Zone 51 : la CIA lève le voile sur l'un des plus grands mystères de l'Histoire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Zone 51 n'abritait pas d'extra-terrestres
La Zone 51 n'abritait pas d'extra-terrestres
©© United International Pictures (UIP)

Enfin !

Zone 51 : la CIA lève le voile sur l'un des plus grands mystères de l'Histoire

Ce qui avait été aperçu à l'époque dans le ciel du Nevada n'était en réalité pas des ovnis mais des avions-espions U-2 testés sur une base ultra-secrète.

Les amateurs de théories du complot en tout genre vont être déçus. L'un des plus grands mystères du siècle dernier vient enfin de trouver une explication. Les apparitions d'ovnis dans le ciel du Nevada, à l'origine de la mythologie entourant la Zone 51, n'en étaient pas. Il s'agissait en réalité d'avions-espions U-2 testés sur cette base ultra-secrète, comme l'a révélé ce vendredi la CIA dans un rapport officiel sur l'histoire du programme U-2 entre 1954 et 1974. Tout au long des 400 pages de ce rapport, pas une mention de l'extra-terrestre de Roswell, dont l'ovni se serait écrasé au Nouveau-Mexique en 1947 et qui, selon la légende, aurait été ensuite caché et étudié dans la Zone 51.

Ce n'est pas la première fois que l'agence de renseignement reconnaît l'existence de la Zone 51. Dans un document déclassifié et mis en ligne sur internet en octobre 2012, un mémorandum datant de 1967 rédigé par le directeur de la CIA de l'époque, Richard Helms, évoque le déploiement depuis la Zone 51 de trois avions-espions au Japon pour des missions au-dessus du Vietnam.

Dès le début des vols d'essais et d'entraînement en juillet 1955, "la haute altitude du U-2 a rapidement mené à un effet secondaire inattendu: l'augmentation phénoménale des signalements d'objets volants non-identifiés (Ovnis)", relatent les auteurs de la CIA. En effet, à l'époque, les appareils commerciaux volaient à une hauteur de 3 000 à 6 000 mètres. Les U-2 volaient eux à plus de 20 000 mètres. De quoi créer la confusion.

"A cette époque, personne ne soupçonnait que le vol habité était possible à 20.000 mètres, donc personne n'envisageait de voir un objet si haut dans le ciel", expliquent les auteurs du rapport. Dès lors, si un U-2 volait dans les environs à haute altitude, le soleil se reflétait sur ses ailes argentées, ce qui "apparaissait pour le pilote commercial, 12 000 mètres plus bas, comme un objet enflammé", justifient-ils. Ce phénomène pouvait également être constaté du sol.

Des explications qui devraient mettre fin à tous les fantasmes entourant cette fameuse Zone 51.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !