Tsunami en Indonésie : 429 morts et 1500 blessés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Tsunami en Indonésie : 429 morts et 1500 blessés
©SONNY TUMBELAKA / AFP

Nouveau bilan

Tsunami en Indonésie : 429 morts et 1500 blessés

Le bilan pourrait encore s'aggraver.

Selon un nouveau bilan, la vague qui a été provoquée par l'éruption du volcan Anak Krakatoa le 22 décembre a fait 429 morts, près de 1500 blessés et 154 disparus. La vague a touché les côtes méridionales de Sumatra et l'extrémité occidentale de Java rasant ainsi plusieurs centaines de bâtiments sur son passage. Des milliers d'autres ont également été déplacés après ce tsunami.

Selon les experts, le volcan entré en éruption a provoqué un effondrement sous-marin qui a fait se déplacer de vastes quantités d'eau et rappellent qu'il y a toujours un risque de nouvelles vagues mortelles. Outre le travail des secouristes à pied d'œuvre pour sauver des personnes bloquées sous des décombres, la situation sanitaire devient préoccupante sur place. Dans les centre d'accueil pour les réfugiés, les travailleurs humanitaires mettent en garde contre les risques de crise sanitaire et soulignent que le manque d'eau potable et de médicaments se fait déjà sentir.

Rizal Alimin, médecin de l'ONG Aksi Cepat Tanggap déclare à l'AFP  que : "On a moins de médicaments que d'habitude. Les conditions ici ne sont pas saines. Il n'y a pas assez d'eau potable. Les gens ont besoin de nourriture et dorment par terre".

"Aujourd'hui, on met l'accent sur l'aide aux réfugiés qui sont dans des centres, on installe des cuisines, on distribue des équipements logistiques et plus de tentes dans des endroits plus adéquats" explique à l'AFP Abu Salim, volontaire de l'association Tagana.

Lu sur Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !