Zapping politique du jour : Marine Le Pen, Fabius, Fillon, Bartolone... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Marine Le Pen, Fabius, Fillon, Bartolone... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Marine Le Pen, Fabius, Fillon, Bartolone... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce lundi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, dans une interview publiée dimanche soir sur le site des Echos

"Nous devons ouvrir une bataille politique pour faire baisser l'euro. L'euro doit être au service de notre économie et de notre industrie. Il ne s'agit pas de le dévaluer mais de le ramener à un niveau raisonnable et supportable."

La vidéo du jour : Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, sur iTélé


L'essentiel de ce lundi matin

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, sur RTL

"Le système actuel de fracturation hydraulique est mauvais pour l'environnement. Donc ce n'est pas celui-là qu'il faut exploiter. En revanche, que l'on fasse des recherches pour savoir s'il y une autre possibilité d'exploiter le gaz de schiste, ça me paraît normal", a affirmé Laurent Fabius au micro de RTL.

Interrogé sur le référendum suisse de dimanche en faveur du rétablissement de quotas d'immigration, le ministre des Affaires étrangères a jugé ce vote "préoccupant". "C'est paradoxal puisque la Suisse fait 60% de son commerce extérieur avec l'UE et vit très largement de l'UE", a-t-il ajouté.

Marine Le Pen, présidente du FN, sur Europe 1

Interrogée sur les jeunes Français partis faire le jihad en Syrie, Marine Le Pen, invitée d'Europe 1, a estimé qu'il "faut arrêter de soutenir les fondamentalistes islamistes partout où ils œuvrent. Ces jeunes ne comprennent pas pourquoi on leur reproche d'aller se battre aux côtés des rebelles fondamentalistes alors même que le gouvernement les a soutenus, que ce soit en Libye ou en Syrie. Il faut un peu de cohérence".

"Le message [du gouvernement français] est totalement contradictoire ! L'immigration massive, dérégulée, dans notre pays permet de laisser passer des fondamentalistes qui œuvrent dans les quartiers, organisent des noyaux, recrutent, dans l'impuissance du gouvernement a les détecté, à les combattre."

"Le problème c'est s'ils reviennent. Ils sont Français, et alors ? En Grande-Bretagne, ils ont décidé de les condamner à la déchéance de nationalité. C'est une très bonne proposition, qui ne doit peut-être pas être appliquée aux mineurs."

François Fillon, ancien Premier ministre, sur RMC

Interrogé sur le référendum suisse, François Fillon a déclaré : "Que la Suisse veuille réduire le nombre d'étrangers sur son territoire est naturel." "Soit l'Europe se dote d'une politique d'immigration sérieuse, soit elle ne le fait pas et elle ne pourra pas empêcher les Etats de le faire", a-t-il ajouté. L'ancien Premier ministre s'est aussi dit favorable à des quotas sur l'immigration.

Si Nicolas Sarkozy veut se présenter en 2017 devra-t-il se prêter au jeu des primaires ? "Oui, je crois que la démocratie n'a pas de défaut", a répondu François Fillon.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !