DSK : Sarkozy lui dit merci | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
DSK : Sarkozy lui dit merci
©DR

Revue de presse des hebdos

DSK : Sarkozy lui dit merci

DSK entraînera-t-il le PS dans sa chute ? A l’heure où la mère de Tristane Banon révèle qu’elle a eu “ une relation consentie mais brutale ” avec l’ancien patron du FMI, Nicolas Sarkozy enregistre son plus beau score depuis décembre.

Barbara Lambert

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio »

Dans la famille Banon, après la fille, “ L’Express ” a rencontré la mère. Quinze jours après l’interview “ exclusive ” de Tristane, l’hebdomadaire, décidément très “ en pointe ” sur le sujet, publie cette semaine “ les révélations ” d’Anne Mansouret. “ Lors de son audition, indique le news, la mère a confié aux enquêteurs ce qu’elle n’avait jamais dévoilé, et notamment pas à sa fille : elle a eu une relation sexuelle avec l’ex-patron du FMI. Une relation consentie mais brutale, selon ses dires, qui se serait déroulée dans un bureau de l’OCDE, à Paris. (…) Si elle a voulu apporter ce témoignage, à l’appui de la plainte de sa fille, c’est pour battre en brèche le portrait de Dominique Strauss-Kahn dépeint par ses amis. (…) A 65 ans, après une vie amoureuse bien remplie et trois maris, Anne Mansouret décrit (…) DSK comme un prédateur qui cherche non pas à plaire mais à prendre, se comportant avec l’ “ obscénité d’un soudard ”. D’après elle, chez DSK, le besoin sexuel déclenche un processus de domination ”.

DSK “ pète un câble ”

Revenant sur “ la chronologie des faits ”, la mère de Tristane Banon a précisé avoir “ appelé, peu après (les faits supposés), son amie Brigitte Guillemette, (mère de Camille Strauss-Kahn qui, aujourd’hui, nie en bloc la version d’Anne Mansouret, ndlr). Selon elle, l’ex-femme de DSK lui aurait alors confié qu’elle savait qu’il avait plusieurs fois eu un comportement déplacé vis-à-vis d’étudiantes, mais que jamais elle n’aurait pensé qu’il irait jusque-là. Brigitte Guillemette aurait alors appelé DSK, qui lui aurait répondu, en substance : “ Je ne sais pas ce qui m’a pris. J’ai couché avec la mère, j’ai pété un câble quand j’ai vu la fille ” ”.

Un “ personnage dangereux pour les femmes ”

S’interrogeant sur l’opportunité de déposer une plainte, Anne Mansouret aurait pris conseil auprès d’un “ magistrat d’Evreux ” qui lui dit “ qu’il faut porter plainte ”, tout en reconnaissant qu’ “ il y a une forte probabilité pour que celle-ci soit déboutée. (…) Parallèlement, elle consulte une élue PS, connue pour ses convictions féministes, qui lui conseille d’aller en justice. (…) A la fin de 2003, elle envoie un mail (qu’elle a conservé) à une figure montante de la gauche, lui expliquant que Tristane envisage, alors, de déposer plainte. Cette responsable, aujourd’hui parlementaire, l’encourage et lui répond, le 18 décembre, à propos de DSK : “ Avec moi, je crois que les choses ne sont pas allées aussi loin qu’avec elle, mais le peu que j’en ai vu (j’ai eu la chance de ne jamais me retrouver en tête à tête avec lui) me montre à quel point le personnage est dangereux pour les femmes ” ”. Au final, on le sait, la mère a conseillé à la fille de ne pas lancer de procédure. Les poursuites engagées il y a quinze jours ont-elles plus de chances d’aboutir ?

Les mystères de Marrakech…

“ Le Nouvel Observateur ” aurait-il lui aussi des révélations à faire ? Soulignée d’un bandeau “ Les mystères de Marrakech ” opportunément accroché sous une photo d’Anne Sinclair et de son mari, la couverture du magazine “ Sexe, pouvoir et scandales ” le laisse supposer… A tort. Compilation de tous les scandales connus liant sexe et pouvoir à travers l’Histoire, le dossier de une peut, certes, “ divertir ” sur la plage, mais n’éclaire en rien “ l’affaire ”. Quant aux “ mystères de Marrakech ”, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un sujet tourisme… En attendant l’audience du 1er août, que voulez-vous ?, il faut bien meubler.

Anne Sinclair par Elisabeth Badinter

Mais l’"Obs" a plus d’un tour dans son sac. Au détour des pages “ débats ”, on découvre, surprise !, une interview d’Elisabeth Badinter, amie proche, comme on le sait, d’Anne Sinclair, et qui s’était jusque-là abstenue de tout commentaire. “ Pourquoi sortir maintenant du silence ? ”, interroge le news. — “ Je connais Anne depuis plus de trente ans, je ne pouvais pas être objective, répond l’historienne. Puis, j’ai été choquée par ces prises de positions catégoriques, ces relents inouïs de moralisme, les propos de certaines féministes américaines qui disaient en substance : “ Vous, les Françaises, avez été complices du machisme ”, en oubliant, parfois, qu’il y a une différence entre un séducteur et un violeur ”.

Irritée par certaines féministes, la philosophe, militante pour les droits de la femme ? A l’heure où “ Télérama ” se réjouit que “ les féministes reprennent du poil de la bête ” grâce à l’affaire DSK, Elisabeth Badinter n’a pas du tout le même diagnostic : “ Cette affaire risque de décrédibiliser la parole des femmes, dit-elle. (…) J’aurais préféré que certaines féministes aillent moins vite en besogne, qu’elles ne piétinent pas la présomption d’innocence. Il y a eu là, pour moi, une cassure morale profonde et irréparable. ” — “ Vous semblez dire qu’Anne Sinclair a été injustement traitée ? ”, relance l’ “ Obs ”. — “ Anne a d’abord été décrite comme une sainte femme, dévouée et admirable. Puis, ici ou là, on a vu poindre dans les médias un autre son de cloche : est-ce qu’elle n’est pas le prototype de la femme soumise, une femme de l’ancien temps qui se laisse humilier, une sorte de victime consentante ? Nul n’a le droit de rentrer dans la vie privée d’un couple. Imaginez un instant qu’Anne Sinclair soit partie au moment où son mari était piétiné mondialement… Qu’aurait-on dit ? Ce n’était pas vraiment le moment d’avoir l’air d’une femme libérée ! 

—“ Pensez-vous qu’il y ait, dans ces jugements portés sur l’affaire, une fracture générationnelle ? ”, demande enfin l’hebdo. — “ Oui, je fais partie de la génération 1968, nous sommes des filles de Simone de Beauvoir, qui distinguait les amours contingentes et les amours nécessaires. Notre conception de la liberté et de la sexualité est ultra-simple : c’est la possibilité pour chacun de vivre comme il le souhaite, y compris d’avoir des amants ou de partager l’existence d’un homme qui vous trompe. Peut-être y a-t-il aujourd’hui un règlement de comptes des filles à l’égard de leur mère, une certaine colère par rapport à la génération passée qui, à leurs yeux, a été flouée. ” Et si on posait la question à Tristane Banon et Anne Mansouret ?

Nicolas Sarkozy : l’embellie

Révélations par-ci, démentis par-là, querelles en tout sens et gros pataquès au PS… c’est à peine si l’on s’étonne d’apprendre, dans “ Le Point ”, que “ Nicolas Sarkozy, dont la cote de popularité est à la hausse dans (son) baromètre (+ 5 % en un mois), connaît une légère embellie, ou plutôt une rectification de tendance. En effet, avec seulement 35 % des Français qui lui font confiance en juillet, le président obtient son meilleur résultat depuis décembre ”.

Le magazine le précise : “ La guérison, si elle doit avoir lieu, sera forcément lente. Depuis le début de l’année, le chef de l’Etat essaie de se “ représidentialiser ”. (…) Cette nouvelle attitude porte des fruits dans son camp : Sarkozy est en hausse chez les sympathisants UMP (+ 6 % ce mois-ci, + 13 % depuis avril), atteignant 80 % d’opinions positives. Il progresse aussi dans une catégorie de ses soutiens traditionnels, les 60 ans et plus (45 %, + 9), auprès desquels il avait enregistré des scores très bas. Sur le terrain, les élus se félicitent de ne plus se faire agresser sur la politique du pouvoir. Tous disent que le climat a changé ”.

Ca bouge, donc. Et ça bouge aussi au PS, mais en sens inverse. “ Les socialistes ne sortent pas grandis du début de la campagne pour la primaire, note l’hebdo. Tous les candidats perdent des plumes. Le favori, François Hollande, perd 5 points et recule à la troisième place (derrière Christine Lagarde et Bertrand Delanoë, ndlr). Martine Aubry ne profite pas de son entrée officielle en campagne, sa cote se dégradant de 3 points ”.

“ Le Point ” le précise en conclusion : “ La relative faiblesse des adversaires ne garantit pas une reconduction à l’Elysée. Sarkozy en est bien conscient. (…) Son ambition : gagner le sprint final après l’épuisement de ses adversaires ”. Dans “ Les Inrockuptibles ”, “ Franck Louvrier, (son) conseiller en communication, explique (au reste) qu’il n’est pas question pour le chef de l’Etat d’entrer trop tôt “ dans la bataille politicienne. Il a dit que 2011 serait une année utile pour les Français. Le travail de réforme continue ”. Son modèle est le François Mitterrand de 1988, qui ne s’était déclaré candidat à un second mandat qu’au mois de mars ”. Et, rappelez-vous, ça avait marché…

Un krach cet été ?

Ce qui ne marche pas, mais alors pas du tout, c’est l’économie mondiale. A l’heure où “ L’Express ” délivre ses “ 111 raisons d’être optimiste ” (et pourquoi pas 2011, tant qu’on y est), “ Le Nouvel Obs ” nous met sérieusement en garde. “ Voilà maintenant 18 mois que l’Europe tergiverse face à la crise grecque, incapable d’en venir à bout alors que l’économie de ce petit pays méditerranéen ne représente que 2 ,5 % du PIB de la zone euro, s’alarme-t-il. De l’autre côté de l’Atlantique, Barack Obama a beau hausser le ton, il ne trouve pas de majorité pour relever le plafond de la dette publique et éviter un défaut de paiement. Plus grave, la croissance américaine ne repart pas, au point de “ désespérer ” le patron de la banque centrale. Quant à la Chine, première créancière des Etats-Unis, elle reste silencieuse. Elle-même est confrontée à une situation difficile, coincée entre une bulle immobilière qui menace de déstabiliser sa croissance et une inflation qu’elle peine à enrayer. “ Les trois grands blocs économiques sont en même temps à un tournant difficile ”, constate, inquiet, le financier Marc Fiorentino. (…) Dans les salles de marché, on se prépare à un été agité. “ Les traders n’ont pas renoncé à leurs vacances, mais je me suis assuré que plusieurs d’entre eux pouvaient rentrer rapidement en cas de nécessité ”, confie un patron de banque en espérant que le deuxième plan d’aide à la Grèce, dont l’annonce est attendue au sommet extraordinaire européen du 21 juillet, calmera un peu les marchés ”. Le 21 juillet ? Bon sang, mais c’est aujourd’hui, le 21 juillet ! Allez, on croise les doigts. En même temps… pas sûr qu’on gagne à une solution plus qu’à une autre. M’enfin, faut pas désespérer. Après tout, c’est l’été, pas vrai ?

A lire, encore

Dans “ Courrier international ”, “ Si la Chine rachète l’Europe. La crise de l’euro profite déjà à Pékin ” et la première partie d’une “ conversation ” en 4 volets entre Julian Assange et le spécialiste d’art contemporain Hans Ulrich Obrist. Au menu : l’enfance, la formation intellectuelle du créateur de Wikileaks, bref, ses débuts. Dans “ Les Inrocks ”, “ Jeunes en mode alcool ” et “ Vache folle sur ordonnance ” à propos du Lovenox. Dans “ Le Point ”, “ Affaire DSK : un mail embarrassant ” du directeur de la gestion des risques au groupe Accor Xavier Graff, “ La famille où les enfants n’ont pas de sexe ” — hallucinant, “ La mafia en France ”, “ La bombe Google+ ”, “ Egypte : les coptes relèvent la tête ”. Dans “ L’Obs ”, enfin, “ Aubry : autopsie d’une rumeur ”, “ Adidas : l’accord secret de Tapie ” avec André Guelfi, “ 16 ans et elles rêvent d’un enfant ”, “ Syrie : les fantômes de Hama ” et “ Malgré la crise, Athènes chante ” sur le Festival d’Athènes, qui, lui, ne connaît pas la crise. Tout n’est pas perdu, allez !

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !