co-dirigeant de Sciences-Po qui vient manifestement de prendre les troupes «hollandaises» à leur propre piège dans la pantalonnade qui fait office de processus de recrutement d’un nouveau directeur de l’IEP de Paris.

Résumons-nous. Pour remettre la main sur cet établissement et les nombreux avantages qu’il distribue, la haute énarchie socialiste a éliminé, en lui imputant une part des dérives de l’ère Descoings, Hervé Crès, dont le profil d’universitaire n’était pas suffisamment chic.

Que voulaient donc ces purificateurs ethniques ? Un fonctionnaire de gôôôôche et des grands corps de l’Etat. C’est exactement ce que leur a trouvé Casanova en sortant à la dernière minute de son chapeau un dénommé Frédéric Mion. Le seul petit détail est qu’il était de la bande à Descoings ! Trop beau pour être honnête, une sorte de traître quoi, les socialistes auraient dû se méfier.

A un étudiant qui, découvrant la manip’, protestait, Casanova a semble-t-il adressé un «Vaffanculo», digne des meilleures saillies de Beppe Grillo. Quand on vous dit que la France est un pays latin déguisé en démocratie nordique !

En attendant, Sciences-Po, qui s’imaginait il y a peu en Harvard européen, se voit doté d’un dirigeant qui sait à peine ce qu’est un établissement d’enseignement supérieur. Gouverne et enseigne qui pourra.

Comme le disait autrefois Raoul Girardet, professeur d’histoire à l’IEP, en accueillant les nouveaux élèves : « Sur le blason de Sciences-Po figurent un lion et un renard. J’ai vu entre ses murs quelques renards mais très peu de lions.» A notre connaissance, Raoul Girardet a bientôt 96 ans et, si par hasard il nous lisait, nous lui adressons ce respectueux salut.

5 - Point d’argent point de Suisses

Les Suisses ont, par référendum, décidé de durcir le contrôle des rémunérations des dirigeants d’entreprises. C’est un choix démocratique légitime et ils évalueront, dans quelques années, si cette pulsion égalitaire les a vraiment enrichis, a amélioré la concorde sociale ou si elle n’a fait qu’inciter les intéressés à quitter le pays.

Ayrault a aussitôt manifesté son appétence pour l’importation d’une telle votation. Il n’imagine manifestement pas que la France court quelque risque à suivre cet exemple du fait qu’elle ne traite pas ses entreprises et ses patrons de la même manière sur tous les autres plans.

Notons pourtant que le taux de prélèvements obligatoires en Suisse est d’environ 30 % du PIB (un tiers de moins qu’en France) et que la dette publique n’y est que de 35 % du PIB (90 % en France).Les Suisses ont, par rapport à nous, une sacrée marge de manoeuvre pour s’en prendre au grand capital.

Par ailleurs, il n’est guère douteux que, sur sa lancée, Ayrault s’inspirera des référendums suisses sur l’interdiction des minarets ou les coupes sombres dans les dépenses publiques.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !