Ukraine : les séparatistes prorusses contraignent l'armée à abandonner la ville de Debaltseve | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : les séparatistes prorusses contraignent l'armée à abandonner la ville de Debaltseve
©Reuters

Revers

Ukraine : les séparatistes prorusses contraignent l'armée à abandonner la ville de Debaltseve

Le président ukrainien Petro Porochenko a demandé l'envoi d'une mission policière de l'UE sous mandat de l'ONU pour maintenir la paix dans l'est du pays.

Va-ton vers un échec des accords de Minsk 2 ? Pour le moment, aucun dirigeant de la planète n'ose l'évoquer mais la guerre se poursuit en Ukraine. Nouvel exemple mercredi soir avec la prise de la ville stratégique de Debaltseve par les séparatistes prorusses. Remportant une nouvelle bataille, ils ont en effet contraint l'armée ukrainienne à abandonner le site. En prenant cette ville, ils contrôlent désormais une zone très homogène à l'est de l'Ukraine.

Très inquiet par la situation, le président ukrainien Petro Porochenko a demandé l'envoi d'une mission policière de l'UE sous mandat de l'ONU pour maintenir la paix dans l'est du pays. Il souhaite qu'un contingent de paix international survaille la frontière russo-ukrainienne. François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine et Petro Porochenko ont eu une conférence téléphonique dans la soirée afin d'évoquer la situation qui reste de l'avis de tous "très préoccupante".

L'Occident a fermement dénoncé la prise de Debaltseve. "La Russie et les séparatistes doivent immédiatement et pleinement mettre en oeuvre les engagements pris à Minsk" a dit Federica Mogherini, le chef de la diplomatie de l'Union européenne. Les Etats-Unis ont quant à eux, lancé un appel similaire à la Russie. John Kerry a aussi pressé le ministre des Affaires étrangères Lavrov "de mettre fin aux attaques séparatistes et russes contre des positions ukrainiennes à Debaltseve et à d'autres violations du cessez-le-feu".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !