Université d'été du PS : Manuel Valls livre un discours sur les valeurs et demande aux socialistes "d'être fiers" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Université d'été du PS : Manuel Valls livre un discours sur les valeurs et demande aux socialistes "d'être fiers"
©Reuters

Sans surprise

Université d'été du PS : Manuel Valls livre un discours sur les valeurs et demande aux socialistes "d'être fiers"

Manuel Valls a défendu le cap de sa politique mais n'a fait aucune annonce dans son discours de clôture de l’université d'été du Parti socialiste, ce dimanche La Rochelle.

Dans un discours d'une heure environ, le chef du gouvernement est resté consensuel devant les militants socialistes dimanche, en clôture de l'université d'Eté.

Manuel Vall a d'abord estimé que les migrants qui "fuient la guerre, les persécutions, la torture, les oppressions doivent être accueillis" en France. "Donc, chaque demande d'asile doit être examinée, rapidement". Les "migrants doivent être traités dignement, abrités, soignés". "Notre devoir, c'est de trouver des réponses durables, fondées sur des valeurs : humanité, responsabilité, fermeté", a-t-il insisté.

Sur ce point, il a critiqué la droite : "Alors que le gouvernement de coalition allemand combat l’extrême droite, la droite française, elle, court derrière le Front national, donne des interviews à Valeurs actuelles, perd ses repères, perd ses valeurs", a-t-il lancé.

Le Premier ministre a aussi fait le service après-vente du gouvernement, portant la bonne parole auprès des militants : "Les premier résultats sont là (…) nous sommes sur la bonne voie, pour raviver l'espoir, pour réussir. (...) Nous ferons baisser le chômage", a-t-il assuré.

Sur la réforme fiscale, il a déclaré : "Payer des impôts, c'est normal, c'est être citoyen. Mais payer trop d'impôts, c'est injuste, et c'est inefficace. Nous redonnons à la fiscalité tout son sens: faire contribuer équitablement, sans jamais décourager !"

Il a appelé la gauche "socialiste, écologiste, radicale" à partir "unie" dès le premier tour des élections régionales de décembre. "Socialistes, écologistes, radicaux doivent combattre, unis dès le premier tour, dans le Nord-Pas-de-Calais et Picardie, en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Et si possible partout en France", a plaidé le Premier ministre. "La gauche est victorieuse quand elle sort de son nombrilisme pour s'adresser à tous, sans exclusive, sans petits calculs, sans sectarisme", a-t-il dit.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !