UMP : les derniers détails d'un éventuel retour de Nicolas Sarkozy aux affaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy envisagerait plus que jamais un retour en politique
Nicolas Sarkozy envisagerait plus que jamais un retour en politique
©Reuters

De plus en plus probable

UMP : les derniers détails d'un éventuel retour de Nicolas Sarkozy aux affaires

Selon "Le Figaro", l'ancien président aurait déjà une idée de ce qu'il compte faire s'il était amené à redevenir le patron de l'UMP.

Il revient. Oui, mais quand ? C'est un secret de polichinelle : Nicolas Sarkozy envisage (et prépare) plus que jamais son retour en politique. Seule incertitude : reviendra-t-il pour être candidat à la présidence de l'UMP en novembre prochain ou seulement pour se présenter aux primaires en vue de l'élection présidentielle de 2017 ? Ce lundi, Le Figaro donne de nouvelles indications à ce sujet. Selon le quotidien, l'ancien président de la République envisagerait plus que jamais la première solution. 

"Quand je l'ai vu à la fin du mois de juin, il se posait la vraie question, la seule qui compte: est-ce que j'en ai vraiment envie?", assure au Figaro l'une de ses anciennes collaboratrices. "Mais depuis il a été envoyé en garde à vue, mis en examen, ajoute cette dernière. Cela crée une situation nouvelle et s'il est fidèle à lui-même, il va forcément vouloir revenir" poursuit-elle. L'ex-chef de l'Etat devrait ainsi annoncer en septembre son intention de redevenir le patron de l'UMP. S'il devra en passer, comme les autres candidats, par une élection, qui se tiendra le 29 novembre, Nicolas Sarkozy serait sûr de son fait : il sera élu.

C'est pourquoi, toujours selon Le Figaro, il aurait déjà une idée assez précise de la manière dont il souhaiterait fonctionner. Tout d'abord, Nicolas Sarkozy ne compte pas être un président à temps plein de l’UMP s’il se décide à revenir dans l'arène. Ainsi, selon Le Figaro, il souhaiterait conserver son bureau d’ancien locataire de l’Elysée rue de Miromesnil où il a élu domicile depuis sa défaite face à François Hollande en 2012. Comme Valéry Giscard d’Estaing avant lui, qui avait conservé son bureau d’ex tout en reprenant la présidence de l’UDF en 1988.

Mais surtout, Nicolas Sarkozy ne compte pas arrêter de donner de lucratives conférences à l'étranger. C'est pourquoi, toujours selon Le Figaro, il a déjà "donné un accord de principe pour plusieurs déplacements en Asie et en Amérique cet automne". 

Enfin, Nicolas Sarkozy souhaiterait changer sa manière de travailler et se poser un peu plus comme un chef "rassembleur" pour "ne pas effrayer". Il sera plus à l'écoute de ses collaborateur et donc à l'opposé de l'homme clivant que les Français n'ont pas réélu. Dès lors, selon Le Figaro, en cas de victoire, il envisagerait de gouverner l'UMP en s'entourant d'une équipe représentant tous les courants du parti. Le quotidien prévoit ainsi que Laurent Wauquiez incarne une sensibilité eurosceptique, tandis que serait mise en avant une "nouvelle génération de trentenaires", comme le député du Nord Gérald Darmanin ou le cofondateur de la Droite forte, Guillaume Peltier. 

Mais c'est bien avec 2017 en tête que Nicolas Sarkozy sortirait de sa retraite politique. Un ancien conseiller confie au Figaro : "S'il est candidat à la tête du parti, cela vaut déclaration à la présidence de la République, car personne n'imagine qu'il revienne seulement pour remettre les affaires de l'UMP en ordre."  Et selon Le Figaro, Nicolas Sarkozy aurait même accepté le principe de participer à des primaires ouvertes en 2016. Tout un programme. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !