Urgences : Agnès Buzyn dévoile une série de mesures | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Urgences : Agnès Buzyn dévoile une série de mesures
©LUDOVIC MARIN / AFP

Grève

Urgences : Agnès Buzyn dévoile une série de mesures

Agnès Buzyn a présenté des mesures afin d'améliorer la situation des services d'urgence alors que le mouvement de grève se poursuit à travers le pays.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a dévoilé une série de mesures afin d'améliorer la situation des services d'urgence. 

Les solutions évoquées par la ministre émanent de la mission confiée en juin au chef du Samu de Paris, Pierre Carli, et au député de Charente, Thomas Mesnier (LREM). "Des filières d'admission directe" seront ainsi généralisées. Une incitation financière sera proposée aux hôpitaux qui mettront en place ce dispositif.  Les Samu seront également autorisés à envoyer une ambulance vers un cabinet de ville ou une maison de santé. Les personnels paramédicaux des urgences pourront "faire des gestes qu'ils ne peuvent pas faire aujourd'hui" comme "prescrire de la radiologie (ou) faire des sutures" avec une "prime de coopération" de 80 euros net par mois à la clé. Des "admission-directe" pour les personnes âgées et de la "vidéo-assistance" dans les Samu avec les Ehpad vont être notamment proposés. 

D'autres annonces et des mesures supplémentaires seront déployées la semaine prochaine. 

Agnès Buzyn va recevoir le 9 septembre prochain "tous les acteurs du secteur". Des syndicats, des représentants des médecins libéraux et du collectif Inter-Urgences seront notamment conviés. 

Depuis près de six mois, un mouvement de grève s'est étendu à près de la moitié des services d'urgences du secteur public. Des organisations de médecins hospitaliers ou urgentistes ont décidé ce lundi de rejoindre la mobilisation. Les restrictions budgétaires et la fermeture de lits sont notamment dénoncées. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !