Trump reconnait Jérusalem comme "vraie capitale d'Israël" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Trump reconnait Jérusalem comme "vraie capitale d'Israël"
©SAUL LOEB / AFP

Tournant

Trump reconnait Jérusalem comme "vraie capitale d'Israël"

Mahmoud Abbas a réagi, déclarant que Jérusalem était "la capitale éternelle" de la Palestine. En France, le Crif demande à Emmanuel Macron de faire de même.

"Aujourd'hui, enfin, nous reconnaissons l'évidence, à savoir que Jérusalem est la capitale d'Israël". 

Le Président américain  qui s'exprimait depuis la Maison Blanche a ensuite affirmé que l'ambassade américaine déménagerait le plus vite possible de Tel Aviv à Jérusalem. Puis il s'en est pris à ses prédécesseurs, qui n'avaient "pas fait ce qu'ils avaient dit", par manque de "courage" selon lui. Il a ensuite affirmé vouloir permettre un accord :

"Les Etats-Unis restent déterminés à aider à faciliter un accord de paix acceptable pour les deux parties"

Il y a quelques jours, l'autorité palestinienne avait prévenu que cette décision aura "des conséquences dangereuses". Le problème vient principalement du statut particulier de la ville trois fois sainte et partagée entre les différentes communautés sans qu'Israël la contrôle dans son ensemble.

D'ailleurs, Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, n'a pas tardé à réagir. Il a affirmé que Jérusalem "est la capitale éternelle de l'Etat de Palestine" et que les Etats-Unis ne pouvaient dorénavant plus jouer son rôle de médiateur pour la paix entre les deux parties.

A rebours de son adversaire, Benyamin Netanhyaou a salué "une décision historique". En France, le Crif a demandé à Emmanuel Macron de reconnaître lui aussi Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël.

Lu sur francetvinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !