Facebook, Google, Microsoft, Apple : mêlée générale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Facebook, Google, Microsoft, Apple : mêlée générale
©

La minute "Tech"

Facebook, Google, Microsoft, Apple : mêlée générale

Google prépare une nouvelle incursion dans les réseaux sociaux dominés par Facebook. Microsoft vient de lancer Office 365, une suite bureautique en ligne destinée à concurrencer les fameux Google Docs. Auparavant, Apple avait contré l’arrivée de Google sur le marché de la musique mais Google s’attaque aux tablettes…

Nathalie Joannes

Nathalie Joannes

Nathalie Joannès, 45 ans, formatrice en Informatique Pédagogique à l’Education Nationale : création de sites et blogs sous différentes plates formes ;  recherche de ressources libres autour de l’éducation ;  formation auprès de public d’adultes sur des logiciels, sites ;  élaboration de projets pédagogiques. Passionnée par la veille, les réseaux sociaux, les usages du web.

Voir la bio »

Pas de répit dans la confrontation technologique et commerciale qui implique une demi-douzaine d’entreprises – toutes américaines – dans les développements les plus prometteurs de l’univers numérique : les réseaux de partage et l’informatique dans les nuages (voir ma chronique du 27 février 2011 et celle du 30 mai 2011.)

Microsoft se rebiffe contre Google

Historiquement, la diversification des activités autour du moteur de recherche créé à la fin des années quatre-vingt dix s’est accomplie au détriment de Microsoft: le gestionnaire de courrier Gmail contre Outloook, le système d’exploitation Android contre Windows Mobile, le navigateur Chrome contre Internet Explorer, le traitement de texte Documents contre Word, les feuilles de calcul de Spreadsheets contre celles du tableur ExcelApplications de bureautique en ligne contre la suite Office installée, elle, sur les ordinateurs.

A force de se voir encerclée par la jeune entreprise californienne, Microsoft a décidé de se rebiffer en lançant la semaine dernière Office 365, suite bureautique qui n’est plus dans les disques durs des utilisateurs mais dans ceux de serveurs distants, en concurrence directe avec les Google Docs.

Et il y a même une alliance objective entre Facebook et Microsoft contre Google. Dans le « nuage », là où se joue l’affrontement principal, sur l’exploitation commerciale des données comportementales des internautes quand ils communiquent et partagent. Google et Facebook prospèrent sur ces gisements que les utilisateurs fournissent massivement.

Google fonce dans une faille de Facebook

Les créateurs du moteur de recherche avaient parfaitement compris l’intérêt des réseaux sociaux dès 2004, quand Mark Zuckerberg n’avait pas encore déposé le nom de domaine définitif de son réseau d’amis. Mais leur plateforme, Orkut, n’a pas pu empêcher, à partir de 2006,  l’émergence arrogante de Facebook.

Google + est une offensive frontale contre Facebook . Le nouveau réseau social est beaucoup plus clair, rassurant, que le fouillis opaque et intrusif de Facebook. Il montre avec ses Circles ce que Facebook peut avoir de malsain et de dangereux dans sa voracité de données à revendre au marketing.  Les « cercles » de Google + sont tout simplement des contacts que l’utilisateur organise en fonction des centres d’intérêt communs aux personnes qu’il connaît. L’idée selon laquelle « on ne partage pas n’importe quoi avec n’importe qui » correspond, en effet, aux registres de la communication interpersonnelle dans la vraie vie avec des cercles familiaux, conviviaux, professionnels pas forcément étanches mais clairement délimités.

Google harcèle Apple

Apple vient de lancer la plateforme iCloud en réplique aux arrivées récentes d’Amazon et de Google sur le marché de la musique en ligne.  Le « nuage » d’Apple  est installé gratuitement dans le système d’exploitation iOS 5 qui fait fonctionner les applications sur iTouch, iPhone, et iPad. Or, un autre système d’exploitation commence à concurrencer sérieusement celui d’Apple sur les téléphones nomades et les tablettes notamment. C’est Android. Et Android, c’est encore Google.

Et c’est encore dans le « nuage »  que la mêlée générale se complique. Le « nuage » - faut-il le rappeler - ce sont des logiciels qui, installés sur des serveurs lointains sont proposés non plus comme des produits mais comme des services. Ceux qui les utilisent n’ont pas à se préoccuper de la maintenance et de l’actualisation comme c’est le cas pour les logiciels achetés. Et surtout ils y accèdent de n’importe où avec un terminal allégé qui se connecte en wi-fi ou en 3G. C’est précisément ce que propose Google avec ses Chromebooks, concurrents directs des tablettes électroniques d’Apple. Si ce n’est pas du harcèlement, çà…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !