Vincent Peillon veut-il geler l’avancement des fonctionnaires? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vincent Peillon veut-il geler l’avancement des fonctionnaires?
©

Ca va coincer

Vincent Peillon veut-il geler l’avancement des fonctionnaires?

D’après Les Echos, le ministre de l’Education souhaiterait proposer cette mesure à son homologue du Budget, qui devrait être évoquée, samedi, à l’Elysée. Une information démentie mercredi soir par le ministère de l’Education nationale.

Vincent Peillon souhaite-t-il geler l’avancement automatique des fonctionnaires ? C’est l’idée que lui prêtent Les Echos et Le Figaro ce mercredi 5 février 2013.

Une mesure que le ministre de l'Éducation devait soumettre mercredi soir à Bernard Cazeneuve, ministre du Budget, explique Le Figaro, qui ajoute que Vincent Peillon devrait aussi la défendre ce samedi, à l'Élysée, lors de la 2e réunion du conseil stratégique de la dépense publique, conduite par François Hollande.

Une proposition chiffrée par le quotidien Les Echos, qui se base sur un rapport de la Cour des comptes publié en juin 2013, à 1,2 milliards d’euros d’économies par an. Une économie non-négligeable à l’heure où l’exécutif s’est engagé à réduire les dépenses publiques de 50 milliards d’euros d’ici à 2017.

Si elle devait être formulée samedi, pas sûr cependant qu’elle ne soit validée par François Hollande. Le Figaro explique en effet qu’elle est "impopulaire" dans un contexte où le point d’indice, qui sert à calculer le salaire des fonctionnaires, n’a pas été revalorisé depuis 2010.

Dans la soirée, le ministère de l'Éducation nationale a publié un communiqué où il dément "formellement" avoir proposé le gel des avancements et des promotions des fonctionnaires, écrit Le Figaro.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !