2015 sur les marchés : petit guide pour reconnaître les valeurs qu'il faudra chasser cette année | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Petit guide pour reconnaître les valeurs qu'il faudra chasser cette année.
Petit guide pour reconnaître les valeurs qu'il faudra chasser cette année.
©Reuters

Atlantico bourse

2015 sur les marchés : petit guide pour reconnaître les valeurs qu'il faudra chasser cette année

Pour cette nouvelle année, il faudra être prêt à saisir les opportunités sur des valeurs injustement sanctionnées à un moment donné, telles que Sanofi ou Airbus récemment, et ne pas oublier de procéder à des allègements après des hausses trop rapides sur les marchés.

Alain Pitous

Alain Pitous

Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).

Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de placement en actions.

Précédemment, il a été pendant 5 ans (2009-2014) Deputy CIO d’Amundi (850 Milliards d’Euro sous gestion) et gérant du fonds Amundi Patrimoine de 2012 à juillet 2014.

Voir la bio »

L’exercice des prévisions pour 2015 n’est pas de parier sur un niveau dans un an du CAC des taux ou du dollar mais plutôt, selon nous, d’analyser les tendances possibles et d’envisager où, et pour quelles raisons, des ruptures pourraient avoir lieu. Ensuite avec ces éléments construire un portefeuille diversifié et résistant aux risques.

Coté croissance économique, quelles sont les tendances pour 2015 ?

La croissance économique aux Etats-Unis devrait se poursuivre sur le même rythme qu’en 2014, pas plus. En effet la dynamique actuelle pourrait être altérée si la Banque centrale monte ses taux courts comme cela semble probable.

La Chine devrait résister : les autorités ont agi pour soutenir la croissance et la Chine est le pays le plus favorisé par le niveau des matières premières. Les pays émergents d’Asie devraient aussi bénéficier des cours divisés par 2 du pétrole !

Au Japon, il n’y a pas de grand changement à attendre par rapport à 2014.

En zone euro enfin, nous attendons un mieux : les initiatives telles le plan Juncker et surtout les investissements des entreprises, très en retard, pourraient, en repartant un peu, soutenir l’activité.

Etant donné les niveaux d’endettement des principaux pays, une accélération très forte de la croissance serait la (bonne !) surprise de 2015. A l’inverse le soutien des Banques centrales devrait empêcher une récession.

Coté marchés de taux : inutile d’espérer une performance de 2015 du même niveau que celle de 2014… Le taux 10 ans français à 0,83% est une bonne nouvelle pour l’Etat Français mais pas pour les épargnants. Il n’y a plus rien à gagner sur ces placements. Beaucoup évoquent même un risque de hausse des taux longs dans les pays développés… mais, en fait, il serait étonnant de voir les taux flamber : il y a toujours une épargne mondiale excédentaire à la recherche de placements "sûrs" et les Banques Centrales sont toujours à la manœuvre. La BCE pourrait même dès fin janvier procéder à des achats d’obligations d’Etat.

Sur les devises et les matières premières : la hausse du dollar vs euro pourrait se poursuivre mais à un rythme plus modéré : en effet, on imagine mal les Américains s’accommoder plus longtemps d’une hausse trop forte de leur devise. Pour le pétrole, la division par 2 des cours va avoir des difficultés à trouver un prolongement de même ampleur en 2015… une forme de plancher vers 50$ le baril est envisageable.

Sur le front des entreprises, nous anticipons une hausse modérée des résultats ; ce serait un progrès par rapport à 2014. Les chiffres d’affaires sont faiblement en hausse mais les coûts sont bien contrôlés. En zone euro, la situation des entreprises devrait être meilleure aussi grâce à l’effet devise et à l’effet pétrole qui vont alléger les coûts… sans parler des taux d’emprunts qui devraient rester bas.

Dans ce scénario, qui semble raisonnablement optimiste, et qui incite à renforcer stratégiquement le poids des actions dans les portefeuilles au détriment des obligations, les risques devraient être surtout politique et géopolitique : à très court-terme, la Grèce et la situation entre la Russie et l’Ukraine peuvent avoir de lourdes conséquences qui viendraient, pour un temps, ralentir les rythmes de croissance et surtout infléchir les anticipations, ce serait mauvais pour les marchés.

L’année boursière sur les actions devrait ressembler à 2014 en Europe : en 2014, il y a eu 6 alternance de hausses et de baisses des indices de 7 à 10% à chaque fois. 2015 devrait aussi connaître des emballements et des baisses successives… Des baisses suite à des tensions politiques, des hausses lorsque la BCE mettra en œuvre telle ou telle mesure de relance… Il faudra être prêts à saisir les opportunités sur des valeurs injustement sanctionnées à un moment donné : exemple Sanofi ou Airbus plus récemment mais aussi ne pas "oublier" de procéder à des allègements après des hausses trop rapides !

L’année 2015 sur les actions devrait donc être une année pour les "chasseurs" d’opportunités. Pour cela, il faut être prêt à agir, c'est-à-dire:

  • Avoir préparé un plan d’action et s’y tenir.
  • Avoir de bonnes armes : du cash.
  • Etre opportuniste, car les marchés peuvent exagérer parfois très rapidement !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !