Turquie : le pays se dit déçu par l'UE et se tourne vers l'est | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Turquie ne veut plus de l'Europe
La Turquie ne veut plus de l'Europe
©

A l'Est est l'avenir

Turquie : le pays se dit déçu par l'UE et se tourne vers l'est

Face aux hésitations de l'UE quant à son adhésion, la Turquie tente de réagir. Son premier ministre a annoncé que le pays allait demander l'adhésion au « Shanghai Five », organisation regroupant la Russie, la Chine et les pays d'Asie centrale.

La Turquie rêve depuis plus de nombreuses décennies d'intégrer l'Union Européenne. Mais après tant d'années d'attente, le pays semble décidé à tourner la page. en effet d’après LaTribune.fr, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan a annoncé que son pays allait demander l'adhésion au « Shanghai Five », organisation regroupant la Russie, la Chine et quatre pays d'Asie centrale (Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizie et Tadjikistan). Précisant que la Turquie partageait des valeurs communes avec les pays membres d'une organisation qui s'avérait être une alternative à l'UE, il a affirmé : “Le groupe des cinq de Shanghai est meilleur et plus fort ... ”.

Et d'ajouter que si l'adhésion de la Turquie au « Shanghai Five » est acceptée, "alors nous dirons au revoir à l'UE." Une UE qui, conclut-il, ne " veut pas d'un pays musulman en son sein." Même si ces propos ont été tenus à la va-vite sur un plateau de télévision, ils reflètent néanmoins les sentiments, voire les intentions, du Premier ministre turc sur cette question. Ces déclarations ne doivent donc en aucun cas être sous estimées.

Pour autant, selon le site internet de la Tribune une adhésion au « Shanghai Five » ne remplacera pas une entrée dans l'UE. Cette organisation, fondée en 2007, est en effet une organisation assez lâche dont les principales réalisations sont militaires et concernent des manœuvres communes. Un aspect de peu d'intérêt la Turquie, membre de l'OTAN et qui entend le demeurer.  En attendant, les Européens sont bel et bien au courant des éventuelles intentions turques. La balle est donc dans leur camp...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !