Ukraine : Occidentaux et Russes vont poursuivre leurs négociations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : Occidentaux et Russes vont poursuivre leurs négociations
©

Diplomatie

Ukraine : Occidentaux et Russes vont poursuivre leurs négociations

Après des premiers entretiens à Paris, les chefs des diplomaties russe et américaine ont dit vouloir "aider les Ukrainiens à mettre en oeuvre les accords (conclus à Kiev) le 21 février". Ces derniers prévoient la constitution d'un gouvernement d'union et le retour à la Constitution de parlementaires de 2004 ainsi qu'à l'organisation d'une élection présidentielle anticipée.

Occidentaux et Russes vont poursuivre leurs négociations sur la crise ukrainienne pour tenter de trouver un plan de sortie de crise alors que l'émissaire spécial de l'ONU en Ukraine, menacé par des hommes armés, a dû mettre fin ce mercredi à sa mission en Crimée. Après des premiers entretiens à Paris, les chefs des diplomaties russe et américaine sont tombés d'accord pour poursuivre les discussions dans les jours à venir. Sur le terrain, la crise, qui a pris une ampleur considérable le 28 février avec le déploiement de forces russes en Crimée, a été marquée par les mésaventures de l'émissaire spécial de l'ONU, Robert Serry. Arrivé ce mardi dans la péninsule du Sud de l'Ukraine, le diplomate néerlandais a finalement dû retourner sous escorte à l'aéroport après avoir été retenu par des hommes armés à Simféropol, la capitale de cette région stratégique pour Moscou.

A Paris, Sergueï Lavrov a affirmé, après sa rencontre avec son homologue américain, John Kerry, que tous les deux étaient "d'accord pour aider les Ukrainiens à mettre en oeuvre les accords (conclus à Kiev) le 21 février". Ces accords prévoient la constitution d'un gouvernement d'union et le retour à la Constitution de parlementaires de 2004 ainsi qu'à l'organisation d'une élection présidentielle anticipée. Selon un diplomate américain, John Kerry a demandé à Sergueï Lavrov que la Russie et l'Ukraine aient des "entretiens directs" alors que Vladimir Poutine refuse de reconnaître tout autre président ukrainien que Viktor Ianoukovitch déchu le 22 février. Malheureusement, la rencontre tant espérée par les Occidentaux entre Sergueï Lavrov et son homologue ukrainien Andrii Dechtchitsa n'a pas eu lieu.

Parallèlement, l'Otan a déjà annoncé le renforcement de sa coopération avec l'Ukraine et la suspension d'initiatives Otan-Russie. Les Etats-Unis vont intensifier les entraînements aériens communs avec la Pologne et augmenter leur participation à la protection de l'espace aérien des pays baltes. Les Européens, quant à eux, ont présenté un plan d'aide massif d'au moins 11 milliards d'euros sur deux ans en faveur de l'Ukraine, à la veille du sommet européen extraordinaire sur la crise dans ce pays.

En Crimée, soldats ukrainiens et membres des forces russes se font face dans les bases et aéroports militaires de la péninsule du Sud de l'Ukraine depuis le déploiement le 28 février de milliers d'hommes armés vêtus d'uniformes sans écusson militaire mais que la population comme les journalistes sur place définissent aisément comme des soldats russes.

Lu sur Yahoo!

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !