UDI : Hervé Morin candidat à la présidence pour représenter "un courant d'opinion fort" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Hervé Morin candidat à la présidence de l'UDI
Hervé Morin candidat à la présidence de l'UDI
©Reuters

De l'avant

UDI : Hervé Morin candidat à la présidence pour représenter "un courant d'opinion fort"

L'ancien ministre de la Défense ne souhaite pas de fusion entre son parti et le MoDem de François Bayrou.

L'UDI est en reconstruction. Le parti se cherche un patron. Après Yves Jégo qui a annoncé sa candidature, Jean-Christophe Fromantin lui aussi déclaré, Hervé Morin s'engage. L'ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy veut devenir le président de l'UDI. Il le dit ce lundi matin dans une interview au Figaro. 

Son but : poursuivre le travail entamé par Jean-Louis Borloo en "redonnant une densité et un avenir" à la France car la période est "critique". "La Ve République est à bout de souffle: les institutions et la politique n'ont jamais fait l'objet d'un tel niveau de défiance ; sur les grands sujets économiques et sociaux - éducation, formation, réduction de la dépense publique, refonte de la gouvernance, fiscalité, assouplissement du droit du travail -, nous nous sommes contentés d'inventer de nouvelles normes au lieu de produire de la réforme. Nous sommes en panne depuis quinze ans, prisonniers d'une alternance entre une UMP et un PS qui se sont succédé et ont échoué" lance-t-il.

Très critique à l'égard des gouvernements successifs, Hervé Morin l'est aussi avec l'UMP. Pas question d'une alliance comme le propose Alain Juppé par exemple. "Depuis sa création en 2002, l'UMP n'a jamais eu que des dirigeants issus du RPR. Et quand on dresse la liste de ceux qui veulent prendre la suite aujourd'hui, on ne trouve - comme par hasard - que d'anciens RPR. L'UMP n'est plus aujourd'hui qu'une addition d'écuries présidentielles qui ne partagent aucun projet commun pour la France sinon celui de prendre le pouvoir. Pourquoi voudriez-vous que nous plongions dans ce marigot ?" tance-t-il. 

Il ne souhaite pas plus d'une fusion avec le MoDem de François Bayrou avec lequel les relations se sont un peu "réchauffées" après avoir été plutôt "fraîches". "En aucun cas, il ne doit y avoir une fusion de l'UDI et du MoDem. Si je suis élu président de l'UDI, je reprendrai l'esprit de l'accord signé entre Jean-Louis Borloo et François Bayrou il y a un an en privilégiant une approche par le fond" dt le député. Et Hervé Morin pense aussi à l'avenir. S'il défend l'idée d'avoir un candidat UDI à la présidentielle de 2017, il estime néanmoins qu'il est "de notre responsabilité de ne pas faire n'importe quoi". Pour lui, "il est essentiel qu'autour du président de l'UDI se construisent une équipe et un collectif. Toute aventure personnelle serait mortifère" et promet d'avoir s'il est président du parti "une équipe profondément renouvelée, rajeunie, féminisée, qui nous permettra de porter ce nouveau souffle dont notre pays a tant besoin". A l'UDI, la saison des promesses a commencé.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !