Zapping politique du jour : Michel Sapin, Le Pen, Royal... Tout ce qu'il faut savoir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Zapping politique du jour : Michel Sapin, Le Pen, Royal... Tout ce qu'il faut savoir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Michel Sapin, Le Pen, Royal... Tout ce qu'il faut savoir

Atlantico.fr vous propose ce jeudi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Ségolène Royal, ministre de l'écologie, sur RMC

"Les tarifs EDF ne vont pas augmenter d'ici le 1er août prochain. La hausse de 5% décidée est effacée. Par ailleurs, j'essaie de réformer le système de calcul pour qu'il n'y ait pas de hausse au 1er janvier 2015". 

La vidéo du jour : Michel Sapin, ministre des Finances, sur itélé

L'essentiel de ce jeudi matin

Marine Le Pen, présidente du FN, dans Valeurs Actuelles

La polémique avec son père ? "La politique s'incarne, or je suis moi-même, je ne suis pas Jean-Marie Le Pen [...] J'ai ma propre personnalité, ma propre perception de l'exercice des responsabilités. Et ma stratégie peut se résumer en une phrase : faire gagner le FN pour faire gagner la France". Si pendant quarante ans, c'est Jean-Marie Le Pen qui a incarné le Front national et en reste une figure centrale, aujourd'hui c'est moi, et non plus lui, qui suis chargée de son avenir et de celui de ses idées".

Le FN antisémite ? Il existe – pourquoi le nier – une suspicion d'antisémitisme qui pèse sur le Front national et que je conteste avec la plus grande force. (...) Je ne cesse de le répéter aux Français juifs, qui sont de plus en plus nombreux à se tourner vers nous : 'non seulement le Front national n'est pas votre ennemi, mais il est sans doute dans l'avenir le meilleur bouclier pour vous protéger, il se trouve à vos côtés pour la défense de nos libertés de pensée ou de culte face au seul vrai ennemi, le fondamentalisme islamiste".

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, sur Europe 1

La grève à la SNCF ? "Je souhaite que le travail reprenne. L’objectif du gouvernement c’est d’assurer la pérennité de la SNCF et de l’ensemble du réseau ferroviaire français. Lors des débats à l'Assemblée nationale, les parlementaires ont même renforcé l'unité entre la SNCF et RFF en votant un amendement. Il faut qu’on ait un outil SNCF, RFF regroupé, capable de préparer l’avenir".

Les pesticides dans l'agriculture ? "Jamais il n’a été question d’interdire les pesticides à 200 mètres des habitations. En concertation avec le ministère de l’Environnement et Ségolène Royal, il s’agit d’avoir des mesures pour protéger les lieux publics : des écoles, des hôpitaux et les maisons de retraites, c'est l’ambition du gouvernement et ça restera cet objectif là".

Thierry Lepaon, responsable de la CGT, sur RTL

La fin de la grève ? "Je pense que les formules incantatoires ne servent à rien. Les cheminots font une action pour défendre le service public. Cela commence à porter ses fruits. Les cheminots vont perdre un tiers de leur salaire, donc chaque journée est importante. Il y a moins de grévistes. Ceux qui étaient en grève durant les premiers jours sont d'accord mais pour des raisons de budget, ils ont arrêté. Les salariés décident eux-mêmes de la continuité ou pas du mouvement. (...) On arrive à un tournant mais les cheminots vont décidé eux-mêmes. Il faut prendre ses responsabilités et savoir si on continue ou pas la grève". 

Les amendements ? "Il va falloir prendre le texte proposé par le gouvernement puis celui voté par le Parlement et vous verrez qu'il y a des différences et que la CGT a pesé. Elle aura réussi à influer sur les négociations". 

La colère des usagers ? "Je comprends les usagers. Ils sont en colère contre le gouvernement et pas contre la CGT. Bien sûr qu'on aurait pu se passer de cette grève. Mais je n'ai pas été surpris par cette grève. Cela fait un an que l'on discute et rien n'y fait, le gouvernement écoute mais ne comprend pas. Rien n'a permis de lever les ambiguïtés, les cheminots ont utilisé leur dernière arme. S'il y avait eu une discussion préalable, on en serait pas là".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !