Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Mila menaces de mort coronavirus covid-19 Amazon Valéry Giscard d'Estaing quoi qu'il en coûte
©

Revue de presse des hebdos

L’Allemagne bientôt en guerre contre notre « argent magique », les homos déjà en guerre contre les cathos au RN, gauche et droite encore contre Amazon; Le Covid désoccidentalise le monde. Et appauvrit les jeunes

Et aussi : Le Point fait l’histoire de l’islamo-gauchisme. Médias anglo-saxons et la laïcité à la Française.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Tour de vis économique en perspective sous la pression de l'Allemagne

C'est la fin du "Quoiqu'il en coûte" la rigueur va revenir, en France et en Europe annonce Marianne (12 pages): " l’Allemagne, la « meilleure amie », entend dès 2022 rejouer le film de la rigueur budgétaire. La droite démocrate-chrétienne tient déjà̀ sa formule : la « règle du frein à l’endettement ». Comprendre : les critères de Maastricht vont à nouveau faire leur retour et les pays cigales devront rentrer dans le rang austéritaire sous peine de se faire tancer par Bruxelles, par Berlin, et surtout par les marchés, qui se lasseront un jour ou l’autre de prêter gratuitement au Trésor français.

"Dans ce contexte « post-argent magique », le gouvernement Castex vient de mettre sur pied une commission chargée de plancher sur la dette. Le casting en dit long sur les orientations à venir : toute la fine fleur de l’orthodoxie budgétaire y siège. Au premier rang : le centriste Jean Arthuis, expert connu et reconnu pour avoir qualifié́ la France à la monnaie unique avec une inflexible rigueur comme ministre de l’Économie et des Finances entre 1995 et 1997."

Tension au sein du Rassemblement National

Rien ne va plus au sein du Rassemblement National selon Marianne (4 pages) : " depuis quelques mois, la vie interne du RN est surtout rythmée par des psychodrames. L’éviction, au cœur de l’été́, de plusieurs membres de la stratégique commission nationale d’investiture (CNI) – dont Nicolas Bay, visage de l’aile identitaire – a déclenché́ une mini-tempête et les accusations de purge ont fleuri à bas bruit. Un très proche de Marine Le Pen corrige : « On avait une CNI en juillet et nous n’étions que quatre ou cinq autour de la table. Marine était folle de rage. Elle a pété un plomb et viré tous ceux qui ne venaient jamais. Depuis, il n’y a jamais eu autant de monde aux réunions, on a dû ajouter des chaises ! »

À voix basse, des marionistes et des tenants de la ligne identitaire donnent leur version du problème : Marine Le Pen serait surtout entourée de conseillers homosexuels qui chasseraient tout ce qui ressemble de près ou de loin à un catholique conservateur et pousseraient leurs jeunes recrues vers les places éligibles aux élections. « Il y a une cooptation en fonction de l’orientation sexuelle », s’indigne un cadre qui a claqué la porte, entonnant un refrain que l’on entend depuis des années dans le parti.

Amazon ce pelé, ce galeux

Haro sur le baudet ! Amazon continue à subir des attaques de toutes parts car c'est l'un des bénéficiaires de la crise sanitaire. Il a droit à la Une, accompagné d'un dossier dans l'Obs (10 pages).

"A gauche, Anne Hidalgo, François Ruffin ou Delphine Batho appellent à un « Noël sans Amazon », tandis qu’Éric Piolle et Clémentine Autain réclament une taxe exceptionnelle sur son chiffre d’affaires. A droite, Guillaume Peltier attaque ce « symbole [d’]une société du profit immédiat et de l’hyper-consumérisme », tandis que Damien Abad rappelle qu’il « ne paie pas assez d’impôts en France ». Et le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, l’a qualifié « d’adversaire des États »".

Amazon se vante d’être « à l’origine de plus de 130.000 emplois ». "Plus que l’ensemble des salariés de Carrefour dans le pays. Sauf que ce chiffre, additionne les 9.300 CDI présents dans ses entrepôts et ses bureaux, les 13.000 postes estimés chez les marchands extérieurs qui vendent sur sa place de marché et 110.000 emplois dits « indirects ». Problème : en refaisant la même addition, l’association les Amis de la Terre arrive à 28 000 emplois. Un ancien consultant,  commente « Un emploi direct peut en créer des indirects, mais très rarement avec ce ratio d’un à dix. »"

Selon Le Point, en 2017, pour 2,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires, Amazon n’a réglé que 39 millions d’euros d’impôts. A titre de comparaison, la même année, Dassault Systèmes paye 231 millions d’euros d’impôts pour 3,2 milliards de chiffre d’affaires – soit cinq fois plus.

Challenges (16 pages) choisit un angle moins global après avoir enquêté sur "ceux qui en profitent" et "ceux qui en souffrent", ange et démon pour les commerçants, exemples à l'appui. Le président e Monoprix déclare "notre partenariat avec Amazon est une franche réussite". Un pacte signé en mars 2018 pour vendre ses produits sur Prime Now, le service de livraison express : 1.600 produits des marques Monoprix livrables en deux heures à Paris, Nice, Lyon, Bordeaux et leurs alentours. L'hebdo s'intéresse au petit Français (avec un actionnaire norvégien, Advinta côté en bourse)  Leboncoin avec ses 1.450 employés, et ses 34 millions d'annonces publiées sur le site, qui en font le leader du marché de l'occasion. Tout en soulignant qu'Amazon ne cesse de s'attaquer à de nouveaux marchés aux USA : l'immobilier, la finance, l'e-santé. Mais aussi en Europe : exemple avec les droits de diffusion des matches de Roland Garros en soirée.

Qui dominera le monde post-covid ? L'Occident recule

"Les pandémies, au même titre que les crises économiques systémiques et les grandes guerres, font basculer l’Histoire" analyse Le Point (15 pages)

Le nouveau monde "qui émerge est à la fois multipolaire, dangereux et très instable. La désoccidentalisation est désormais une réalité. Le centre de gravité du capitalisme et des échanges bascule vers l’Asie et celui du monde, de l’Atlantique vers le Pacifique. Les États-Unis ont perdu la maîtrise de la sécurité mondiale, avec la succession des conflits perdus ou en voie d’enlisement, de l’économie et de la finance avec le krach de 2008, de la santé publique avec l’épidémie de Covid."

Mais Le Point est quand même un peu positif : " Le populisme autoritaire a du plomb dans l’aile ; la démocratie libérale reprend du poil de la bête. Le match entre les deux modes de gouvernement n’est pas tranché, tant s’en faut, mais certains signes sont encourageants. La défaite électorale de Donald Trump a été accélérée par sa gestion catastrophique de la pandémie."

Jeunes : génération Covid-19

Selon un sondage Elabe pour l'Express (6 pages) 42 % des jeunes interrogés reconnaissent que les foyers dans lesquels ils vivent sont obligés de se restreindre pour boucler les fins de mois : 1 sur 2 déclare avoir réduit ses dépenses alimentaires ou sauté un repas au cours des six derniers mois.

"Avec le premier et le deuxième confinement, on a vu disparaître les petits boulots, les gardes d'enfants ou les jobs d'appoint, très largement occupés par les jeunes, avec un impact immédiat sur leur niveau de vie et leur alimentation", détaille Manuel Domergue, directeur de la Fondation Abbé Pierre.

"Confrontées à l'arrêt brutal de l'économie, les entreprises ont stoppé net les recrutements, faisant exploser le chômage chez les plus jeunes (près de 20 %). "Ce coup de frein impacte l'ensemble des 750 000 garçons et filles qui sortent chaque année du système scolaire : cela crée un embouteillage et une file d'attente qui va reléguer encore plus loin les non diplômés", analyse Anne Brunner, qui a codirigé un rapport sur la pauvreté en France".

D'où vient le terme Islamo-gauchisme

L’écrivain Marc Weitzmann raconte dans Le Point (4 pages) comment l’islamiste a été érigé en figure emblématique du peuple dès les années 1990.

Pierre-André Taguieff, à qui l’on doit le terme islamo-gauchiste, l'a expliqué, le 20 octobre dernier, dans Libération : « L’expression avait sous ma plume une valeur strictement descriptive. Elle désignait une alliance militante de fait entre des milieux islamistes et des milieux d’extrême gauche, au nom de la cause palestinienne, érigée en nouvelle cause universelle".

Weitzmann remonte à l'origine de cette idée : "C’est en 1994, sous la plume d’un dirigeant trotskiste anglais obscur, Chris Harman, que l’idée, sinon le terme, apparaît pour la première fois. The Prophet and the Proletariat, le texte qu’il signe cet automne-là, ne prône certes pas le soutien aveugle de la gauche au port du voile, à l’oppression des femmes ou à la répression des gays, toutes choses dont Harman n’a aucun problème à reconnaître l’existence au sein de l’islam politique – mais il ouvre une porte. Pour lui, un révolutionnaire conséquent doit savoir passer outre les aspects réactionnaires des idéologies religieuses qui les portent, quand ces idéologies permettent de mobiliser le peuple."

Médias anglo-saxons et la laïcité à la Française

Depuis l'assassinat de Samuel Paty, les médias anglo-saxons ne cessent d'accuser la France d'opprimer les Musulmans. Le Point estime que " Dans les médias anglo-saxons, une nouvelle génération de journalistes militants combat le modèle universaliste français".

L'hebdo cite un journaliste new-yorkais propose une explication du phénomène : « Les finances des journaux, dans les vingt dernières années, se sont dégradées, si bien que les journalistes les plus expérimentés ont été remplacés par de jeunes progressistes qui sortent des universités d’élite et ont des parents assez riches pour compléter leur petit salaire, témoigne un journaliste new-yorkais. Toute la rédaction du NYT et du Washington Post est pleine de ces gens (...) Alors, à chaque cas de violence impliquant la police, ils font l’hypothèse qu’il s’agit d’un George Floyd ! »

Sans oublier que "les correspondants à Paris ne procèdent pas autrement, trouvant au sein de la gauche radicale française une validation de leur lecture de la société". 

Ziad Takieddine : enquête pour subornation de témoin

Ziad Takieddine a subitement changé sa version des faits dans l’affaire du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 rappelle Le Point :  le PNF a donc ouvert une enquête préliminaire pour subornation de témoin, supposant que son revirement a été monnayé. En cause, le profil d’un des protagonistes qui a obtenu l’exclusivité des confidences de l’intermédiaire et qui fait déjà l’objet d’une enquête dans le cadre d’un des volets, révélé par Le Point, de l’affaire Benjamin Griveaux.

Les ministres rigolent derrière leur masque

Les ministres apprécient de porter le masque sur les bancs de l’Assemblée nationale : « Heureusement qu’on a les masques pendant les questions au gouvernement, sinon les Français verraient qu’on déconne entre nous ! » confie l’un d’eux, hilare, cité par Le Point

Expulsion des étrangers radicalisés 

"Gérald Darmanin a dans le viseur 231 sans papiers fichés pour leur radicalisation à caractère terroriste. Mais leur éloignement se heurte à une série d'obstacles." rappelle l'Express.

"D'un côté leurs pays d'origine traînent les pieds à donner leur accord, sans lequel rien n'est passible. de l'autre, il y a les possibilités de recours, devant le juge des libertés, le tribunal administratif ou la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) - avec pour chacun des délais différents. La plupart sont suspensifs, ce qui signifie que tant que la juridiction saisie n'a pas statué, l'expulsion ne peut pas avoir lieu." souligne l'Express.

Télétravail massif chez PSA

Depuis l'arrivée du coronavirus, le télétravail chez PSA concerne une bonne partie des employés souligne Le Point (4 pages). « Environ 40 000 employés de PSA sont potentiellement concernés par le télétravail dans le monde, soit près de 40 % des effectifs de notre division automobile (110 000 employés). En France, cela touche 18 000 personnes »,

Le groupe compte réduire de 30%  la superficie de ses immeubles de bureaux d’ici à 2022. 

Leurs têtes sont mises à prix par les islamistes

Zineb El Rhazoui, Hassen Chalghoumi, Mila... Leurs visages et leurs noms sont connus de tous, mais beaucoup ignorent que leurs têtes sont mises à prix. Traqués sans relâche sur la Toile, dans les rues et parfois même jusque sur le pas de leur porte, les nouveaux “Salman Rushdie” vivent dans la crainte constante d’une embuscade terroriste explique Valeurs (4 pages)

Depuis l’attentat de Conflans, Hassen Chalghoumi, l’imam de Drancy dont la représentativité fait débat au sein de la communauté musulmane, est l’objet de milliers de menaces de mort" Il répond aux questions de Valeurs Actuelles (6 pages) et explique : Je ne réside pas plus de trois ou quatre jours au même endroit et je porte un gilet pare-balles. Dès que l’on me repère, je dois partir. Je n’ai pas le choix. J’ai même dû mettre ma maison en vente... À la mosquée de Drancy, je n’officie plus qu'une semaine sur deux pour ne pas mettre en danger les policiers qui m'accompagnent.

Rétro sur les années "heureuses" sous Giscard

Grand dossier sur le défunt président dans Paris Match (28 pages) On découvre une étonnante (et belle) photo de Giscard à cheval, aux pieds des Montagnes Rocheuses, aux États-Unis, en double page.

Le bras de fer entre Macron et Erdogan

"Querelle géostratégique, conflit religieux, bataille d’ego… Le ton monte depuis deux ans entre Paris et Ankara. Et il est peu probable que l’escalade prenne fin de sitôt." estime L'Obs (7 pages) qui retrace l'histoire de leur relation et l'influence de la diaspora turque en France.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !