Yémen : les ressortissants américains doivent partir "immédiatement" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Yémen : les ressortissants américains doivent partir "immédiatement"
©

Vite

Yémen : les ressortissants américains doivent partir "immédiatement"

Cet avertissement intervient après la fermeture de plusieurs ambassades et consulats américains à travers le Moyen-Orient et en Afrique, en raison de menaces d'attentats d'al-Qaida.

Le communiqué du ministère est clair. Il "encourage les citoyens américains à reporter leur voyage vers le Yémen, et les citoyens américains qui vivent actuellement au Yémen à partir immédiatement". Depuis plusieurs jours, les États-Unis ont donc accentué leurs messages de prudence à l'égard de leurs ressortissants. Pour le département d'état, ils doivent quitter le Yémen le plus vite possible en raison du niveau de menaces d'attentats "extrêmement élevé" dans le pays.

"Le gouvernement américain reste très préoccupé par d'éventuelles attaques contre des citoyens américains (visitant ou résidant au Yémen) et les installations américaines, les entreprises, et des intérêts américains et occidentaux" indique le département d'état. Aqpa, considérée comme l'un des groupes les plus actifs engendrés par le réseau terroriste fondé par Oussama Ben Laden, est soupçonnée d'avoir préparé un certain nombre d'attaques contre les États-Unis. La mise en garde du département d'État est intervenue quelques heures après une frappe de drone américain qui a tué quatre membres présumés d'al-Qaida au Yémen. 

Les responsables américains ont indiqué qu'ils avaient  intercepté des messages contenant des menaces d'attentats, entre le numéro un d'al-Qaida, Ayman al-Zawahiri, et Nasser Al-Whaychi, le chef de la filiale al-Qaida dans la Péninsule arabique basée au Yémen.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !