Violent séisme en Irak et en Iran : au moins 344morts et plus de 4000 blessés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Violent séisme en Irak et en Iran : au moins 344morts et plus de 4000 blessés
©POURIA PAKIZEH / ISNA / AFP

Drame

Violent séisme en Irak et en Iran : au moins 344morts et plus de 4000 blessés

Dimanche 12 novembre au soir, un tremblement de terre de magnitude 7,3 sur l'échelle de Richter a frappé le nord-est de l’Irak et des régions frontaliers en Iran et en Turquie.

Un tremblement de terre de magnitude 7,3 a frappé le nord-est de l’Irak et des régions frontaliers en Iran et en Turquie dimanche 12 novembre au soir. Au moins 344 personnes sont mortes et plus de 4000 ont été blessées. Ce bilan pourrait encore augmenter, selon les autorités. Pour l'heure, seul l'Iran a annoncé un bilan officiel provisoire, qui n'a cessé d'augmenter au fil des heures. En Irak, où se situait l'épicentre du séisme, les responsables locaux ne parlent pour l'instant que de six morts.

Un séisme suivi de nombreuses secousses

Selon le site internet de l'Institut de géophysique de l'Université de Téhéran, le séisme a été suivi de nombreuses autres secousses pendant la nuit, dont au moins trois supérieures à 4,3 sur l'échelle de Richter. Les médias publics ont appelé la population au calme. «La situation est sous contrôle dans les zones frappées par le séisme», a assuré la télévision d'État. Certaines zones des deux pays sont privées d'électricité en raison du séisme.

En 2003, une secousse avait anéanti la ville historique de Bam en Iran, dans la province de Kerman. A l’époque, au moins 31.000 personnes avaient été tuées. En avril 2013, l'Iran avait subi à quelques jours d'intervalle deux séismes de magnitude 6,4 puis 7,7, la plus forte secousse depuis 1957 dans ce pays.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !