Wikileaks : l'Equateur a bien restreint l'usage de l'internet à Julian Assange | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Wikileaks : l'Equateur a bien restreint l'usage de l'internet à Julian Assange
©Reuters

56 kb/s

Wikileaks : l'Equateur a bien restreint l'usage de l'internet à Julian Assange

L'organisation qui s'oppose ouvertement à Hillary Clinton a publié des milliers de documents personnels sur la candidate.

L'Equateur a-t-il cédé aux pressions américaines ? La connexion internet de Julian Assange, réfugié depuis plusieurs années dans son ambassade à Londres, a été subitement restreinte alors que Wikileaks publie des milliers de documents, dont certains compromettants, sur Hillary Clinton.  "L'Equateur, dans l'exercice de sa souveraineté, a restreint temporairement l'accès à une partie de son système de communications dans son ambassade au Royaume-Uni", a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, tout en rappelant que gouvernement équatorien "respecte le principe de non intervention dans les affaires d’autres pays, ne s’immisce pas dans les processus électoraux en cours, ni ne soutient un candidat en particulier."

Selon Quito, cette restriction n'empêche pas Wikileaks d'exercer ses activités. Mais elle rend la vie un peu plus difficile à Julian Assange vit dans cette ambassade depuis 2012 et montrait des signes de mauvaise santé, ces derniers mois. Selon Wikileaks, l'Equateur aurait cédé aux pressions de John Kerry, le secrétaire d'Etat américain. Ce dernier a nié toute implication.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !