Un proche d'Amedy Coulibaly a entretenu une relation avec une gendarme chargée du renseignement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Amedy Coulibaly
Amedy Coulibaly
©

Révélation

Un proche d'Amedy Coulibaly a entretenu une relation avec une gendarme chargée du renseignement

Selon "Le Canard enchaîné", l'homme est soupçonné de trafic d'armes et de stupéfiants.

Amedy Coulibaly, le tueur de la policière de Montrouge et de l'Hyper cacher de la Porte de Vincennes, revient dans l'actualité ce mercredi. Mais indirectement. En effet, selon Le Canard Enchaîné, un des proches du terroriste aurait eu une relation avec une gendarme chargée du renseignement opérationnel au centre technique de la gendarmerie nationale de Rosny-sous-Bois. 

Amar R., soupçonné de trafic d'armes et de stupéfiants, faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen. Quelques heures avant les évènements du 9 janvier, il constituait même une des cibles prioritaires de la police en compagnie d'Amedy Coulibaly. Selon les enquêteus, "son téléphone avait par ailleurs été détecté par un relais proche de l'épicerie casher". Quelques jours avant les attentats, il avait aussi essayé d'échanger un véhicule avec des armes, mais en vain.

Selon le "Canard", l'homme avait été mis sur écoute. La police espérait savoir s'il allait passer à l'acte. C'est là que les policiers vont avoir une énorme surprise : celle de découvir que Amar R. est en couple avec cette gendarme de Rosny-sous-Bois. Emmanuelle, est sous-officier, convertie à l'islam portant le voile en dehors de son service, chargée du renseignement opérationnel au centre technique de la gendarmerie nationale.

Préférant ne pas prendre de risque, la police arrêtera finalement le complice d'Amedy Coulibaly le 23 janvier. Depuis, la jeune n'a fait l'objet d'aucune suspension. "Il n'y a aucun signe de radicalisation. (...) Aucune connexion ou recherche suspecte n'a été constatée sur son ordinateur" a dit une source proche de l'enquête qui est toujours en cours. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !