Turquie : un membre important de l'Etat islamique a été arrêté à Istanbul | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Des membres du Service antiterroriste irakien (CTS) applaudissent alors qu'ils portent à l'envers un drapeau noir du groupe Etat islamique (EI), avec la mosquée Al-Nuri détruite en arrière-plan, dans la vieille ville de Mossoul en juillet 2017.
Des membres du Service antiterroriste irakien (CTS) applaudissent alors qu'ils portent à l'envers un drapeau noir du groupe Etat islamique (EI), avec la mosquée Al-Nuri détruite en arrière-plan, dans la vieille ville de Mossoul en juillet 2017.
©AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Lutte contre le terrorisme

Turquie : un membre important de l'Etat islamique a été arrêté à Istanbul

Considéré comme le bras droit de son ancien chef Abou Bakr al-Baghdadi, un membre important de l’Etat islamique, répondant au nom de code « Basim », a été arrêté en Turquie.

Un haut responsable du groupe Etat islamique considéré comme le bras droit de son ancien chef Abou Bakr al-Baghdadi a été arrêté par la police à Istanbul, selon des informations ce dimanche 2 mai des médias locaux et d’après la rédaction du Figaro.

Des policiers ont capturé cet homme de nationalité afghane, qui répond au nom de code de « Basim », lors d'un raid dans le quartier d'Atasehir.

Abou Bakr al-Baghdadi avait été tué en 2019 lors d'un raid des forces spéciales américaines mené avec l'aide de combattants kurdes dans la province d'Idlib, au nord-ouest de la Syrie.

Les médias turcs ont rapporté que Basim avait aidé al-Baghdadi à se cacher à Idlib. Il était également responsable de la « branche militaire » du groupe jihadiste, a rapporté la chaîne de télévision NTV. Il serait arrivé à Istanbul avec un faux passeport, selon la chaîne.

D’après l'agence de presse DHA, son arrestation a eu lieu le 28 avril.

La Turquie intensifie donc la lutte contre l'Etat islamique. L’organisation terroriste avait notamment revendiqué la fusillade dans une discothèque d'Istanbul ayant fait 39 victimes en 2017.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !