Tunisie : trois hauts dirigeants liés à Al-Qaïda tués par la police | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Tunisie : trois hauts dirigeants liés à Al-Qaïda tués par la police
©Reuters

Tunis contre-attaque

Tunisie : trois hauts dirigeants liés à Al-Qaïda tués par la police

L'état d'urgence décrété par la Tunisie le 4 juillet dernier vise à élargir le champ d'action des autorités policières et militaires.

La Tunisie fait le ménage. Le 12 juillet dernier, le ministre de l'Intérieur Najem Gharsalli, a annoncé que trois hauts dirigeants d’un groupe terroriste tunisien lié à Al-Qaïda avait été abattus par les autorités tunisiennes.  La police a tué "cinq éléments terroristes dangereux, dont trois principaux dirigeants de la Phalange Okba Ibn Nafaa [...] Pas de simples [dirigeants], mais des poids lourds" a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse. La Phalange Okba Ibn Nafaa est l'une des branches d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et l'auteur présumé de plusieurs meurtres parmi les forces armées tunisiennes.

La Tunisie a décrété l’état d’urgence le 4 juillet dernier, à la suite de l’effroyable attentat de Sousse qui a couté la vie à 39 personnes, dont 30 Britanniques. Revendiqué par l’Etat Islamique, l’attaque succédait à celle du Musée du Bardo survenue en mars dernier à Tunis. Face à l’expansion du terrorisme dans son pays et à la baisse du tourisme engendrée, le gouvernement tunisien a décidé d’adopter des mesures drastiques pour sécuriser ses terres. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !