Union européenne : Vincent Peillon critique Manuel Valls sur la souveraineté des États | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Union européenne : Vincent Peillon critique Manuel Valls sur la souveraineté des États
©BERTRAND GUAY / AFP

Point de vue

Union européenne : Vincent Peillon critique Manuel Valls sur la souveraineté des États

"Quand on commence à dire 'je veux l'Europe pour avoir davantage de souveraineté des Etats' ça veut dire qu'on ne veut pas d'Europe intégrée", estime l'ancien ministre de l'Education.

Invité au micro de France Inter, Vincent Peillon a évoqué mardi 13 décembre les positions de l'ancien Premier ministre Manuel Valls sur la question européenne, estimant que vouloir "l'Europe pour avoir davantage de souveraineté des États" revenait à "ne pas vouloir d'Europe intégrée".

"J'ai entendu Manuel Valls déclarer dans un meeting que, pour lui, l'Europe devrait donner davantage de souveraineté aux États. J'avais compris, mais c'est peut-être mon aspect scolaire qui m'est tant reproché, qu'on construisait l'Europe par des transferts de souveraineté", a déclaré le candidat à la primaire de la fauche. 

"Quand on commence à dire 'je veux l'Europe pour avoir davantage de souveraineté des Etats' ça veut dire qu'on ne veut pas d'Europe intégrée, ça veut dire qu'on ne veut pas de pilotage de la monnaie commune, ça veut dire qu'on ne veut pas de défense commune", a-t-il aussi regretté. 

Lors d'un déplacement à Narbonne lundi 12 décembre, Manuel Valls avait défendu une "Europe souveraine".

"L'Europe, ce n'est pas la fin des nations, de nos nations souveraines. C'est une fédération d'Etats-nations. Ce doit être de la souveraineté en plus pour nos pays !", avait-il déclaré. 

>>>> À lire aussi : Le sens caché de la candidature Peillon

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !