Trump promet d'expulser "sans doute 2 millions" d'immigrés clandestins | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Trump promet d'expulser "sans doute 2 millions" d'immigrés clandestins
©DOMINICK REUTER / AFP

Etats-Unis

Trump promet d'expulser "sans doute 2 millions" d'immigrés clandestins

Le président élu des Etats-Unis veut expulser tous les "criminels qui ont des casiers judiciaires" présents illégalement aux Etats-Unis.

Donald Trump donne ce dimanche sa première interview télévisée sur la chaîne CBS, dans la célèbre émission 60 minutes. Dans un extrait de cet entretien qui sera diffusé ce dimanche mais a été réalisé vendredi, il promet d'expulser jusqu'à 3 millions d'immigrés clandestins.

 "Ce que nous allons faire, c'est prendre les gens qui sont des criminels et qui ont des casiers judiciaires, qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue (...), sans doute 2 millions, ça peut aussi être 3 millions (de personnes), nous allons les renvoyer du pays ou nous allons les mettre en prison. Mais nous allons les renvoyer de notre pays, ils sont ici illégalement", déclare-t-il.

Il assure aussi qu'il construira bien "un mur" entre les Etats-Unis et le Mexique. Dans certaines zones, il s'agira plus d'une "clôture", mais à d'autres endroits, "un mur est plus approprié", indique-t-il, mettant en avant son expérience dans le BTP.

Dans d'autres extraits publiés plusieurs heures avant la diffusion de l'interview, il répète qu'il compte garder certains pans de la loi sur la réforme de l'assurance santé Obamacare, et indique aussi qu'il continuera à utiliser le réseau social Twitter, qui l'a aidé à gagner l'élection. ""Le fait que j'aie un tel pouvoir en terme d'audience sur Facebook, Twitter, Instagram, etc, je pense que cela m'a aidé à gagner tous ces (Etats) où ils dépensaient beaucoup plus d'argent que moi", explique-t-il. "Il va falloir que je me refrène, si je continue de les utiliser", a-t-il toutefois reconnu.

 

 

Lu dans L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !