Visite du pape François aux Etats-Unis : en 30 secondes, 10 000 billets vendus pour la messe de Philadelphie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Visite du pape François aux Etats-Unis : en 30 secondes, 10 000 billets vendus pour la messe de Philadelphie
©

Rockstar

Visite du pape François aux Etats-Unis : en 30 secondes, 10 000 billets vendus pour la messe de Philadelphie

Du 22 au 27 septembre, le souverain pontife se rendra pour la toute première fois de sa vie aux États-Unis. Un pays qu'il n'apprécie guère.

Le pape François n'est pas un amoureux des Etats-Unis mais visiblement la réciproque est fausse. En effet, sa venue à partir du 22 septembre suscite un énorme engouement. Pour preuve, iIl n'aura fallu que 30 secondes pour que les 10 000 billets permettant d'assister à la messe célébrée à la fin du mois à Philadelphie soient réservés. Déjà mardi, les 10 000 billets donnant accès à une allocution du pape François le 26 septembre, à l'occasion des Rencontres mondiales des familles, s'étaient arrachés en deux minutes. La messe se tiendra le lendemain, dimanche 27 septembre, sur l'avenue Benjamin-Franklin, devant le Philadelphia Museum of Art.

La visite du pape François sera donc un événement. Pour lui tout d'abord. Car François se rendra pour la toute première fois de sa vie aux États-Unis, un pays qu'il ne chérit guère. En premier lieu, Jorge Mario Bergoglio prône la fin de la consommation dévergondée et se méfie donc du pays symbole du capitalisme. En deuxième lieu, sur un plan plus moral aussi, le pape n'est pas un adepte de la mentalité américaine. "Il se présente comme un pape de terrain, qui défend les personnes marginalisées des périphéries, que les systèmes économiques écartent et isolent. À bien des égards, comme le confirme le témoignage de Juan Carlos Scannone, un universaitaire de Buenos Aires, les États-Unis sont un contre-exemple à cause de leur 'consumérisme'. C’est aussi et d'abord le pays qui se croit au centre de tout" pouvait-on lire récemment dans Slate.

Enfin, son rapport au dollar est "particulier". Le pape François a la vision que le dollar écrase tout et que l'économie américaine domine le monde sans jamais penser aux plus pauvres. "Ce qui a le don de l'agacer" dit un de ses proches. Reste que cette visite qui commencera le 23 septembre par une rencontre à Washington avec le président Barack Obama et un discours au Congrès le 24 à New York sera l'une des plus symbolique de son pontificat. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !