Ukraine : un accord trouvé à Genève | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
John Kerry, Serguei Lavrov
John Kerry, Serguei Lavrov
©REUTERS/Brendan Smialowski/pool

Marcher sur des œufs

Ukraine : un accord trouvé à Genève

Une réunion quadripartite s'est tenue jeudi à Genève pour désamorcer la crise ukrainienne. A l'issue des pourparlers, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a détaillé l'accord conclu par les différents signataires.

A l'issue des pourparlers internationaux qui se tenaient aujourd'hui à Genève, les ministres des affaires étrangères ukrainien, russe, américain et européen on déclaré dans un communiqué : "Toutes les parties doivent s'abstenir d'actions violentes, d'actes d'intimidation ou d'actions provocatrices". Le ministre russe de affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a préconisé la tenue immédiate d'un grand dialogue national en Ukraine, pour rendre possibles des réformes de décentralisation dans le pays et favoriser l'autonomie des régions, avant d'affirmer n'avoir "aucune espèce de désir d'envoyer des troupes en Ukraine". "Cela serait contre nos intérêts fondamentaux" a t-il conclu lors d'une conférence de presse à l'issue des pourparlers.

En imposant le désarmement des groupes armés illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés, la réunion quadripartite de jeudi devrait donc tracer la voie d'une détente dans la crise que connait l'Ukraine depuis plusieurs semaines. En prévision de ces pourparlers, Vladimir Poutine avait déclaré jeudi qu'il "espérait fortement" ne pas avoir à envoyer l'armée russe en Ukraine. A l'occasion du point presse hebdomadaire de la Défense, la France avait quant à elle annoncé que des avions de chasse seraient envoyés dans les pays baltes, dans le cadre d'une mission de surveillance de l'OTAN pour prévenir le risque d'embrasement régional généré par la crise ukrainienne.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !