Trois détenus de la maison d'arrêt d'Amiens s'évadent en sciant les barreaux de leur cellule | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Trois détenus de la maison d'arrêt d'Amiens s'évadent en sciant les barreaux de leur cellule
©Reuters

Politique pénale, le débat sans fin

Trois détenus de la maison d'arrêt d'Amiens s'évadent en sciant les barreaux de leur cellule

Ces derniers seraient parvenus à scier les barreaux de leur fenêtre et à descendre le long du bâtiment à l'aide de cordages et de draps, a indiqué le procureur de la République d'Amiens Bernard Farret.


Trois détenus de la maison d'arrêt d'Amiens se sont évadés dans la nuit de mardi à mercredi 4 novembre. Ces derniers seraient parvenus à scier les barreaux de leur fenêtre et à descendre le long du bâtiment à l'aide de cordages et de draps, a précisé le procureur de la République d'Amiens Bernard Farret.

Selon les premières informations, les trois prisonniers (l'un d'origine roumaine et les deux autres moldave) étaient dans la même cellule : l'un d'entre eux était incarcéré pour viol et faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international. Un autre était en détention provisoire pour escroquerie et le troisième purgeait une peine de prison pour vol aggravé. Les surveillants de la maison d'arrêt se seraient aperçus de l'évasion peu de temps après que les trois détenus aient filé. Un important dispositif a été mis en place depuis 4 heures du matin à Amiens pour retrouver la trace des prisonniers et une enquête a été confiée à la police judiciaire.

Cette évasion intervient alors que la politique pénale et le légitimité de Christiane Taubira sont largement controversées. Il y a près d'un mois, le renforcement des mesures de sécurité autour des permissions de sortie des prisonniers avaient fait débat lorsqu'un détenu ne s'étant plus présenté à son centre de détention, avait cambriolé un entrepôt de livraison de bijoux de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) et tiré sur un policier. Depuis le mois de janvier, 236 détenus ayant bébéficié d'une permission de sortie se sont évadés pendant ce labs de temps.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !