UMP : le Sarkothon aurait permis de gonfler le nombre d'adhérents au parti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
UMP : le Sarkothon aurait permis de gonfler le nombre d'adhérents au parti
©

Encore un souci

UMP : le Sarkothon aurait permis de gonfler le nombre d'adhérents au parti

C'est en tout cas ce que pense la nouvelle équipe dirigeante comme l'avance ce mercredi Le Point.fr

L'UMP a récolté 11 millions d'euros et enregistré 45 000 nouveaux adhérents dans le cadre de la souscription lancée par le parti après l'invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy. C'est ce qu'assurait en septembre dernier Catherine Vautrin, la trésorière du parti. De manière plus générale, malgré les remous, l'UMP enregistre un boom des adhésions depuis le début de l'année. Ainsi, au cœur du mois d'avril, ce sont par exemple 2 600 adhérents supplémentaires qui avaient été enregistrés en seulement une semaine. Mais ce mercredi, Le Point.fr croit savoir qu'il existe un problème quant à la quantification exacte du  nombre de militants. En effet, selon le site de l'hebdomadaire, la nouvelle équipe dirigeante composée de Fillon, Juppé et Raffarin se poserait la question de savoir si "les généreux donateurs du "Sarkothon" doivent être considérés comme des adhérents UMP ou pas ?" En effet, selon un responsable du parti, "parmi eux, certains n'en ont jamais fait la demande !"

Le Point.fr rappelle que, lors de la souscription nationale, "en cas de don important, chaque participant était automatiquement considéré comme adhérent UMP, sauf s'il décochait une petite case spécifiant la volonté inverse". Ce qui avait donc contribué à atteindre les  45 000 nouveaux adhérents. Or à l'UMP, on s'interroge sur la légalité d'une telle pratique. C'est pourquoi Anne Levade, la présidente de la haute autorité du parti, va prochainement être saisie à ce sujet. Car selon la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques "pour qu'un donateur soit réellement adhérent, il faut un acte volontaire." Ce qui ne serait pas le cas de tous les donateurs. 

Interrogée par Le Point.fr à ce sujet, Anne Levade assure que cette question n'est plus d'actualité. "Environ 12 000 donateurs du Sarkothon se sont plaints d'avoir reçu une carte UMP, alors qu'ils n'en avaient jamais fait la demande. Depuis, ils ont été rayés des listes et ne comptent plus parmi les adhérents UMP. Entre-temps, autant ont déjà adhéré pour 2014", assure-t-elle. Et Anne Levade de conclure : "Il n'y a pas de sujet. Il n'y a aucun risque de bourrage de la liste électorale en vue de l'élection du président de l'UMP à l'automne". 

Car, en filigrane, c'est bien cette élection qui est au cœur du débat. Selon le site de l'hebdomadaire, François Fillon redouterait en effet "que la liste électorale de l'UMP soit en majorité composée de sarkozystes. "C'est pourquoi, "il veut donc évincer ceux qui se sont encartés via le Sarkothon", explique un député partisan de l'ex-chef de l'État. "Faux", réplique-t-on dans l'équipe du député de Paris, nous ne sommes ni des inquisiteurs ni des gestapistes. Il s'agit de sauver l'UMP et de respecter la loi, non de faire le procès de Copé ou de quiconque." Ambiance. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !