Tunisie : Hamadi Jebali, le premier ministre, démissionne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Hamadi Jebali a annoncé mardi 19 février qu'il démissionnait de son poste de premier ministre
Hamadi Jebali a annoncé mardi 19 février qu'il démissionnait de son poste de premier ministre
©Reuters

Début du chaos

Tunisie : Hamadi Jebali, le premier ministre, démissionne

Le numéro 2 d'Ennahda n'a pas réussi à faire accepter à son propre parti son projet de gouvernement de technocrates. Sa démission était attendue.

Le premier ministre tunisien, Hamadi Jebali, a annoncé sa démission, mardi 19 février, après l'échec de sa tentative de former un gouvernement apolitique pour sortir le pays de la plus grave crise politique depuis la révolte de 2011. "J'ai promis et assuré qu'en cas d'échec de mon initiative je démissionnerais de la présidence du gouvernement et c'est ce que je viens de faire", a dit le numéro deux d'Ennahda, dans une déclaration retransmise en direct à la télévision à l'issue d'une entrevue avec le chef de l'Etat, Moncef Marzouki.

Hamadi Jebali était entré en conflit avec son propre parti, opposé à l'idée de constituer un gouvernement de technocrates et d'experts indépendants. Il avait reconnu lundi que les principaux partis politiques tunisiens n'avaient pas réussi à s'accorder, malgré la tourmente provoquée par l'assassinat de l'opposant de gauche Chokri Belaïd, le 6 février.

Il a insisté une nouvelle fois sur l'urgence de fixer la date des prochaines élections et a demandé aux ministres "d'expédier les affaires courantes".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !