Maladie démocratique ? 7882 candidats, les législatives tournent à la candidatose | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
 Maladie démocratique ? 7882 candidats, les législatives tournent à la candidatose
©Reuters

Treize à la douzaine

Maladie démocratique ? 7882 candidats, les législatives tournent à la candidatose

Une telle abondance de candidats aux législatives, c'est un signe de bonne santé démocratique ou plutôt la conséquence d'un système de défraiement public absurde ?

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Je fais le tour des professions de foi des candidats aux législatives de ma circonscription en prenant mon café au soleil, juste avant d’aller accomplir mon devoir de citoyen. Il y en a beaucoup : vingt-et-une si j'ai bien compté (5e circonscription de Marseille, pour un chiffre record de 7 882 candidats à l'échelon national ).

Et il y a vraiment de tout, même deux avec le logo du parti socialiste (mais pas de « vrai » PS puisque la candidate officielle du secteur, Marie-Arlette Carlotti, a jeté l'éponge au dernier moment), et deux autres se réclamant de la « majorité présidentielle » (un MoDem et une En marche).

Il y a aussi deux candidats écologistes (mais aucun d'EELV), dont l'un se prévaut du soutien de Hulot (pas du Nicolas de la télé, mais d’une certaine Marie-Martine, qui doit être sa petite cousine). Il y a même un candidat qui se débrouille pour afficher les logos du PS, du PRG, de Génération écologie et de la majorité présidentielle à côté de sa trombine souriante de parfait inconnu.

Toutes les couleurs de la gauche, toutes les couleurs de la droite sont représentées, y compris celles des formations les plus groupusculaires, mais ce qui me frappe le plus, c’est la grosse poignée de farfelus qui partent dans tous les sens et promettent littéralement n'importe quoi : plus de pognon, moins d'impôts, plus de sécurité, la reconnaissance du vote blanc, la fin de la pollution, l'humanisation des abattoirs, la paix dans le monde (laquelle est, comme chacun sait, du ressort du représentant des 4e et 5e arrondissements de Marseille à l’Assemblée nationale), la baisse des loyers, l'éradication du terrorisme...

Du coup, je me demande si c'est admirable, si c'est la démocratie tocquevilienne en action puisque n'importe qui peut être candidat avec une photocopieuse et trois propositions qui ne mangent pas de pain (certaines professions de foi sont de bêtes fichiers Word sans l’option de correction automatique), ou si c'est seulement grotesque et, dans certains cas, à la limite de l'escroquerie pure et simple puisqu’il suffit de passer la barre des 1 % pour se voir gratifier de 1,42 euro d’argent public par suffrage. Et 1 %, dans une telle foire d’empoigne entre anonymes, ça ne doit pas être si difficile à obtenir j’imagine.

Moi-même, je sais pour qui j’irai voter lorsque j’aurai terminé de boire mon café bien sûr. Mais sur la philosophie générale de l’opération, je n’ai pas encore tranché.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !