Ukraine : un théâtre à Marioupol, abritant « des centaines » de civils, a été bombardé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Des personnes évacuées de Marioupol à la périphérie de la ville de Zaporizhzhia, qui s'est transformée en un centre d'enregistrement des personnes déplacées, le 16 mars 2022.
Des personnes évacuées de Marioupol à la périphérie de la ville de Zaporizhzhia, qui s'est transformée en un centre d'enregistrement des personnes déplacées, le 16 mars 2022.
©EMRE CAYLAK / AFP

Bombardements

Ukraine : un théâtre à Marioupol, abritant « des centaines » de civils, a été bombardé

Un théâtre qui abritait « des centaines de civils » a été fortement endommagé par une frappe aérienne russe à Marioupol, selon des précisions ce mercredi de la mairie de cette ville assiégée.

Un théâtre abritant « des centaines de civils » a été fortement endommagé par une frappe aérienne russe à Marioupol.

« L'avion a largué une bombe sur le bâtiment où s'abritaient des centaines de civils. Il est impossible d'établir le bilan dans l'immédiat, car les bombardements des quartiers d'habitation se poursuivent », a écrit la mairie sur Telegram en publiant une photo du théâtre, dont la partie centrale est détruite.

D'après la mairie de cette ville du sud-est de l'Ukraine, il est impossible d'établir un bilan humain pour le moment.

« L'entrée de l'abri est bloquée par les débris. Les informations sur les victimes sont en cours de vérification », selon la même source.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part démenti avoir bombardé le théâtre et a attribué cette explosion au bataillon nationaliste ukrainien Azov.

Moscou a déjà mis en cause cette unité militaire dans le bombardement de la maternité de Marioupol la semaine dernière.

Plus de 2.000 civils ont été tués à Marioupol. La ville est assiégée et bombardée depuis plusieurs jours, selon les autorités locales.

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !