Innocent III ou l’apogée de la puissance monarchique des papes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Innocent III portant un pallium. Fresque du sanctuaire de Sacro Speco, au monastère de San Benedetto, en Italie.
Innocent III portant un pallium. Fresque du sanctuaire de Sacro Speco, au monastère de San Benedetto, en Italie.
©

Atlantico Radio

Innocent III ou l’apogée de la puissance monarchique des papes

Au cœur du Moyen-Age, le pontificat d'Innocent III n'est pas le plus célèbre. Mais il est sans conteste un des plus décisifs dans l'affirmation du pouvoir séculier de l'Eglise. Dans ce nouvel épisode de Storiavoce, en partenariat avec Atlantico, Arnaud Fossier répond à Christophe Dickès.

Dans une nouvelle série de nos Cours d’Histoire, Arnaud Fossier présente la réalité du pouvoir des papes et de l’Eglise à l’époque médiévale, notamment dans ses rapports avec le pouvoir séculier et donc le pouvoir des rois. Ce troisième et dernier volet est consacré à la personnalité incontournable qu’était Innocent III. Arnaud Fossier, interrogé par Christophe Dickès, répond aux questions suivantes:

  • Pourquoi avoir choisi Innocent III, qui n’est sans doute pas le personnage le plus célèbre du Moyen Âge, ni même de l’histoire de l’Église, pour un large public ?
  • Que dire de son parcours?
  • Quelle conception se fait-il de son pouvoir et de sa mission, une fois élu pape ?
  •  Mais de quel œil les États séculiers ont-ils perçu l’affirmation de ce pouvoir ? Et plus largement quels furent les rapports d’Innocent III avec les souverains de l’époque ?
  •  On ne peut être que frappés par la « modernité » de son gouvernement. Dans quelle mesure est-il l’inventeur d’un État et d’une administration particulièrement sophistiqués ?
  • Innocent III est aussi le contemporain, et même le grand orchestrateur du plus grand concile du Moyen Âge, à savoir celui de Latran IV (qui a lieu en 1215, peu de temps avant sa mort). Dans quelle mesure ce concile a-t-il littéralement transformé la société médiévale ? Et pouvez-vous revenir sur l’œuvre plus proprement religieuse et pastorale d’Innocent III ?
  • Qu’a-t-il laissé, voire légué, à un pape comme Boniface VIII (1294-1303), lui aussi connu pour ses élans théocratiques ? Et au-delà, son modèle de pouvoir n’a-t-il pas été remis en cause à la fin du Moyen Âge?

L’invité: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il a publié à l’Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !